414 lectures

47

Qualifié

Je suis une vieille dame maintenant.
Non, ma fille, je t’en prie, ne soupire pas. J’ai juste envie de te parler.
J’ai vécu tant et tant de choses ! Je suis née en 1937. C’est si loin. Te rends-tu compte de ce que j’ai vu ? Des guerres, des révoltes, une révolution manquée mais qui a pourtant tout changé, des luttes, des fleurs dans les cheveux, des voitures qui crachaient de la fumée noire, des publicités pour de l’alcool, des cigarettes... Ma vie est devenue un livre d’Histoire maintenant.
J’ai travaillé aussi... beaucoup travaillé. Jusqu’à ce que mon corps me fasse mal. Jusqu’à ce que mes doigts se tordent de souffrance.
J’ai ressenti tellement d’émotions ! Le chagrin, la colère, la peur, l’amour... Ah ! L’amour ! J’aimerais tant sentir encore une fois cette sensation de chaleur dans la poitrine quand tu tombes amoureuse !
Oui, moi aussi, j’ai aimé avec passion. Il était si beau ! Non, ça n’était pas ton père. Tu crois que je suis née le jour de mon mariage ?
Tu penses que je radote, hein ?
Oui, je sais, tu as raison, je me suis souvent trompée aussi. Lourdement, parfois. Mais comment aurais-je pu apprendre si je n’avais jamais commis d’erreurs ?
Aujourd’hui, je sens mon corps qui me lâche petit à petit, comme une vieille mécanique dont les pièces usées tombent en panne une par une.
Comme la planète, oui, ma fille ! C’est vrai. On l’a bien bousillée et on ne vous laisse pas un vert paradis. Me croiras-tu si je te dis qu’on ne savait pas, qu’on n’a pas fait exprès ? Je suis d’accord, ce n’est pas une excuse.
Tu ne vas peut-être pas me croire, mais, moi aussi, j’ai dit un jour à ma mère que, nous, nous avions compris, que nous, nous allions nous y prendre autrement, que nous, on allait arranger les choses pour offrir un avenir à nos enfants.
Je me souviens de son sourire quand elle m’a répondu. Je m’aperçois aujourd’hui que c’est seulement maintenant que je comprends sa réponse.
Alors je te transmets ses mots à mon tour, avec tout mon amour et en espérant que tu comprendras plus vite que moi :
« Tu ne réussiras que si tes rêves sont plus forts que tes excuses ».

PRIX

Image de Eté 2015
47

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Nadou
Nadou · il y a
Dommage de ne pas retrouver votre texte en finale...
Je vais voir celui d'automne !
Mon poème en compèt est en lice pour la finale ! Je vous invite, si vous le désirez à réitérer votre soutien !
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/mon-eden-1

·
Image de Manon
Manon · il y a
Votre dernière phrase résonne encore a mes oreilles... Je suivrais cet adage avec vigueur :) Bravo Sylvie et excellente continuation ! (Desolee pour les accents, j'ai clavier qwerty)
·
Image de Namaste
Namaste · il y a
et vive la langue des oiseaux so long
·
Image de Nadou
Nadou · il y a
Sylvie...votre texte m'a beaucoup ému tant il est riche de vérités. Mon vote assuré ! Dépôt 46
Et si vous avez un instant, vous pouvez lire ma première œuvre en compétition, un poème ..."Mon éden"

·
Image de Valéry Hardiquest
Valéry Hardiquest · il y a
Un texte fluide et agréable à parcourir même s'il n'y a pas vraiment de grandes surprises. Une existence bien résumée, avec ses doutes, ses joies, ses peines et cet espoir... Pensons-y tant qu'il est temps. Une plume alerte et accrocheuse pour laquelle je vote. +1
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
L'histoire d'une vie bien remplie. La vieille dame se remémore ses peines, ses erreurs, mais surtout ses joies, ses amours, ses rêves. Elle s'inquiète pour l'avenir de ses descendants en bonne grand mère qu'elle est. Un joli texte donc, bien enlevé et agréable à lire. Vous avez mon vote, Sylvie. Pour mon compte, il me semble que tant qu'il y aura des merles dans nos jardins, il n'y a pas de raison d'être pessimiste. J'en ai justement un ici que vous pouvez découvrir si cela vous tente http://short-edition.com/oeuvre/poetik/merle-rondel
·
Image de Louyse Larie
Louyse Larie · il y a
Un chiffre tout rond, en l'occurrence le 40 ème pour ce relais, on ne peut plus agréable à lire !
Bienvenue parmi nous en culottes courtes, telle est la tenue de circonstance !

Et si le cœur vous en dit, j'ai prêtés "mille serments" en la demeure qui seraient ravis de votre lecture :
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/en-mille-serments

·
Image de Lady Daigre
Lady Daigre · il y a
A méditer, mon vote
·
Image de Nono23
Nono23 · il y a
Juste sublime...
·
Image de Sylvie Belgrand
Sylvie Belgrand · il y a
Merci, je ne trouve plus mes mots tant je suis touchée.
·
Image de Mamina51420
Mamina51420 · il y a
J'ai découvert votre texte par hasard en suivant le lien d'une "amie" commune ( Claudette ) et je ne l'ai pas regretté . Vous avez beaucoup de talent et de sensibilité . Bravo .
·
Image de Sylvie Belgrand
Sylvie Belgrand · il y a
Merci beaucoup. Ça me touche beaucoup.
·

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Je pousse la porte couverte de personnages rigolos et pénètre dans la chambre d’enfant. Je m’avance lentement, le bruit de mes pas amorti par l’épaisseur de la moquette. Michel me tuerait ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Geneviève en rêvait depuis des années. C’était maintenant chose faite. Elle était partie, comme ça, sur un coup de tête, laissant derrière elle son mari Antoine, sa maison, et même son ...