Le Prince Schlurp

il y a
4 min
80
lectures
50
Image de 2020

Thème

Image de Très très court
Dans un petit village bâti dans une citrouille géante vivait une tripotée d’enfants. Parmi eux se trouvait un prince manquant d’allure et d’amabilité. C’était un bébé potelé à la mine renfrognée, bavant avec excessivité et ayant horreur de cette couronne qui le démangeait tant. Personne ne prêtait attention au prince Schlurp qui passait ses journées seul, à se demander comment il pourrait mettre un terme à toute cette bave qui l’incommodait tant.
Afin de remédier à cela, il décida d'élargir ses horizons. Un matin aux aurores, alors que tout le monde dormait encore, Schlurp se fit la malle : « De toute façon, personne ne remarquera mon absence » pensa-t-il tristement. Déterminé et muni d'un baluchon, le prince entreprit de quitter son bourg. Il gravit alors un à un les échelons, se rapprochant ainsi doucement de la lugubre forêt où personne encore n'avait osé s'aventurer.
« Mais enfin, mon Prince, au lieu de vous aventurer dans cette dangereuse forêt, ne feriez-vous pas mieux de vous préoccuper de la sécheresse qui sévit sur la citrouille et inquiète tous les habitants ? » conseilla Tenrec, le protecteur de la citrouille, qui ne voyait pas d'un très bon œil cette escapade matinale. Ce hérisson, à l'air inoffensif, avait pour mission de protéger à toute heure de la journée les résidents du village contre les drôles de créatures de la forêt qui tenteraient une approche. En cas d'attaque, sa riposte était aussi instantanée que virulente : il se mettait à gonfler au point de recouvrir le village entier et ses piquants devenaient aussi aiguisés qu'une lame de couteau.
Schlurp, aussi têtu qu'une mule, n'avait que faire de ses recommandations. Cependant, une fois la limite franchie, il frissonna de tout son être face à cet immense inconnu.
Le prince s'approcha de l'orée du bois où régnait un silence mortel. N'était perceptible que le bruit du vent s'engouffrant dans les branches. Tout le vacarme auquel il était habitué dans la citrouille lui manquait presque mais, armé de courage, l’enfant s'engouffra dans la forêt en jetant un dernier regard à son domaine. Errant sans but, il ne lui fallut pas longtemps pour avoir soudainement la plus grosse frayeur de sa vie. Une colossale mante religieuse surgit de nulle part et s'imposa devant le prince afin de lui barrer le chemin. Pour paraître encore plus impressionnante, la bête s'éleva sur ses pattes arrières et scruta de ses gros yeux globuleux ce pauvre bébé pétrifié et sans défense. De ses longues pattes fines, elle se mit à ouvrir délicatement son baluchon dans l'espoir d'y trouver quelque chose d'intéressant. Mais brusquement arriva au loin un énorme bourdon fonçant à toute berzingue sur la mante religieuse. Stupéfait, le prince se boucha les oreilles tant le bourdonnement était assourdissant. La géante voleuse déguerpit instantanément, suivi par le bourdon sauveur qui s'enfonça parmi les sapins. Cette première expérience déroutante aurait fait rebrousser chemin à plus d'un, mais pas à lui. Fort d'une énergie inattendue, il poursuivit sa route. La journée était bien entamée et quelques rayons de soleil arrivaient à percer tant bien que mal à travers les sapins agglutinés, rendant cette forêt aux créatures fantasques moins lugubre. Plus loin, le marmot aperçut une libellule et une mouche adossées à un arbre et sirotant un thé. Il n'avait pas la berlue, ce thé était bel et bien accompagné de viennoiseries, qui mirent au prince Schlurp l'eau à la bouche. Cela semblait si succulent qu'il en bava davantage pour produire ensuite un disgracieux gargouillement attirant l'attention des deux insectes. Elles stoppèrent net leur bavardage et dévisagèrent l'enfant. D'un geste de la main, la libellule l'incita à les rejoindre. Le prince accepta son invitation, bien qu'il craignait qu'elle ne lui pique son biberon au jus de citrouille soigneusement préparé avant de s'échapper de son village.
Pas farouche, Odonate, la libellule, l'invita à s'installer confortablement pour avaler un petit croissant. Rassuré, il accepta volontiers et en profita pour engloutir son propre festin. Son acolyte Verna, mouche au faciès déplaisant, le regardait d'un drôle d’œil. Entre deux gorgées de thé fumant, elle s'horrifia : « Mais dis donc, c'est invraisemblable de baver autant ! ». Elle attrapa une petite serviette et vint à bout de tout ce surplus salivaire. Verna continua : « Tu sais mon p’tit, je connais quelqu'un qui pourrait arranger ça ! Va voir ma copine Chrysalle, à l'autre bout du bois, elle va régler ce problème en moins de deux ! Sinon mon p’tit loup, qu'est ce qui t’amène à t'aventurer en dehors de ton village ? 
- Laisse le donc boire son jus de citrouille tranquillement ! » intervint Odonate.
Verna obtempéra illico mais dû faire un dur effort pour arrêter de fouiner. Pour autant, sa proposition n'était pas tombée dans l'oreille d'un sourd. L'enfant avoua gêné que cette bave à outrance n'était pas des plus agréables. Une fois rassasié, il était prêt à repartir à l'aventure.
« Où se trouve cette fameuse guérisseuse ? » questionna-t-il. Agréablement surprise et victorieuse, Verna sauta sur l'occasion : « Ah tu vois que ça l'intéresse le p’tit ! » enchérit-elle. La mouche se lança alors dans des explications laborieuses pour lui indiquer le chemin, mais fut contrainte de s'arrêter dans sa course à la vue du pauvre bébé qui commençait à avoir les paupières lourdes et à bâiller. Sans plus attendre elle le prit alors sur son dos afin de le conduire chez Chrysalle. Soulagé et en confiance, le prince profita de ce trajet pour plonger, sans demander son reste, dans un profond sommeil.

Pendant ce temps, au village, la panique était générale ! Tous les enfants étaient très inquiets : Mais où donc était passé leur prince Schlurp ? D'un commun accord, tous décidèrent de braver l'inconnu, à la recherche du prince perdu et pas si oublié qu'il le pensait.

Une demi-heure de vol plus tard, Verna arriva chez Chrysalle, qui n'était autre qu'une grosse chenille velue et flasque. La pauvre bête sortait à peine du lit quand elle entendit les innombrables coups de sonnette. Elle les accueillit poliment tout en s'étirant lentement.
« Mon p’tit, j'ai des courses à faire à la supérette du coin, je reviens te chercher dans une heure. Ne t'en fais pas, tu es entre de bonnes mains » dit Verna au prince pour le rassurer, avant de filer à la vitesse de l'éclair.
Chrysalle perçut rapidement le problème de son patient :« Alors comme ça on salive toute la journée ? Ne t'inquiète pas, je vais te guérir en deux temps trois mouvements ! »

Sur son chemin, Verna croisa une bande de bambins qui formaient un amas compact et semblaient autant apeurés et désorientés qu'un roi en dehors de Versailles.
Affectueusement, elle leur demanda s'ils étaient égarés. « On est à la recherche de notre prince » répondit en tremblotant une fillette. Sacrée mission pour Verna dont les journées se résumaient d’habitude à boire du thé. « Suivez-moi ! » lança-t-elle alors.
Plus tard, tous arrivèrent chez la grosse chenille, abasourdie par cet attroupement d'enfants pointant le bout de leurs nez devant sa maison. Le prince les rejoignit et semblait ravi de cet élan solidaire pour partir à sa recherche. Ils reconnurent qu'ils n'auraient pas du l'évincer comme cela et regrettaient son absence.

Pressée par le temps, Chrysalle s'impatientait : « Bon mon enfant, maintenant que j'ai récolté toute cette salive excessive, qu'est ce qu'on en fait ? ». Il réfléchit un instant puis lui vint une idée : « S'il vous plaît, transformez là en pluie pour qu'elle mette fin à la sécheresse qui frappe nos terres. »
Sur cette sage idée, le prince quitta la forêt entouré des siens. Il garda en mémoire ses incroyables rencontres et s’aperçut, à sa grande surprise, que sa couronne était dorénavant agréable à porter.





FIN
50
50

Un petit mot pour l'auteur ? 14 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ozias Eleke
Ozias Eleke · il y a
Fantastique. J'ai adoré Sarah. Ce fut un plaisir.
Je vous prie de lire mon texte pour le compte du Prix des Jeunes Écritures https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/homme-tas-le-bonjour-dalfred

Image de A. Nardop
A. Nardop · il y a
Originalité et humour. Que demander de plus. Bravo.
Image de A Tire D'Ailes
A Tire D'Ailes · il y a
Atypique !
Image de Frajou Hersent
Frajou Hersent · il y a
Bonjour Sarah
Un conte fantasque , qui s'aventure du côté d'Alice au pays des merveilles ( les rencontres étranges , la "tea party" , la chenille). Des références , donc ! Bravo, et continue à cultiver ton "jardin extraordinaire" ! isa.

Image de JARON
JARON · il y a
Bonjour Sarah, un texte bien écrit et original, un beau moment de lecture, bravo! mes voix avec plaisir. Si vous avez un instant pour découvrir "rêves d'orient" vous êtes la bienvenue. En attendant belle année 2020 à vous. https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/reves-dorient
Image de Joce Ribolini
Joce Ribolini · il y a
histoire très originale et très bien écrite
Image de JEAN-MARC PERCIER
JEAN-MARC PERCIER · il y a
Merci pour l'originalité de ton œuvre! Je te donne ma voix avec plaisir. Je t'invite à lire la mienne? https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-petit-prince-la-cigale-la-fourmi-2
Image de Ava Mouzon
Ava Mouzon · il y a
Un enfant qui bave trop et rend visite à une chenille... Heureusement que ce n'était pas une limace! XD
Original, des personnages amusants, le tout crée une lecture plaisante et agréable. 😊

Image de Eric RUDEK
Eric RUDEK · il y a
Une belle et drôle histoire pleine d'imagination! :)