Léon déteste les dahlias

il y a
2 min
4
lectures
2

Intermittente de l'écriture, dans la catégorie Supersenior. Des mots, des phrases, qui jaillissent parfois, qui viennent sans qu’on les cherche, allez savoir pourquoi  [+]

Lorsque Mélie alla rendre visite à son mari, la première chose qu'elle remarqua, ce fut le bouquet : des dahlias qui éclataient de couleurs.

Mon pauvre Léon !
Mais QUI t'a apporté ces fleurs ? Des dahlias ! toi qui ne les as jamais aimés ! Des fleurs toutes ébouriffées, tu as toujours dit. Ce ne serait pas l'Alphonsine, par hasard ? Elle en a plein son jardin. C'est elle, hein ? J'en étais sûre ! Elle en a toujours pincé pour toi, tu ne vas pas prétendre le contraire.
Tu vois ce que j'en fais, de ses fleurs, moi ! Et pas plus tard que tout de suite, non mais ! Et hop ! Dans la poubelle ! Je m'en vais aller lui dire deux mots, à cette hypocrite, qui t'apporte des fleurs dans mon dos !
Tiens, regarde mon bouquet à moi : des fleurs des champs toutes simples, juste comme tu les aimes, des marguerites- je t'aime un peu, beaucoup, passionnément, tu te rappelles ? - et des bleuets. Je n'ai pas mis des coquelicots parce que ça ne tient pas. Il n'est pas beau, mon bouquet ?
Oui, je sais, ce n'est pas mon jour habituel de visite mais j'avais quelque chose d'urgent à te demander. Attends, je me rapproche, je te parle à voix basse, parce que ta voisine d'en face, elle a toujours été du genre à écouter aux portes, et à cancaner après. Et ce que j'ai à te dire aujourd'hui, elle n'a pas besoin de l'entendre, c'est privé !
Je t'explique. Je t'ai déjà raconté comme Gustave a toujours été là, après ton accident de tracteur, pour me rendre des services. Un bon copain, que tu as là. Il ne m'a jamais laissé dans la peine, ah, ça non, alors. Des amis comme ça, crois-moi, il n'y en a pas beaucoup. Bien sûr, au début, tous les voisins étaient prêts à me donner un coup de main, et puis, à la longue, ils ont oublié, c'est normal, ils ont aussi leurs tracas. Mais Gustave, lui, ne m'a jamais laissé dans les soucis.
Tu prétendais toujours qu'il était resté célibataire, parce que c'est toi que j'avais choisi, et pas lui. Eh bien tu vois, il ne m'en veut pas. Il passe tous les jours voir si j'ai besoin de quelque chose, il me coupe le bois, il bricole et répare ce qui est cassé. Alors, moi, je lui propose de partager mon repas, pour le remercier. Il ne dit pas non. Le soir, il nous arrive de boire une goutte de génépi, comme on le faisait tous les deux.
Tout ça pour te dire que... bref, tu vois, il nous arrive parfois de penser qu'on pourrait faire un bout de chemin ensemble. Mais pas sans la permission de mon Léon, ce ne serait pas bien, ça, je lui ai dit, à Gustave. Il l'a bien compris : je suis une femme honnête, moi !
Tu comprends, ce n'est pas comme si tu devais revenir à la maison. Le chirurgien l'a bien expliqué, après ton accident. Des graves séquelles... irréversibles... Ça voulait dire qu'il n'y aurait plus d'espoir de te retrouver comme avant.
Alors, me voilà, pour que tu me donnes ton accord. Les nuits sont longues, tu sais, depuis que tu n'es plus là, elles sont froides aussi, souvent. Mon Léon, je sais que tu n'aimerais pas que je sois triste trop souvent à cause de ton absence. Tu as toujours été aux petits soins pour ta Mélie, et tu ne voudrais pas qu'elle dépérisse d'ennui, hein ?
Ah ! Tu es un brave homme, mon Léon, je l'ai toujours su, et ce que tu me dis aujourd'hui, c'est beau, c'est grand. Tu vois, j'ai hâte de raconter à Gustave comme son copain est quelqu'un de bon, de généreux.
Et puis tiens, j'ai eu tort de me fâcher tout à l'heure après l'Alphonsine et ses dahlias. Ça te fait plaisir qu'elle t'apporte des fleurs ? Alors, tu sais ce que je vais faire ? Je vais tout de suite passer lui dire que tu n'aimes pas les dahlias. Il ne faut pas que ses fleurs te contrarient... Des roses-pompons, par exemple , tu aimerais ?... Je lui fais la commission, compte sur moi...

... Et, sans plus tarder, Mélie poussa la lourde porte en fer du cimetière qui se referma en grinçant.
2
2

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Premières fois

Gregory A.

Alors que la pyramide de glace dans mon verre venait de perdre un niveau en un tintement assez agréable, je revins à la réalité et sortis de ma léthargie commémorative. Toutefois, en buvant... [+]