1
min

"Les Enfants des Autres" Torey Hayden

Image de Leia Sala

Leia Sala

18 lectures

0

On nous appelles les autres. On ose pas nous regarder dans les yeux. On imagine nos goûts et nos couleurs. La résonance de nos rires sur les balançoires. On nous voit tout les jours, pourtant on nous évite. Pourtant je suis comme les autres. Avec un amour un peu plus grand pour le chocolat que les bonbons. Je suis le gamin qu'on trouve adorable, avec ces petites bêtises en sursis. Je suis celui qui ose pas déranger, qui est très silencieux par timidité. Mais je suis poli, on m'a appris à dire bonjour, merci et sil te plait. On m'a appris à dire non, à être courtois avec ceux qui ont quatre têtes de plus que moi. Et on m'a appris à courir dans les cas extrêmes. Je vous le jure ! J'étais le plus fort quand j'étais enfant. J'ai gagné trois fois le prix à l'école. Je suis rapide, je suis précis. Je vais plus vite que n'importe qui. Papa disait que c'est de la vantardise. Maman souriait en disant qu'on ne pouvait pas renier ce que l'on est. J'aimais l'école. Mes instituteurs étaient juste avec nous, et j'avais Noah comme meilleur copain. Et Julie. Elle était comme une petite sœur pour qui je lui attrapais un livre à la bibliothèque. Avec ces boucles brunes très courtes. On rêvait de nos futures vies. Elle voulait être astronaute. Grâce à cela, elle pouvait retrouvé sa grand-mère dans le ciel. Moi je voulais être le plus jeune participant au jeux olympiques de courses. J'avais déjà tout imaginé. Tout cela aurait pu être possible. Oui je vous le jure, j'y croyais dur comme fer. Si il m'avait proposé des bonbons plutôt que du chocolat. Je ne serais jamais venu le voir.
Mais à la place j'ai gagné la première place sur les vieilles bouteilles de lait américaines.
Je suis devenu une photo accroché dans le salon.
Je suis aujourd'hui un souvenir en décomposition.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,