4
min

LES LIGNES DE LA MAIN

Image de Tamy

Tamy

0 lecture

0

C' était pas si dur de préparer ce repas! " Je ne pensais pas avoir terminé à temps " se disait-elle et quand le flot d' invités partis ce fût tout de même un soulagement; ouf! il restait bien sûr à tout débarrasser mais enfin seule, souffler un peu et se décontracter. Il s' était dégagé une joyeuse atmosphère durant sa crémaillère et elle était assez satisfaite car les convives avaient semblé s' amuser; en plus elle avait rencar avec Marc dans la semaine, c' était génial! ça faisait longtemps qu' elle espérait qu' il la remarque, aujourd'hui elle avait réussi à avoir son chez-elle avec un jardin et elle travaillait; elle se disait que s' était peut-être à cause de ça alors, elle avait décidé de ne pas se pressé; peut-être aussi qu' elle faisait vraiment pitié avant, car elle s' était aussi fait faire un relooking par une professionnelle. Aujourd' hui elle aspirait à une vie pleine de fêtes et de nouveautés; Le petit quartier qu' elle habitait était agréable et il y faisait bon vivre; la semaine prochaine risquait aussi d' être forte en émotions: elle était invitée à son tour à une soirée; une de ses connaissances venait d' avoir une promotion et elle espérait y aller avec Marc. La semaine se déroula comme elle l' avait imaginé et arriva le fameux jour de la soirée, Marc devait venir la prendre à vingt heures, là elle était sous la douche, son sel de bain qu' elle avait acheté à la petite brocante du coin sentait extrèmement bon, elle ne l' aurai jamais cru, ensuite elle comptait mettre sa petite robe rouge et ses escarpins Vim' s qu' elle avait payé une fortune mais dont elle était trrrès fière! Une fois qu' elle fût prête elle se prépara un petit encas en attendant qu' il arrive. Déjà le klaxon de la Munster d' origine se faisait entendre devant la porte; il était arrivé, elle attrappa son sac et s' engouffra à l' intérieur de l' engin qui vrombrissait comme une bête sauvage. A peine arrivés, ils remarquèrent que les gens étaient d' allure élégante et qu' ils avaient l' air sympathiques. Marc joua de ses plus beaux atours pour la séduire, elle pensait que peut-être lui aussi était en train de tombé amoureux; ils se mélèrent aux autres, et devant le plateau de verres à champagne qui défilait devant eux, ils s' en firent offrir un autre grâce au claquement de doigt de cet homme charmant qui se présentait devant eux " Bonjour, si je puis me permettre! ", il leur fit un grand sourire et se mêla à la foule avant qu' ils n' ai eu le temps de le remercier. Marc l' entraîna vers la table où le buffet était dressé et goûtait à un peu tout, tandis qu' elle était plus difficile mais s' était aventuré à prendre un petit gâteau rond avec des fruits nappés d' un genre de confiture ou peut-être de la gélatine, le tout arrosé de copeaux de chocolat; elle s' ennuyait un peu et soudainement elle trouvait que les invités avaient beaucoup moins bonne mine qu' en arrivant; il y avait même un air lugubre qui se dégageait de la pièce, les rideaux soyeux de départ semblaient ternes et de plus en plus elle observait Marc qui avait les yeux creusés et cernés alors se dirigeant vers lui, elle l' interpela: " il faut qu' on s' en aille j' ai un mauvais présentiment, regarde autour de toi, tu ne trouve pas qu' il se passe quelque chose de bizarre? Les invités! même toi, tu devrais aller te rafraîchir " " oui, c' est vrai je ne me sens pas très bien, non plus "dit-il, c' est alors qu' une personne s' effondra en plein milieu de la pièce le visage révulsé, une femme juste à côté d' eux s' aggripait à la table des toasts et emporta avec elle la nappe et les assiètes; tandis qu' ils avaient droit à une série d' hécatombes sous leurs yeux, elle se mis à paniquer mais déjà Marc était par terre à l' agonie lui aussi et il lui tendait les clées, marmonnait des mots qu' elle ne comprenait pas, alors elle se jeta par terre lui caressant le front " qu' est-ce-que tu dis? " et rassemblant ses forces il répétait " va-t-en! prends mes clées, pars! " Elle se sentait hyper mal et la douleur omniprésente s' intensifia avant même qu' elle n' atteigne la porte d' entrée; agenouillée à quelques mètres de celle-ci, les yeux embués, il se dessinait à son niveau les pieds d' un homme aux chaussures noires et cirées de près; levant la tête et essayant de se relever, elle reconnue cet homme élegant qui leur avait tendu les coupes de champagne. Il la regardait d' un regard dur mais riait d' un rire acéré et sarcastique; ses dents ressemblant en cet instant à des lames; elle fini par réussir à s' ejecter de cette maison mais elle sentit une main la retenir; c' était cet homme. Avec le peu de force qui lui restait, elle lui fit un croche-pied, il tomba et sans même se retourner, elle fonça à la voiture: il fallait aller chercher de l' aide, elle ne pouvait pas laisser Marc là bas et de toutes façons ce à quoi elle venait d' assister n' était pas normal... . Quand les secours arrivèrent, et après une analyse de la situation, il fût établit que les toasts, les gâteaux, etc.. étaient avariés; sortis après une trop longue attente, une sorte de salmonelle s' y était déposée. Mais elle n' en démordait pas, cet homme, qui avait voulu l' empêché de sortir! lui qui était là...! au bout d' une heure, elle installa Marc dans la voiture qui, après avoir reçu les soins juste à temps car il n' avait pas mangé tant que ça, était pressée de partir; c' est là que l' amie qui l' avait invité l' appela et posant une main affectueuse sur son épaule, lui dit " je suis désolée, rentrez bien " et tout en lui parlant, revenue sur le pas de porte, elle se raidit comme terrifiée et dit: "c' est lui, cet homme... " Il y avait sur le mur dans le hall d' entrée le portrait d' un homme en effet; "mais que t' arrives t- il! c' est mon grand-oncle mort depuis longtemps, lui! nous on a tous faillit y passé ce soir, allez! rentres te reposer au chaud... .

Thèmes

Image de Très très courts
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,