Les conditions du silence

il y a
1 min
23
lectures
1

écrire pour se vivre encore et encore, pour jouer avec ses miroirs et ses mémoires. Ecrire pour se voir dans l'autre, pour voir l'autre en soi  [+]

Rennes, 28.11.96

Les silences sont-ils réparateurs ?
Après un coup, une violence, un viol même, après une agression qu’on a vécue et ressentie au plus profond de son intimité, le silence est-il réparateur ?
Oui, à certaines conditions.
Les conditions, c’est que je ne me laisse pas aller à haïr ou vouloir souffrir encore plus de ce mal-heur. Les conditions, c’est que je me pose comme vérité première, comme nécessaire base, que maintenant et après maintenant il va se passer un collage, une réparation, une compréhension. Les conditions, c’est que survive à ça, que je sur-vive. Passé l’instant de survie, une petite lueur - ou une petite ombre - pointe et veut se manifester. Elle est pointe et cependant pleine de promesses. Elle tire derrière elle les filets de la plus grande des sciences de la survie: l’heuristique....Dire que certains n’ont jamais entendu ni prononcé ce mot... Ils ont peut-être survécu quand même.
Elle m’a mouché, cette salope. Pourtant, elle n’y est pour rien. Elle est juste un peu infantile et moi un peu enfant. Elle, la prof, elle a osé me prendre pour un élève !... Moi, un étudiant-professionnel de 42 ans !... Quelle horreur... Il n’y a rien de bien grave là-dedans: les colonnes de réfugiés du Zaïre et du Rwanda continueront de se faire massacrer en dépit de cette énième rencontre avec moi-même...
Mais quand même, quelle salope !... Elle ne m’a pas fait confiance. Elle a eu peur de ce que j’allais montrer, démontrer, remuer, avec mon projet d’animation éducative sur le thème de « l’expérience ». Elle a eu peur que je balance un truc plein de pattes et plein de poils sur sa trop lisse histoire de vie...

J’ai fait faux, j’ai fait flop, voilà tout. Les frustrations font aussi partie de la vie. Elles sont une instrumentation de la connaissance. Nécessaire et superflue instrumentation. Nécessaire parce qu’elles sont porteuses et indicatrices. Superflues parce qu’on pourrait cependant s’en passer - pour mieux se vivre.

Les silences sont vulcanisants ; ils bouchent les trous de ma fuite d’air, de ma fuite de vie. Ils sont vulcanisants jusqu’à ce que je change la chambre à air - la dimension de ma vie - pour ne plus avoir l’odeur de la sécotine dans les narines. Il faut beaucoup de rustines - pour certains - avant qu’ils ne changent la chambre.

Les conditions du silence, c’est de ne pas garder le silence trop longtemps.
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Lilacléa
Lilacléa · il y a
C'est bien écrit mais je ne suis pas sûre que le silence soit réparateur après un traumatisme... Je pencherais plutôt pour la parole le plus rapidement et le plus fort possible.

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Moi, Dionysos

Christophe

Moi Dionysos, fils de Zeus et Sémélé,
Dieu vivant parmi les mortels,
Dieu errant sur cette terre aimée,
Préférant la rugosité du sol sous mes pieds nus aux douceurs des parquets d'or de... [+]


Très très courts

Ex tenebris lux

Valérie Labrune

Il y eut une nuit où la lune se figea. Elle resta là. Inerte. Le jour ne lui succéda plus. Combien de temps est-ce que cela dura ? Longtemps. Très longtemps. Puis elle disparut, plongeant les... [+]