1
min

Le premier qui dort réveille l'autre

Image de Ramougn

Ramougn

4 lectures

0

A mon ami Vincent, parti à l’autre bout du monde


Proverbe africain :

« Ne t’habitue pas à moi jusqu’à m’oublier »


Edito :

Veillée un soir à l’hôpital.
Deux amis dans une chambre. L’un sait qu’il va mourir. L’autre sait qu’il va vivre.
Le temps de la nuit saura-t-il être celui du solde de tout compte ?





Chant esseulé d’un grillon asthmatique
Nuit calme
Corridors silencieux
Chambre d’hôpital
Dernière nuit ensemble
« On ne se quitte pas de la nuit
Le premier qui dort réveille l’autre »

- Que se dire ? Que dire ?
- Avant le grand départ, on voudrait tout dire, mais on ne dit rien.

Deux phrases identiques s’entrechoquent soudain.

- « Tu te souviens ? »

Fous rires complices !

« Tu sais, hier encore, j’ai discuté avec le médecin stagiaire du service. Il est guinéen ».

« Comment on meurt chez toi ? »
« Dans mon village, les vieux exigent du médecin ou du guérisseur de savoir quand ils vont mourir.

« J’ai une dent contre mon beau-frère mais je ne peux rien lui dire, à cause de ma femme.
Mais si je sais que je meurs demain, alors ça change tout, je vais pouvoir enfin régler mes comptes avec ce beau-frère ».

« Et alors, y a t'il d'autres personnes avec qui tu as des comptes à régler ? »

« Tu te souviens de la maîtresse du primaire qui nous racontait l’histoire de la chèvre de Monsieur Seguin :

« Elle était belle, elle était libre..... »

« Ça ne l’a pas empêchée de se faire bouffer toute crue par le loup »
« Qui ? la chèvre ou la maîtresse ? »

« En fait, j’étais amoureux de la maîtresse »
« Et alors ? »
« Et alors rien, je n’ai jamais réglé mes comptes avec l'amour de ma maîtresse de primaire »

« Et toi, tu te souviens de ma mère ?
Elle m’a rappelé qu’un jour j’ai voyagé toute une nuit en voiture pour regagner ma fac à Paris. Inquiète pour son fils, Maman n’a pas pu trouver le sommeil.
Enfin, à quatre heures du matin, elle s’est autorisée à dormir. »

« Tu sais, m'a t'elle dit, à quatre heures du matin, ou bien tu étais arrivé sain et sauf, ou bien, tu avais eu un accident et tu étais mort.
Ça ne servait plus à rien que je m’inquiète. Alors je pouvais dormir ».

« Je n’ai jamais réglé moi non plus mes comptes avec l’amour maternel de ma mère ».

Six heures du matin, bruit de pas dans le corridor, bruits de camion poubelles dans la rue.

Deux amis se tiennent par la main. L’un dort, l’autre est parti au petit matin.
Qui réveillera l’autre ?

0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,