Les flottements de l'enchantement

il y a
3 min
97
lectures
5

Écrire libère, apaise et épanouie. Mon premier roman "Une vie de voyages" sera édité le 10 juin aux éditions Kaplume. En attendant, je suis ravie de vous faire voyager dans mes pensées  [+]

Après une nuit chaotique à cause des tourments d'adolescente de seize ans, Églantine s' extirpe tardivement du lit. Dès qu'elle arrive dans la cuisine, son frère, Gautier, remarque sur son visage crispé que la joie ne rayonne pas en elle. Ses yeux sont minuscules et humidifiés. Elle n'est pas bavarde et mange mécaniquement ses céréales chocolatées sans lever le regard vers la fenêtre pour percevoir les rayons lumineux.

Tous les midis, Gautier part profiter d'un coin de verdure au cœur des montagnes Jurassiennes. Il aime s'évader sur sa barque en attendant consciemment qu'un poisson morde à l'hameçon. Quand c'est le cas, il est fier de ravir les papilles gustatives de ses parents et sa sœur au prochain repas. À de nombreuses reprises il a proposé à sa petite sœur de l'accompagner pour partager à deux cet instant naturel. Cependant, la nature n'est pas une source de motivation et une activité attrayante pour Églantine qui préfère traîner dans le skate-park avec ses amis.

Aujourd'hui, bien qu'il imagine sa réponse, une lueur d'espoir brûle en lui. Il décide de ne pas l'éteindre, l’a laisse se consumer et souffle la proposition à Églantine.
Suite aux mots de Gautier, ses yeux quittent le bol pour rejoindre ceux de son frère, après un temps de latence, elle fait un hochement positif de tête. Il est tout émoustillé de la réaction de sa sœur mais contient cette gaieté en lui par crainte de l'offusquer.

Une heure plus tard, ils rejoignent la barque qui est attachée par une corde à la rive du lac. Ils embarquent calmement. Églantine, passive et muette, tourne la tête vers la gauche ou vers la droite et effleure l'eau du bout des doigts. Gautier éprouve un sentiment partagé entre la joie de vivre ce moment avec sa sœur et la tristesse en voyant qu'elle ne semble pas être enchantée. Il ne l'a brusque pas et l'a laisse vivre ce moment à sa façon. Il lui explique avec quelques courtes phrases sa manière à lui de vivre cette excursion dans la contemplation et l'ouverture. Elle l'écoute attentivement sans commenter ses propos. Par chance, la nature leur offre une pêche fructueuse et deux belles truites régaleront la famille au dîner.

À la tombée de la nuit, Églantine se pose devant son bureau blanc pour écrire quelques lignes dans son agenda secret. Évidemment, ces mots sont intimes, elle ne les confie jamais à personne. Pourtant, ce soir elle traverse le couloir éclairé par la lumière blanchâtre de la lune et toque à la porte de la chambre de Gauthier. Il lui ouvre avec un air surpris. Elle tient l'agenda contre son cœur. Il l'a regarde patiemment sans dire un mot. Elle lui demande si elle peut entrer. Il accepte avec une attitude curieuse. Elle s'assied sur le lit en désordre et lève les yeux vers lui, sourit et lui tend vigoureusement l'agenda. Gauthier le saisit timidement. Il est étonné et ignore la signification de ce geste. Avec des yeux scintillants, elle lui suggère de lire. Ému, il commence à haute voix :

Dans cet endroit s'est déroulé l'un des plus agréables moments de ma vie. J'en ai admiré plusieurs des lacs, mais celui-ci détenait quelque chose d'atypique... Le calme régnait. Des libellules survolait les ondulations de l'eau. Des papillons de différentes couleurs butinaient les quelques fleurs. Des feuilles tombaient des nombreux arbres et se posaient délicatement à la surface. Des poissons sautaient en-dehors de l'eau. Je voyais que leurs acrobaties faisait sourire Gautier. Son sourire me procurait un sourire intérieur.

L'eau était d'une clarté imprenable. Elle était si pure qu'elle caressait la peau de la paume de ma main. Elle était douce et chaleureuse. Les rayons du soleil illuminaient les fonds. La boule de feu se reflétait sur l'eau. Des scintillements envahissaient mon corps. Les cliquetis de la barque dans l'eau et le chant du vent dans les feuilles des arbres étaient les seuls bruits.

Nous avons laissé notre esprit se faire envoûter par la sérénité du lac. Ce qui était extraordinaire, c'est que durant l'heure ou nous sommes restés, chaque personne qui pénétrait dans l'eau avait un cri de rejouissement et d'émerveillement. Ces réactions sont bien le signe que des énergies positives volaient partout dans l'atmosphère comme me l’a indiqué Gautier. Elles apportaient joie et satisfaction à tous. Le bonheur était maximal et l'apaisement optimal. Aucun autre élément aurait pu rendre ce moment aussi idyllique. Le lac de Bonlieu porte indéniablement bien son nom. Je remercie la nature de m'avoir procuré cette quiétude et inspiration, mais surtout, je remercie Gautier de m'avoir offert la possibilité de percevoir toute cette sensibilité. Ici, nous nous sommes plus que tous ressourcés. »

Les yeux de Gautier quittent l'écriture arrondie d'Églantine pour rejoindre son visage amaigri. Il a les yeux humides. Il est chamboulé par ces mots qui expriment le début de la transformation de sa sœur. Elle s'ouvre à la nature. Désormais, il sait qu'elle sera apte à trouver le chemin...

5

Un petit mot pour l'auteur ? 6 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Quel beau rapprochement au contact de la nature ! Poursuivez , c'est très bien écrit ! Mes compliments .
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Bien mené.
Image de N'guessan K.
N'guessan K. · il y a
Moment de quiétude, on en trouve pas ça souvent ! Magnifique texte !
Image de Justine Martin
Justine Martin · il y a
Merci beaucoup :)
Image de Jipaï
Jipaï · il y a
Un bel épanouissement !
Image de Justine Martin
Justine Martin · il y a
Un épanouissement qui réchauffe les coeurs !

Vous aimerez aussi !

Très très courts

La Traque

Romane Endell

On pense plutôt que ce sont les hommes, les durs, ceux qui arrivent en taule à seize ans et qui en sortent à trente qui font ce genre de choses.
Moi je suis une fille, j'ai quinze ans depuis... [+]