1
min

Le sauvage (d'après "Into the wild" de Sean Penn)

Image de Eric B.

Eric B.

228 lectures

26

Tes parents t’aiment, mais ils t’étouffent. Ton bac en poche, on te destine à une université qui te posera sur les rails d’une carrière fade. Tu te fondras dans un décor qui t’oppresse déjà, à dépenser ton argent en futilités, à vivre sans but dans un monde absurde.
Alors, pars ! Quitte la société, car sinon elle te détruira. Fuis les gens, la cité, ton époque... Et déguerpis maintenant. Demain, ce sera trop tard, le confort t’aura déjà corrompu. Vas-y ! N’emporte qu’un sac à dos, ne préviens personne et marche vers le Nord-Ouest. On dit que le bout du monde y demeure. Il t’attend. Ne l’entends-tu pas t’appeler ? Si tu croises des gens amicaux, soit reconnaissant mais continue ton voyage, toujours. Considère que dormir deux nuits au même endroit est un échec.
Accompagné des refrains d’un chanteur folk, tu apprends l’humilité et le respect au contact de la solitude, de la faim et du froid. Un jour, trop agressé par ces chimères, tu gagnes le cœur d’une ville. Pauvre naïf ! On te traite comme un détritus. Mais le loup sauvage t’habite déjà et tu laisses ces pantins à leurs illusions.
Patience, il ne te reste qu’une poignée d’humains à croiser. Ne t’attache pas, résiste encore. Un ultime cours d’eau à franchir, et voilà le Nord-Ouest du monde. Plus loin, un bus échoué t’attend. Improbable maison. Adieu la société ! Espérons qu’elle ne se sente pas trop seule sans toi.
La nature panse tes plaies et émerveille tes sens. Tu es arrivé ici comme la dernière pièce d’un puzzle idéal. Tu ne vis que dans le présent et tu entrevois enfin le bonheur, car le malheur ne se terre que dans les méandres du passé et les brumes de l’avenir. Des voix mystiques caressent ton âme de chaman. Au milieu des herbes et des fleurs, parmi les loutres et les orignaux, sous les étoiles et dans ton bus, tu côtoies désormais les dieux.
Mais tu oublies qu’en Alaska, le paradis ne dure que l’été. Aurais-tu montré tant de vanité que le vent et la neige viennent reprendre ton auréole ? Ça recommence : la solitude, la faim et le froid, mais ce n’est pas tout. Voici ton nouveau fardeau : la peur. Ça y est, tu paniques et tu détales vers le sud-est, ivre de terreur. Le coup de grâce : le charmant ruisseau de l’été est devenu un torrent haineux. Les éléments te retiennent captif et tu vis maintenant en cage. L’angoisse puis la folie rampent jusque dans ton bus, tu en oublies les règles fondamentales, et un geste malheureux achève ton histoire.
C'est fini. Tu meurs et moi... je t’admire.

PRIX

Image de 2014

Thème

Image de On a lu le film
26

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Valoute Claro
Valoute Claro · il y a
Eh oui, la liberté n'est jamais où en croit la trouver...Ne serait-elle pas seulement dans notre tête?
·
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Une nouvelle randonnée solitaire qui ne laisse pas indifférent. +1
( Bravo pour l'inspiration que je n'ai pas trouvée dans cette catégorie...)

·
Image de Eric B.
Eric B. · il y a
Merci beaucoup pour cette parenthèse enchantée
·
Image de Virginie Colpart
Virginie Colpart · il y a
superbe! les émotions du film me sont revenues à la lecture de votre texte.
·
Image de Eric B.
Eric B. · il y a
Merci pour le commentaire
·
Image de Véronique D.
Véronique D. · il y a
j'avais beaucoup aimé le film, bravo Eric pour cette description fidèle de la recherche de liberté et d'absolu de ce jeune homme. Bonne chance pour le concours !
·
Image de Eric B.
Eric B. · il y a
merci Véro
·
Image de Loame
Loame · il y a
+1 pour cette liberté du bout du monde, le film m'avait trop remué les tripes..
Et ce texte ...ouah!

·
Image de Eric B.
Eric B. · il y a
Merci Loame pour ce gentil commentaire
·
Image de Sophie Copinne
Sophie Copinne · il y a
Tu nous donne l'envie de retourner dans une salle noire pour nous replonger dans cette histoire, merci Eric, tout comme Jane je trouve que tes mots donnent la douceur du rêve de cet homme .
·
Image de Eric B.
Eric B. · il y a
merci Sophie
·
Image de Jane Véronique
Jane Véronique · il y a
Le film était particulièrement dur...la fin est atroce.....l'agonie insupportable...vous l'avez adoucie....
·
Image de Eric B.
Eric B. · il y a
oui c'est vrai que je ne m'attarde pas tellement sur la fin de fin particulièrement douloureuse de ce jeune homme. C'est sans doute par ce que ce qui m'a fasciné dans cette histoire, c'est plutôt son choix absolu de vivre en liberté totale... et en acceptant et en assumant tous les inconvénients de ce choix. C'est pour cela que j'admire ce personnage, car j'aspire à ce genre de force, et je sais que j'en suis incapable. Le confort m'a déjà corrompu. (après, ne soyons pas hypocrite, c'est bien aussi le confort)
·
Image de Jane Véronique
Jane Véronique · il y a
Il y a quand même pas mal de paliers entre la surconsommation, le gavage à outrance, le gaspillage phénoménal...et le retour au source, l'état "animal", la régression....
Le confort... sans tout ficher en l'air, renoncer à tout, il y a moyen de modérer les exagérations, de se contenter d'un peu moins, de faire raisonnablement...

·
Image de Eric B.
Eric B. · il y a
tout à fait d'accord, je ne faisais que forcer le trait. Je pense aussi que l'on peut beaucoup juste en réfléchissant et en se modérant.
·
Image de Michel Dréan
Michel Dréan · il y a
Parce que moi aussi comme Zab et Fred, j'ai adoré ce film, je vote Eric !
·
Image de Eric B.
Eric B. · il y a
merci Michel
·
Image de Zabelou
Zabelou · il y a
Sean Penn est un surdoué et Emile Hirsch est incroyable dans ce rôle, d'une grâce absolument bouleversante. Je suis hantée par la fin du film...
·
Image de Zabelou
Zabelou · il y a
Parce que Sean Penn est un génie, parce que ce film est magnifique et poignant, parce l'histoire est vraie, parce que la musique est sublime... et parce que vous en parlez divinement bien. Mon vote. ;-)
Avec toutefois la même réserve sur le titre que la perspicace Fred. ;-)

·
Image de Eric B.
Eric B. · il y a
Oui, plus j'y pense, plus je pense que ce n'était pas une bonne idée. Tant pis.
Merci pour le vote.

·
Image de Zabelou
Zabelou · il y a
Tentez un petit mail à Short, ils peuvent peut-être faire une correction...
·
Image de Eric B.
Eric B. · il y a
Oui, ils le font volontiers, je l'ai déjà fait pour d'autres textes. Là, c'est moins fondamental, ce n'est pas une faute de frappe. Je vais plutôt assumer mon premier choix, même s'il n'est pas optimal. Merci pour le conseil.
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Bonjour Éric ! J'ai reçu une notification, aussi je suis venue vous lire aujourd'hui, ce qui m'a permis de voir que vous êtes aussi en compétition pour l'hiver.
J'ai lu d'une traite votre évocation de "Into the wild". J'ai énormément apprécié. Je me demande s'il n'aurait pas été préférable de ne pas dévoiler le titre du film dans le titre, pour laisser au lecteur le soin de trouver de qui et de quoi vous parliez. Mais aussitôt je me souviens que le nombre de caractères étant limité vous n'avez peut-être pas eu le choix. C'est le seul minuscule bémol que je mettrai à ma lecture vraiment enthousiaste de votre TTC. J'ajoute un vote.
Puisqu'on est tous dans le même bateau je vous signale que j'ai écrit dans les trois catégories de Livres en tête et que j'ai aussi une nouvelle en compétition pour l'hiver...Si vous avez un peu de temps, cliquez sur ma page, cela me fera plaisir.

·
Image de Eric B.
Eric B. · il y a
Merci beaucoup pour ce commentaire. L'évocation du titre du film dans... mon titre, c'est vrai que j'ai hésité. Je ne sais pas moi-même si c'est une bonne idée. Bref, je l'ai senti comme ça. Je ne manquerai pas de prendre un peu de temps pour vous lire. Bonne chance pour le reste de la compétition.
Amicalement

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur