Le sable d'hiver

il y a
1 min
0
lecture
0

Pour éviter de tomber dans ces fatigantes hallucinations. Je garde mes paupières ouvertes. Tenant avec des cure-dents. Debout le long du mur. Observant les vagues jaunes et bleues émanant de  [+]

Alors... papillonner, ce n'est pas l'heure. On repart dans la nuit mon chaton. Encore. Il y a. Les yeux verts de la marionnette. Les jambes sont parti. Le corps, il, il est brûlant. Et alors que la beauté se tâche, le shampoing brûle dans la poussière. Tu as beau faire le signe de la croix, ça ne me dit pas où chercher sur la carte. Je n'ai pas vraiment senti d'atomes mais j'ai l'impression que tu as du sable dans la tête et qu'il suinte par les craquelures. Allez mon chaton, suis la trainée de sable.

Tu marches dans la nuit, dans un parc, il neige, il fait sombre. Lumière lampadaire. La marche, la promenade. Le vent qui siffle, les branches qui tombent. La personne à côté de toi ressert son manteau. Avancent tous deux dans le froid. La personne regarde les toilettes publiques enfouies dans les ombres. "Ha c'est ici que l'on m'a tué". Tu regardes. "Je sais, c'était moi".
Le manteau s'effondre, la neige est noire, le vent est dur, le froid est sec.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,