2
min

l'envol

98 lectures

55

L’oiseau blanc m’a déposé sur le chapiteau enneigé, il me coiffe de plumes blanches, chaudes, elles recouvrent ma tête, mon torse.
Je respire l’odeur animale des ailes, un peu âcre, doucereuse, l’air frais filtre à peine.
Je sens le contact léger et frémissant de la neige à mes pieds, je n’ai pas froid, mes pattes sont prêtes pour ce contact, je sens ma peau pareille à celle tannée et noire des oiseaux de proie.
Il m’a laissé ses ailes pour me protéger, et, en partant, il m’a dit que je pourrais m’envoler dès que je le voudrais.
Pour le moment, je savoure cette double sensation duveteuse et irisante, les poils de mes jambes se dressent, blonds et drus, je pense aux dessins de vautours des BD de mon enfance.
Le chapiteau corinthien allongé dans la neige va se dresser peu à peu, pour que je profite davantage de la vue.
L’oiseau m’a dit de petit à petit faire glisser ma tête au travers de son ramage, les ailes naturellement se déploieront. Je devrais étendre mes bras, faire rouler mes épaules délicatement comme dans mes jeux d’enfant, puis battre des ailes de plus en plus fort, me hisser sur la pointe des pieds et laisser mon corps décoller de la colonne.
Je suis plume, l’air glisse sur mon corps, mes yeux s’écartent, mon nez s’allonge, un cockpit de givre se forme sur ma tête.
Le paysage ressemble à une immense tarte tropézienne, partout le sucre glace a saupoudré les champs, il me vient l’envie de m’en tailler une part, j’aimais tellement ce gâteau enfant ! Une brume légère tamise le paysage et fait difracter la lumière.
Les courants m’aspirent et me font virevolter, le soleil est levé en même temps que la lune, donnant une pâleur particulière au jour.
Les deux astres luttent sur l’horizon rosissant. Je suis seul, des orbes traversent par grappes mon champ de vision si vaste. Me vient l’envie d’engloutir plusieurs d’entre eux. Ames errantes dans la splendeur du grand nord. Peut être pourrions nous converser ? Un petit vient me narguer, tournoyer autour de moi :

- je peux me poser sur ton aile ?
- pour quoi faire ? tu ne voles pas toi aussi ?
- si, mais je n’ai plus de corps, j’ai oublié ce que ça fait d’avoir un corps !
- si tu veux, glisse toi sous les grandes plumes que je ne te perde pas en vol
- dis ? tu as peur de mourir ?
- un peu tout de même, un peu moins depuis quelques minutes, depuis que je suis devenu oiseau
- moi j’ai pas eu le temps d’avoir peur !
- ah bon ?
- j’avais un cœur multicolore, il n’a pas supporté le racisme ambiant
- ...
- un matin, de rage, il a explosé, j’ai rien senti, j’avais trop senti avant
- et maintenant ?
- je flotte.... Ça me fait ni chaud ni froid
- je comprends, tu ne t’ennuies pas ? tu parles avec les autres ?
- oui, on se raconte nos morts, c’est parfois drôle, mort de rire !...
- vraiment ?
- oui, tu verras...
-
J’ai rien à rajouter... l’horizon devient circulaire, l’à pic de l’autre face du monde m’aspire, je résiste car je veux demeurer au dessus de ce paysage immaculé et silencieux, seul le frottement de l’air sur mes ailes revient à mes oreilles. J’agite un peu les bras pour prendre de l’altitude, dans ma tête un réveil se met à sonner, je ne parviens pas à trouver le moyen de l’arrêter. L’orbe n’a pas l’air importuné par la sonnerie, elle ressemble à des grelots d’angelots assourdissants. Tout à coup, mon œil gauche clignote et me faire tordre le cou vers une maisonnette en bois, peinte en rouge. Elle est à la limite de la terre, après elle, le vertige du vide sidéral, des milliards d’étoiles empilées, de comètes fatiguées, d’astres agonisants.

- C’est là qu’habite le gardien du monde, me dit mon passager
- Le gardien du monde ?
- Il retient ceux qui veulent en finir, certains n’ont pas résisté à l’appel du vide, d’autres ont franchi le seuil, ont trouvé une table télescopique avec des bancs adaptables au nombre des convives.
- Tu y es déjà allé ?
- Ben oui, le repas était excellent, il y en avait des drôles là-bas. j’avais pourtant décidé de vivre, mais le papillon de mon cœur ne fut pas d’accord !
- On y va ?

Je n’entends pas sa réponse, mon œil continue l’amorce du virage enclenché, la descente est rapide, l’atterrissage sur le toit un peu acrobatique, un nuage de neige ébouriffe mes plumes.

A mon réveil je ne me souviens à peine de l’odeur qu’il régnait dans la cuisine.....

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
55

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Arnaud
Arnaud · il y a
Il y a longtemps, je rêvais régulièrement que je volais. C'est de plus en plus rare hélas. Vous m'avez fait revivre un instant ces rêves. Merci beaucoup.
Une petite remarque cependant. J'aurais aimé un plus long passage sur les orbes. J'ai les mêmes sensations avec le vent.
Arnaud

·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime. Je vote. 5 voix.
Je suis aussi en compétition avec une brume brumeuse ... :
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Un très beau texte !
Si vous souhaitez un commentaire précis et argumenté, n'hésitez pas à demander et, de même, ne vous gênez pas pour venir commenter, critiquer ou même détester ma "Frontière de brumes"...
Tous mes vœux pour cette nouvelle année !

·
Image de Coraline Parmentier
Coraline Parmentier · il y a
Mes voix pour votre texte !
Si mon royaume embrumé vous intéresse, c'est par ici...
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-royaume-dans-la-brume

·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Un vol initiatique qui ravit. Mon vote. Si le cœur vous en dit mon univers vous est grand ouvert (L'héroïne - Tata Marcelle).
·
Image de Martiniere
Martiniere · il y a
Envolée, un vieux rêve moi aussi....
·
Image de Sandra Dulier
Sandra Dulier · il y a
Nous rêvons tous un jour de voler... L'oiseau blanc a emporté loin mes rêves. Merci. Je vous invite à découvrir Boréale. http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/boreale
·
Image de Patrick Bourchet
Patrick Bourchet · il y a
Extra , comment connais tu mes rêves ?
·
Image de Pauline Olphe Galliard
Pauline Olphe Galliard · il y a
c'est la dimension inconsciente de l'instruction !.....
·
Image de Isabelle Masset
Isabelle Masset · il y a
Bravo et merci pour ce moment de bonheur
·