1
min

Les corps qui dansent

Image de Faf

Faf

576 lectures

170

Qualifié

Tard la nuit, tout l'être conscient que je suis se réduit à un corps qui danse.

La conscience, la morale et l'humanité se dissolvent dans les drogues qui me laissent animal, sans collier, effaré sous les rutilements des spots. Noyé dans la musique électronique, je bois la Seine au bord de ma péniche, bateau ivre qui reste amarré. Cette péniche abrite en son bord d'autres corps qui dansent, similaires au mien.

Dans la soute, sur le pont, un Paris déluré qui fuit le réel : c'est le lâcher prise méthodique d'une jeunesse qui se saborde. La catharsis qui fait vomir le jour au beau milieu de la nuit.Quand mon corps qui danse rencontre un autre corps qui danse, l'échange se teinte d'animalité. La raison se tait sous l'attraction des chairs, endormies par la drogue.

La translation des deux corps se fait d'une traite, jusqu'à échouer dans un lit. L'animal se fait alors bestial, la mécanique passionnelle est en marche. C'est Vénus, défoncée, toute entière à ses proies attachée.

Les corps encastrés, sans pudeur ni morale, explorés sans retenue, transpirent dans des mouvements frénétiques. Ils dansent encore, nus et harassés jusqu'à leur délivrance.

Mon corps danse ainsi toutes les nuits, rencontre d'autres corps qui dansent dans des va et vient incessants. Dans ma quête enragée de la jouissance immédiate, le genre, le sexe du corps importe peu. Seules comptent la jouissance et la violence de l'interaction charnelle.

PRIX

Image de Été 2018
170

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Yoann Bruyères
Yoann Bruyères · il y a
Joli style qui plonge bien le lecteur dans cette transe d'abandon !
·
Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
Il fallait même l'écrire voila qui est fait et bien fait. +5. Permettez-moi de vous faire partager "en route exilés" en finale du prix lunaire.https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/en-route-exiles
·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Il fallait le dire...
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
S'étourdir dans la jouissance charnelle dans les paradis artificiels ! Le réveil risque d'être brutal ! Bravo, Faf, pour ce texte frénétique. +5
Une coquetterie de la mise en page : phrase finale : "Seules comptent la jouissance et la violence de l'interraction charnelle" et tout de suite dessous "Partagez-la !"

Je vous invite à lire mon tragique sonnet Mumba en finale printemps : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mumba Bonne journée à vous.

·
Image de Muirgheal James
Muirgheal James · il y a
Dérangeons dérangez Bien
·
Image de Bruno Teyrac
Bruno Teyrac · il y a
Eros et Thanatos se mêlent dans ce récit à la tonalité sombre et désespérée où l'animal crie son vouloir-vivre, en s'étourdissant dans son vouloir-jouir.
·
Image de Jean-Baptiste van Dyck
Jean-Baptiste van Dyck · il y a
J'ai adoré cette histoire bien brutale et bien écrite ! Bravo, Faf voici mes 5 voix ! Je vous invite à soutenir mon texte «  You Hanoï Me Part 2 » en lice pour la finale poésie !
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/you-hanoi-me-part-2

·
Image de Petitpoizonrouge
Petitpoizonrouge · il y a
c'est brut sans être brutal
·
Image de Polotol
Polotol · il y a
Je te donne qu'une voix car le bémol de l'homo. En hétéro, j'aurais canardé... Sorry A+
·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
Un coup de gueule , comme j'aime ! +5
Si vous aimez , " les soldats imposent " Printemps et " à la ravigote " Été ...

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Le dimanche matin, à l'heure où l'écume du jour balaye la marée nocturne, je ne sais plus à quel sein me vouer. Paris se fige dans le brouillard de ma tête et vomit sur les trottoirs les oiseaux...

Du même thème