2
min

Le réveil

Image de Suzanne

Suzanne

19 lectures

5

Ce matin là, je me réveille, comme tous les autres matins mais cette fois ci à la campagne, pour changer de la ville, Paris c’est bien beau avec tous ses monuments historiques, mais je fais une pause, juste le temps d’un week-end, j’ai laissé tout appareil connecté à Paris, je suis venu en train, puis j’ai marchée jusqu’à la maison de ma grand-mère, cette maison que j’avais tant aimée et puis que j’avais oubliée. Arrivée là-bas j’étais épuisée et me coucha directement, mais ce matin tout commence.
Le chant des oiseaux me réveille, l’air frais s’engouffre par la fenêtre que j’avais laissé ouverte hier et me caresse la joue.
Je me lève, m’étire marche jusqu’à la salle de bain et prends une bonne douche chaude.
J’ai l’impression que le monde c’est arrêté, juste pour moi, qu’il retient son souffle pour me voir vivre un peu plus longtemps, vivre ou revivre ? Cela fait si longtemps que je n’avais pas fait la grasse matinée, cela fait si longtemps que je n’avais pas profitée de la vie, du fait d’être vivante.
Je me revoie enfant, courant dans ce jardin immense, grimpant aux arbres, riant, faisant du toboggan, de la cuisine, être heureuse...
Et puis, j’entre, j’entre dans cette chambre, cette chambre qu’elle avait occupée, je sens son odeur, je m’enroule dans ses draps et je pleurs, je pleurs, je pleurs...
Jusqu’à la dernière larme de mon corps, je croyais ne plus en avoir, mais il en restait...
Puis enfin, remise de mes émotions, je décide de prendre mon vélo et d’aller à deux kilomètre chercher le poisson, l’aller n’est que de la descente mais le retour est donc en monter. Ce trajet je le faisait avec elle, elle m’encourageait et quand j’étais trop fatiguée, on descendait de nos vélos et on continuait à pied.
J’ai mal, lorsque que j’allais encore au travail à vélo, ce trajet je le faisait en 10 minutes, mais ça c’était avant, quand j’avais encore le temps de faire des trucs.
Après manger, je vais au village le plus près, à 10 kilomètres, toujours à vélo. J’y fais mes courses, m’achète ce dont j’ai besoin. Puis je rentre, à la maison, je prépare un feu puis m’endort près de lui.
Je me réveille, je mange et décide d’ouvrir les albums photos, mes doigts tremblent lorsque je les prends dans mes mains. Une famille, être heureuse, c’était cela que je voulais lorsque j’étais petite. Puis j’ai oubliée, je me suis refermée et je suis tombée. Et maintenant, je ne sais plus qui je suis, le bonheur est un concept si lointain ; une chose inaccessible ; un souvenir.
J’ouvre, je me revoie plus petite, mes frères, ma sœur, mes tantes, mes oncles, mes parents, mes grands-parents, mes cousines, mes cousins ; et je pleurs, je fais couler toutes les larmes de mon cœur, ce ne sont pas de grosses larmes qui coulent lorsque l’on a fait une bêtise et que l’on va se faire punir. Non, ce sont des petites larmes, douces, délicates, fragiles...
Ils me manquent, lorsque j’aurais repris mon téléphone, je les appellerais, tous, et les inviteraient, parce que je les... je les aiment.
Je lève et me rappelle ce que j’ai à faire. Je prends mes clefs, mon manteau et je sors. Je sais où aller, j’y allait quand j’étais petite pour ma grand-mère.
J’ouvre le portail qui grince, je marche entre les tombes et arrive devant celle de ma mère, la tête me tourne et mes jambes se dérobant, je tombe par terre...
Lorsque que je relève la tête, je la vois, elle me parle et me dit :
_ « Lève toi, respire, inspire, expire... je suis morte, certes mais la vie continue, tu le sais au fond de toi, mais ne continue pas comme avant, maintenant, il faut que tu vives ta vie, saisie la chance qui t’es donné, tu l’as loupée une fois, ne recommence pas la même chose... Je t’aime. Au revoir... »
5

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Flore
Flore · il y a
C'est joli, bien conté. Demande de l'aide pour l'orthographe, à force d'écrire , on en fait un peu moins. Et il faudrait lire aussi ça aide. Besoin d'un coup de main, fait signe si tu veux.
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Dommage qu'il y ait autant de coquilles car votre texte intimiste est émouvant. Bonne après-midi et à bientôt pour d'autres textes ! :-)
·
Image de Suzanne
Suzanne · il y a
Merci de m'avoir mis un commentaire pour m'aider mais je n'ai pas bon compris ce qu'était des coquilles pouvez me l'expliquer s'il vous plaît ?
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Coucou, Suzanne, les coquilles, ce sont des fautes de frappe (et on utilise fréquemment ce mot pour des fautes d'orthographe)
Bonne journée.
Amitiés :-)

·
Image de Suzanne
Suzanne · il y a
Merci beaucoup pour votre conseil, j'essayerais de m'améliorer
Bonne journée

·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
De toute façon, on voit tjrs mieux les coquilles des autres que celles qu'on laisse dans nos textes ;-)
·