LES DJINNS

il y a
2 min
484
lectures
55
A celui qui lui demandait pourquoi, sans être breton, il aimait tant la Bretagne, il répondait : autant demander à un parisien s'il aime l'air pur. Et si l'on insistait sur ses connaissances de la région, il avait cette phrase à vous clouer : faut-il avoir lu tout Victor Hugo pour l'aimer ? Hugo il s'appelait, mais ça n'avait rien à voir. Un jour, au lycée, il avait lu « Les Djinns » du recueil « Les Orientales », ce poème qui débute par des vers de deux pieds, enfle en son milieu jusqu'au décasyllabe et retombe dans le silence, à nouveau sur deux pieds, quand les génies, après avoir effrayé les hommes, s'effacent et retournent d'où ils sont venus. Il avait trouvé ce poème aussi magnifique par son contenu que par l'image géométrie du texte, un demi-losange, une presque voile.
Des histoires de marins sur les flots déchaînés, on en a tous rêvé. Ou bien, enfant, de pompiers qui sauvent le monde ou de voyageurs qui le parcourent. Il était venu s'installer ici, à la pointe de la péninsule, au bout de ce nez d'Armorique par où s'engouffre, en siphonnant, le bon air frais du pays. Pourquoi pas ici, avait-il fini par se dire, hostile à ces hordes de sudistes bronzant alignés comme des brochettes, piètre buveur de bière de l'Est et déçu par la linéarité de la côte aquitaine. Il s'était si bien fondu dans le paysage, avait si loyalement adopté les coutumes de ces gens rudes et taiseux, qu'on l'appelait, au début par dérision, plus tard par admission, « le Breton ».
Mais n'est pas breton qui veut. Et marin encore moins. La mer, il ne la prit jamais, se contentant de visiter les îles ou les phares quand les éléments le permettaient. En revanche, il devint, un comble, la meilleure adresse locale pour... les galettes de sarrasin. Après tout, chacun fait avec les moyens du bord. Lui, son bord n'était pas celui d'un chalut malmené par la houle mais celui de la plaque chauffante qu'il fallait ébarber sans relâche, aux heures de pointe. Piètre marin donc, il affrontait « ses » marées humaines, ces amateurs qui envahissaient bruyamment son échoppe chaque soir et n'en repartaient que les bras chargés de ses fameuses galettes. Son bateau, c'était cette boutique qu'il racheta pour une bouchée... de crêpe, transforma et affubla de cet étrange nom : « Les Djinns ». Quand on lui demandait pourquoi, et pourquoi pas... par exemple : « Chez Hugo », il répondait : « Moi je me comprends, vous n'avez qu'à lire Victor », mystérieux et l'œil guilleret, tout en étalant une louchée de pâte sur le disque brûlant, pour une nouvelle galette dorée.
Puis, afin que la croisière fût parfaite, une « seconde » fit son apparition au gouvernail de la baraque, Louisette, à la gouaille si joyeuse et qui n'avait pas son pareil pour maintenir le cap jusqu'à la fermeture. Si bien qu'on pouvait se demander ce qui, tous les soirs, attirait plus les foules, les galettes ou Louisette. Hugo finit par installer un vrai bar, derrière lequel sa Louisette fit recette. En effet, les bénéfices doublèrent en six mois et il fut question d'ouvrir un second établissement. Qui n'ouvrit jamais. Ulysse, un marin aux yeux bleus et au prénom homérique, pas si jeune, un briscard pour tout dire, qui drainait l'air du large en faisant escale ici à chaque retour de pêche, embarqua la Louisette sur son chalutier, un vrai celui-là, avec des tas de filets verdâtres, un treuil et tout ça...
C'est un nuage de fumée noire qui donna l'alerte. Une galette oubliée ou pire... un sabotage. La pâte carbonisée lança une première flammèche sur le rouleau blanc servant à emballer. La cabane à crêpes  s'enflamma comme une torche et avec sa coque en bois et ses produits gras, le petit navire sombra dans une tempête de feu. Le corps d'Hugo ne figurant pas parmi les décombres, on ne parla ni de suicide ni de meurtre. Juste de disparition.

Comme dans le poème, tout avait commencé en douceur. Culminant à l'arrivée de ce Djinn aux yeux bleus, la tension était redescendue, digérée par le temps. L'histoire se fondit dans les rues du village et une nouvelle légende courut. Hugo avait gagné mais les légendes sont dangereuses et notre héros s'y brûla les ailes. L'enseigne "Les Djinns", si mystérieuse pour une crêperie, disparut à jamais, dans l'indifférence. Quoique d'aucuns l'aperçurent dans d'autres ports, chanteur de tavernes ou conteur pour enfants, Hugo resta introuvable. Demeure Victor.
55
55

Un petit mot pour l'auteur ? 89 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Safia Salam
Safia Salam · il y a
Mon premier passage chez vous, :-)
Je suis sous le charme du récit. J'aime vraiment Victor Hugo, et pourtant j'ai lu très peu de lui, et sur le peu j'ai détesté Notre Dame de Paris.
J'aime cette atmosphère fantastique que vous avez si élégamment construite.

Image de de l air
de l air · il y a
Merci
Image de Cerise R.
Cerise R. · il y a
On retrouve dans ce texte votre poésie, votre talent de conteur et les références littéraires sont un régal. J’ai passé un merveilleux moment en compagnie de Hugo. Peut-être réapparaîtra-t-il dans un autre port ? Je guette en tout cas. Merci
Image de de l air
de l air · il y a
Vous êtes là première à envisager une suite à l'aventure... Et votre enthousiasme est communicatif, alors... peut-être que..

Merci infiniment Cerise.

Image de Oriole Lekeugo
Oriole Lekeugo · il y a
J'aime ❤
Image de Marie Quinio
Marie Quinio · il y a
Un texte très bien tourné et très poétique ! J'aime beaucoup le fil conducteur entre littérature et galettes, toutes deux nourritures de l'âme ;) (c'est la Bretonne qui parle)
Image de de l air
de l air · il y a
Merci Marie. Alors entre La Bretagne et la Réunion (où je suis allé) quel beau parcours...
Image de Marie Quinio
Marie Quinio · il y a
Les deux régions sont si belles, oui ! Cela fait presque 25 ans que je vis à La Réunion, mais la Bretagne reste dans mon cœur...
Image de de l air
de l air · il y a
La Bretagne, cette lande qui s'enfonce puissament dans les eaux, aussi terrestre que propice au rêve.
J'ai vécu un mois au-dessus de Saint Denis, à La Montagne. Souvenirs ...
Merci Marie

Image de JLK
JLK · il y a
J'aime bien ce personnage, et en lisant ces quarante-cinq lignes, je me dis
que si le TTC n'existait pas, il faudrait l'inventer.

Image de de l air
de l air · il y a
Merci, très sympa !
Image de Séverine Cappiello
Séverine Cappiello · il y a
Splendide. Gros coup de coeur sur vos textes. Si un jour vous avez le temps, votre avis sur ce texte m'intéresse : https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/exil-marin
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Les Djinns évoquent pour moi les légendes marocaines. Et à vous lire, je revois ce jeune berbère aux yeux bleus (ou verts, ma mémoire n'est pas capable de le préciser) (eh oui !) rencontré dans le désert marocain. Justement, il portait un jean… Mais je pense qu'il ne devait pas s'appeler Victor, ni Hugo, d'ailleurs…
Mais revenons à la Bretagne, j'ai bien aimé votre texte, il m'a fait rêver.

Image de Jeanne en B
Jeanne en B · il y a
Djinn, djinn ! A Hugo, à Victor
Image de de l air
de l air · il y a
Merci Jeanne. Oui Hugo, plus que jamais indispensable.
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Une vraie bourrasque de lyrisme , des djinns si authentiques et mon âme de bretonne qui bourdonne .. Un récit comme on n'en fait plus où la sève des légendes s'écoule au gré des vagues quand siffle un vent qui tord l'écharpe portée toujours au cou !
Quelle découverte ! J'ai jeté les amarres au bord de ce quai .

Image de de l air
de l air · il y a
Merci vraiment Ginette.

Vous aimerez aussi !