3
min

Légende du Lac

Image de Cathy Luke

Cathy Luke

43 lectures

52

Rêve ou réalité ? Je ne le saurai jamais, cela reste un total mystère pour moi, aussi n'en ai-je parlé à personne.
Je suis plutôt quelqu'un qui a les pieds sur terre, je ne crois que ce que je vois, ce que j'ai vécu, il n'y a que moi pour savoir que cela a bel et bien existé..
Ce jour là, malgré une petite pluie fine, j'avais décidé d'aller me promener vers le lac situé à proximité de chez moi, un joli circuit bordé d'arbres, permettait d'en faire le tour.
Ballade de plusieurs kilomètres, très agréable, qui me permettrait de m'oxygéner tout en faisant une bonne marche, j'en avais bien besoin.
Beaucoup de légendes circulaient sur ce lieu, il y aurait eu, encore maintenant, des apparitions de dames blanches flottant sur l'eau, des rires, le soir, d'enfants disparus, des silhouettes aux contours flous aperçues sur la berge, et que sais-je encore.
Tout en appréciant ces récits, j'étais plus que sceptique par rapport à la véracité des ces histoires aussi belles fussent t'elles.
La bruine persistante ayant certainement découragé les promeneurs, j'étais seule, ce qui ne me dérangeait pas, bien au contraire.
Le silence était seulement troublé par les pépiements des nombreux oiseaux qui nidifiaient dans les arbres et le craquement des brindilles sous mes bottes.
Tranquille, je marchais, toujours émerveillée par la transparence de l'eau si pure, d'une couleur allant au vert à un brun mordoré.
Les gouttes de pluie s'écrasant sur la capuche de mon imperméable diffusaient
une jolie musique.
J'écoutais le clapotis de l'eau du lac dont la surface se revêtait peu à peu d'un épais voile de brume, voile dont des lambeaux s'accrochaient aux branches des arbres.
Le paysage changeait et ressemblait maintenant à un tableau de Rembrandt, je trouvais cela plutôt joli.
La brume envahissante déposait un masque opaque jusqu'au chemin où je me trouvais, rendant la visibilité de plus en plus mauvaise.
Je m'arrêtais de marcher et remarquais qu'il n'y avait plus aucun bruit, même les oiseaux s'étaient tus.
Je regrettais de ne pas avoir emporté de lampe torche, mais il est vrai que je ne pouvais pas deviner qu'une telle obscurité tomberait en plein milieu de l'après-midi.
Il faisait très sombre, aussi je décidais de rebrousser chemin, mais je trébuchais sur les pierres, me cognais contre les arbres dont les branches me griffaient méchamment le visage.
Toute la nature m'était devenue subitement hostile.
De façon insidieuse, la brume enveloppait tout mon être, ma vue était floue, dédoublée, impuissante, je me sentais prisonnière comme ligotée par d'invisibles liens.
Mon cœur s'affolait et battait à grands coups dans ma poitrine douloureuse, j’étais complètement paniquée, je ne savais pas ce qu'il m'arrivait et l'inconnu m'avait toujours fait très peur.
Soudain, j'entendis des petites notes de musique, comme une comptine d'enfant,
mais oui je la connaissais, il s'agissait de "pirouettes, cacahuètes", cela me fit sourire et m'apaisa un peu.
Je sentis une odeur de gâteau tout juste sorti du four, celui que ma grand-mère me faisait pour mon goûter, car elle savait que ce gâteau au chocolat était mon préféré !
Le banc formé par la brume me berçait et finissait de me rassurer, tel mon petit cheval en bois à bascule, comment avais-je pu l'oublier ?
Une sensation de chaleur et de bien être se diffusaient dans tout mon corps, ma tête était légère, vide de toute angoisse, je n'avais pas connu cela depuis longtemps.
Je flottais sereine, heureuse, pleine d'un bonheur inexpliqué, je ne voulais pas que cela finisse.
Soudain, un courant d'air déchira l'écran opaque et laissa apparaitre une forme aérienne qui me frôlait et me caressait doucement la joue.
Plus de peur, plus de panique, je ne savais comment mais j'étais sûre que cette présence était bienveillante.
Comme de petites clochettes, des rires cristallins d'enfants tintèrent à mes oreilles.
La silhouette tremblotante me fit entendre, par la pensée, qu'elle était le sculpteur de la brume et qu'avant de s'évanouir, elle pouvait, si je le désirais, me montrer le visage dun être aimé.
Toutes mes pensées se concentrèrent sur ma Grand-Mère bien aimée.
Son visage apparut, suspendu dans les airs, rayonnant de bonté, elle me souriait et me regardait avec un tel amour que j'en fus transportée.
Cela ne dura que quelques instants, la réalité revint sous la forme des rayons du soleil qui perçèrent le brouillard qui se retira presque à regret.
Eblouie par tant de lumière, je me secouais et abasourdie, je me retrouvais sur le sentier emprunté auparavant.
Combien de temps s'était il écoulé ? je l'ignorais car ma montre s'était arrêtée.
A quelques jours de Noël, qui avait bien pu me faire ce merveilleux cadeau et pourquoi moi ?
Depuis, un changement s'est opéré en moi, tous mes proches me disent que je suis plus à l'écoute, plus posée, plus présente.
C'est vrai, cette expérience m'a enrichie, transformée, je ne peux pas faire comme si rien ne s'était passé, maintenant j'apprécie tous les petits plaisirs que m'offre la vie.
Et même si c'était un rêve, quel joli songe, et puis, quelle importance ? puisque j'ai retrouvé mon âme d'enfant.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
52

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime Sfumato. Je vote. 5 voix.
Je suis aussi en compétition :
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Un très beau texte !
Si vous souhaitez un commentaire précis et argumenté, n'hésitez pas à demander et, de même, ne vous gênez pas pour venir commenter, critiquer ou même détester ma "Frontière de brumes"...
Tous mes vœux pour cette nouvelle année !

·
Image de Abi Allano
Abi Allano · il y a
J'aime l'atmosphère de votre récit. Bravo!
·
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Les lacs ont des vertus insoupçonnées... certains soirs d'aucuns prétendent y avoir vu des ballets... avec des cygnes. Mon vote pour cette évocation pleine de tendresse.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une belle histoire bien conçue, pleine de mystére et de tendresse à la fois ! Mes votes ! ***Mon récit, “Croisière”, est en lice pour le Prix 2017 Imaginarius. Une invitation à faire le voyage si vous ne craignez pas la brume épaisse en mer. Merci d’avance !
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/croisiere-2

·
Image de Chantal Noel
Chantal Noel · il y a
Quelle douceur, c'est très beau!
·