LE PRINCE CHARMEUR

il y a
2 min
48
lectures
6

Je commets de la poésie, ensuite des récits et des histoires courtes, des notes de lecture et d'écoute de CD, enfin des nouvelles, elles aussi courtes. Je n'ai pas demandé à écrire, mais je  [+]

C’est une histoire qui se déroula au palais du président. Les courtisans et les puissants festoyaient ensemble pendant que des musiciens, des jongleurs et autres amuseurs, les distrayaient dans un vacarme épouvantable.
- Oh ! Ma Belle, nous ne pouvons pas nous parler doucement.
- Alors, mon cœur, allons dans vos appartements.
Les deux tourtereaux firent affaire et personne ne les revit de la nuit

Pourtant, dans cette cour tranquille, depuis quelque temps, un jeune homme bien mis venait faire un tour à chacune des badineries. Il était le porteur de bagage du monde des gens argentés : il travaillait pour eux, et du coup, il était, lui aussi, courtisé pour les aides qu’il pouvait apporter. Ou au moins les bons conseils.
- Dites-moi, mon cher, quels sont les bons placements en ce moment ?
- À l’étranger, Monsieur, à l’étranger.

Au fil des mois, le recours à ses compétences augmenta considérablement. Le monarque de la république de l’époque le recruta à ses côtés : il devint l’un de ses conseillers, apparemment efficace. Le président le fit sortir de l’ombre et le nomma à la tête d’un ministère, en charge d’améliorer l’économie du pays. Ce qu’il fit avec beaucoup de zèle et une forte conviction :
- Monsieur le Président, il faudrait libérer le travail du carcan dans lequel les corporations et les syndicats le bloquent
- Nous allons négocier cela.
- Cela va être trop long Monsieur.

Le jeune Prince charmeur était impatient et quelque peu impétueux. Ne voulant pas attendre, il décida tout seul de prendre des initiatives qui provoquèrent des grincements de dents. Ces bruits désagréables remontèrent jusqu’au président qui convoqua son jeune ministre :
- Mon ami, vous réagissez trop vite et trop durement. Le peuple a besoin de temps pour changer.
- Si c’est cela que vous voulez Monsieur, moi pas. Je ne peux plus attendre. Je vous quitte.
- Faites donc, mon jeune ami, faites donc.

Et le prince charmeur, aux dents longues, quitta le gouvernement sur le champ. Les élections se profilant pour les proches temps à venir, il prépara une équipe de campagne et leva une armée. Il y avait un peu de tout : des novices, des vieux routiers, des naïfs, des requins, des convertis, des sincères, des retords, des opportunistes, des recyclés, des transfuges, des espions. Il y eut comme un raz de marée, mieux ou pire, c’est selon, un tsunami. Le paysage politique fut emporté par la vague du dégagisme, en un tour de mains et deux tours d’élections.

Le prince charmeur, devenu président à la place du président qu’il servait il y a encore peu, se prit pour plus qu’il n’était. Ne pouvant s’autoproclamer Roi Soleil, car la place était historiquement déjà prise, il accepta de dire, en se pinçant les lèvres, qu’il serait un Dieu :
- Je suis Jupiter.
- Quelle grandeur jeune homme, lui dit doucement son prédécesseur, lors de la passation de pouvoir.

Mais le peuple n’était ni idiot, ni dupe :
- Il est un peu prétentieux, sourit l’un.
- Oui, car Jupiter était le Dieu de la Terre, du Ciel et de tous les êtres y vivant, ajouta un autre.
- Peut-être, mais le problème c’est qu’en même temps, Jupiter n’est qu’une planète tournant autour du soleil. C’est moins « classe » qu’être le Roi Soleil, soupira le troisième.
- Qu’importe, je déciderai. Je me vengerai de vos sarcasmes, répliqua le nouveau monarque.

Au premier jour de promulgation des lois et ordonnances, Sa majesté Jupiter, décida de marquer le coup : il piqua le magot de l’État, le distribua à ses copains friqués de chez friqués, puis partit, non pas pour Varennes, mais pour vivre aux frais de la princesse, dans une île au climat agréable et à l’ambiance accueillante, île nommée Paradis Fiscal.

C’est pour cela qu’aujourd’hui, le peuple rappelle à chaque occasion, grève ou manifestation sur un rond-point :
- C’était un prince charmeur, pas un prince charmant.


Patrice PERRON.
6

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,