L'envolée

il y a
3 min
306
lectures
82
Qualifié
Image de 1ère édition
Image de Très très court

Tout a commencé par une séparation brutale et déchirante. Douloureuse. J’ai vu ma moitié se faire broyer puis jeter comme si elle n’était rien. Une partie de moi voulut hurler son désespoir, tandis qu’une autre, mue par l’instinct de survie, fut soulagée d’être toujours en vie. Je frémis encore face à cette barbarie.
Je me suis échappé. Littéralement envolé. J’ai pris un bol d’air, c’est le cas de le dire ! Je ne pensais pas que cela serait possible. Mon existence avait un but précis, mais pas celui-là. Pourtant grâce à une bourrasque, j’ai découvert la liberté. Enfin, si l’on veut. Cela a un prix. Je suis maintenant le jouet des éléments : incapable de piloter, je crois et je décrois au gré de son humeur. Je m’élève tantôt au-dessus de ce bâtiment ovale, bruyant et hostile à mon égard, tantôt je redescends si près de cet ennemi gigantesque et sans pitié, qui a déjà détruit ma moitié. Ce n’est pas le meurtrier, certes, mais il est de la même espèce sanguinaire et néfaste. Ma peur suit ascensions et descentes, je commence à avoir le tournis d’ailleurs... L’expérience pourrait être amusante, si ma survie ne dépendait pas de ce manège incessant. Ma fuite est passée inaperçue, mais je ne veux pas être repris ni subir le même sort que...
La chance me sourit. Le vent met un coup d’accélérateur. L’air se déchaîne si bien que je fais une montée fulgurante et m'entraîne loin de cet endroit si dangereux. Tandis que le vacarme diminue et que l’antre de la mort rétrécit, l’adrénaline m’envahit. Je suis happé par l’aventure. Je goûte à cette liberté retrouvée. J’ignore où cette épopée va me mener, mais je me dis que cela ne pourra pas être pire que le lieu que je viens de quitter.

J’atterris enfin. La météo s’est calmée. Le sol est dur et froid. Nauséabond. Où suis-je ? Je ne reconnais pas. Il faut que j’analyse la situation. Je suis perdu, immobile... mais libre. C’est la seule chose qui compte pour moi en ce moment. Libre. Je me le répète comme un baume...
Ciel ! Je crois que j’ai parlé trop vite ! Des ennemis arrivent. Je pourrais reconnaître leur taille de géant entre mille, leur épaisseur si particulière, leur manque de grâce, tout ! M’ont-ils suivi ? L’effroi me tétanise. J’essaie de me faire le plus petit possible. Ils vont me reprendre, c’est sûr... mais ils passent à côté de moi sans même m’accorder un regard. J’ai eu chaud ! La peur est de retour. Ils sont partout ! Je ne suis pas en sécurité. Le risque d’être repris est trop grand ! Je dois m’en aller. Je veux m’échapper encore, partir plus vite, plus loin... sauf que je n’arrive plus à décoller. Comment faire ? J’en viens à me dire que la première fois n’était qu’une erreur...
Ciel ! Qu’est-ce que je l’aime ! Il me le rend bien, car il envoie une bise à mon secours. Ce n’est pas le décollage du siècle, je ne m’élève pas aussi haut que lors de ma précédente tentative, mais l’air me guide une fois de plus. Il me permet d’avancer au ras-terre, aléatoirement. Qu’importe. Je me fiche du chemin, je suis en mouvement, et c’est la meilleure façon de rester vivant. Oui, en mouvement ! Encore...
CLAC !
Sans que je comprenne ce qui se passe, je percute de plein fouet un monstre de métal, qui me plaque au sol. Je glisse sous lui avant d’être éjecté violemment au loin. La douleur me désarçonne. Je ne suis plus que souffrance... mais mon calvaire est loin d’être terminé. Mon corps frêle et souple se coince sous un de mes ennemis, qui, comble de l’ironie, ne semble même pas se soucier de ma présence. Il va tuer en me piétinant sans même s’en rendre compte. Au moins, ma moitié a eu le droit d’être considérée au moment de sa mort... Il m’emmène à grandes foulées, et je manque d’avoir la nausée. Ce manège m’amuse beaucoup moins que le premier.
Sous les impacts de ce pied dynamique, je sens le sol qui se transforme. Il n’est plus aussi dur qu’avant, il s’est ramolli et il est salissant. On a changé de milieu, même si je m’en préoccupe assez peu. Je veux qu’on me laisse tranquille.
- Beurk ! C’est dégoûtant ! crie l’ennemi.
Il a remarqué ma présence ! Peste ! Il me dégage d’un mouvement brusque et je bascule dans le vide. J’ignorais même qu’on avait atteint un espace élevé. Ma chute est lente, j’ai le temps d’avoir peur, de me demander ce qui va encore m’arriver... J’en suis presque à regretter ma première prison...
GLOUPS !
C’est fr... Gloups ! froid ! Que se passe-t-il cette fois-ci ? Je n’arrive pas à g... gloups ! mon corps hors... gloups ! de quoi ? Qu’est-ce que c’est ? Je vais vite ! Gloups ! Tellement vite ! Gloups ! Ce que je s... gloups ! sais... gloups ! c’est que ça va me tuer !
On m’arrache de cet enfer ! Soulagement ! Je ne vois pas qui m’a sauvé. En fait, je ne vois plus rien, je suis flasque et je pèse une tonne.
- Non, mais j’vous jure, les gens sont des porcs ! Ils jettent n’importe quoi dans l’eau ! crie-t-on. Comme si la planète n’était pas assez polluée !
- Qu’est-ce que c’est ? Tu sais d’où ça vient ?
Ciel ! Je suis entre les mains d’humains... Merveilleux, je leur ai échappé, enduré mille souffrances pour finalement les retrouver. Il me tourne dans tous les sens en m’examinant. Il cherche à m’identifier. Je crois qu’il y parvient, car il déclara : ¾ Il vient du stade de foot. Je comprends mieux. Les supporters en déchirent des tonnes et les jettent. C’est qu’il en a fait du chemin le petit.
- Mets-moi ça dans le feu, grogne le deuxième.
Le quoi ? Qu’est-ce que ça encore ? Cela va faire mal ? J’ai tout juste le temps de voir une once rouge qui danse, et...

C’est ainsi que s’achève l’extraordinaire envolée de notre morceau de papier.

82

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,