Le Python

il y a
2 min
12
lectures
0

Lorsqu'elle avait pour la première fois rencontré le Python, elle était heureuse dans sa vie. Elle était cadre aux ambitions grandissantes, elle pouvait compter sur de nombreux amis, elle était entourée d'une famille aimante.

Ce jour-là était un jour ordinaire. Elle s'était rendue à la cafétéria de l'entreprise pour le déjeuner et l'avait croisé au détour d'un couloir. Employés dans les mêmes locaux, elle l'avait par la suite revu. Il n'avait rien fallu de plus qu'une demande en ami sur Facebook pour qu'ils commencent à échanger et à sympathiser. De fil en aiguilles, le Python l'avait séduit. Rendez-vous après rendez-vous, discussions après discussions, elle succomba. Bien sûr, elle en parla autour d'elle, et qui ne fut pas ravi de la savoir comblée auprès de quelqu'un ? Alors, petit à petit, jour après jour, elle s'attacha. Le Python donnait le meilleur de lui-même pour lui plaire, pour paraître parfait. Une fois bien accroché, il ne pourrait rien arriver aux liens qu'il tissait, il le savait ; il s'assurait qu'ils fussent bien assez solides.

Ensuite, le Python fit tomber le masque. Pas soudainement, non, il était bien trop malin pour ça. Comme auparavant, il travailla patiemment. Ainsi, à chaque remarque, action, ou autre comportement qui s'éloignait de la norme, elle pardonna. Il utilisa ce processus d'habituation à sa guise, si bien que ce qui pouvait choquer quiconque parut normal aux yeux de sa proie. Pour elle, il l'aimait, à sa manière. Elle se pensait chanceuse que quelqu'un put même l'aimer. Cette pensée avait d'ailleurs été façonnée par le Python. En effet, quelques remarques de temps à autre sur son physique, sa manière de penser, sa manière de travailler, ses défauts, firent qu'elle se dévalorisait de plus en plus.

Par la suite, le Python se glissa en elle, rampa dans son esprit. A présent, qui ne se rendait pas compte que ce qui l'avait comblée au début n'était qu'illusion ? On tenta de la raisonner, mais il s'est avéré que l'amour rend aveugle. Le Python bien enroulé, elle était incapable de s'en défaire. Pourtant, le déni ne la faisait pas dévier de sa trajectoire professionnelle, elle continua son ascension, travaillait toujours sans relâche. C'est pourquoi elle pensait qu'elle était en train de construire la vie qu'elle avait toujours souhaité, sans se rendre compte de la réalité.

Alors, enfin, le Python, bien enroulé, bien accroché, serra. Il l'éloigna de ses proches, désolés de la voir si innocente, si naïve. Il l'isola. Prise au piège, elle ne pouvait plus, ne voulait plus se défaire de lui. Dans d'ultimes tentatives, on tenta autour d'elle de la sauver, de desserrer l'étreinte du Python, en vain. Son quotidien était rythmé par les disputes et les humiliations.

Jusqu'au soir où il l'étouffa.

0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Libre comme l'oiseau

Julie

Je regarde un oiseau qui picore les miettes de pain que j’ai déposées sur la terrasse. Il est si petit, si fragile. Et pourtant, il possède la plus grande des forces : la liberté. Tout à... [+]

Très très courts

Les Monstres

Judith Fairfax

La nuit, on entend les bêtes qui sont tout près. Des grognements, des miaulements, un cri perçant aussi, toujours le même, qui reste en suspens avant de s’évanouir dans l’obscurité.... [+]