Le Poignard

il y a
4 min
162
lectures
129
Qualifié
Image de 2017
L'impact des gouttes sur le métal était totalement nul. Jack le forgeron sourit en chantonnant la musique du "Faust" de Gounod qu'on entendait à la radio. Même les liquides les plus corrosifs, ne pouvaient détruire son travail ! Il imaginait le pouvoir indestructible des privilégiés qui lui commanderaient ses poignards. Et enfin la fortune remplirait ses coffres. Le secret de son alliage était dans sa tête et nulle part ailleurs. Il était irremplaçable.
La silhouette sombre d'un client dos au soleil s'approcha et lui chuchota quelques mots à l' oreille puis disparut. Quelques heures plus tard un homme habillé d'une salopette rouge moulante et satinée venait chercher le premier poignard. Il paya avec des diamants. En 2090 ceux-ci étaient devenus la valeur refuge des épargnants.
La planète avait terriblement changé. La montée des eaux due au réchauffement climatique avait obligé les humains à construire des villes flottantes. Bidonvilles et palaces ! Bien loin des eaux territoriales, des cités pirates étaient nées.Elles ne subissaient aucun contrôle. Les pires criminels trouvaient des refuges maritimes. Et les dictateurs économiques échappaient à toutes les fiscalités. Ils vivaient dans des architectures criardes d'où ils dirigeaient le pauvre monde des terriens.Une nouvelle police maritime était née mais les moyens manquaient comme d'habitude.Bien sûr des drones remplaçaient certains agents secrets et les espions robotisés prenaient des risques mortels mais...vainement.Deux jours plus tard, le Palais flottant numéro Un était sous le choc. Un parrain des nouvelles drogues cultivées au fond de la mer à côté des récifs coralliens décolorés venait d'être assassiné. Un coup de poignard. Un seul. Fatal. Ces gens-là envoyèrent des mercenaires à la recherche du criminel introuvable et leur chirurgien corrompu reconnut ce type de blessure. La différence venait de sa perfection.Les meurtres se succédaient aussi bien dans les Palais flottants que dans les repaires des Pirates. Petit à petit les terriens furent mis au courant grâce à l'internet des" Journalistes Libres" réfugiés également sur une plateforme nautique d'où ils diffusaient audacieusement des vérités insoupçonnables. Seul le Forgeron souriait et rajeunissait impercepiblement. Il possédait le secret de l'Arme. Et il avait conclu un Pacte avec l'ombre qui s'était dessinée dans l'entrée de sa boutique.Les diamants s'accumulaient à l'abri des regards .
Mais au bout d'un mois l'atmosphère changea. Tout d'un coup des innocents moururent aussi. Comment était-ce possible ? La panique s'installa partout. Tout le monde épiait tout le monde. Les délations les plus farfelues arrivaient sur le site des forces de l'Ordre. Et bientôt l'Armée circula sur terre et sur mer.Alors l'Ombre revint chez le Forgeron. Ce dernier annula le Pacte; mais il était trop tard. Les progrès technologiques avaient permis le clonage parfait de son poignard. L'Ombre ricana et sortit sa lame. Mais elle ne retrouva pas les diamants.Trois jours plus tard une cérémonie se déroula discrètement et pauvrement.L'une de celles où le mort s'enterre tout seul. Teresa , la seule amie du défunt ne se montra pas. Elle pleura beaucoup. Et puis elle avait peur de l'homme en rouge qui avait mis à sac l'habitation de Jack pour retrouver sa fortune. Les diamants étaient chez elle mais elle ne savait qu'en faire.Un jour elle se souvint d'un très vieux film qu'elle avait regardé à la cinémathèque : "Blood diamond" avec Leonardo di Caprio. Oui, dans un tout autre contexte, en 2090 aussi, ces diamants étaient ceux du sang. La vieille dame eut une idée un peu simpliste.Allez donc savoir d'où viennent nos impulsions ? Elle décida de s'envoler pour approcher le tombeau de Leonardo à Los Angeles. Elle prit donc l'avion avec un petit sac de voyage très banal. Aussitôt arrivée, elle choisit un taxi et se recueillit devant le caveau de marbre blanc .Elle attendait....
Le gardien du cimetière attendait aussi.Il guettait son départ pour fermer la grille. La pauvre femme était là depuis des heures. Il se rendit auprès d'elle pour lui parler lorsqu'il fut ébloui par une lumière bleutée aveuglante. Et le Temps se figea. Quelques plumes blanches voletaient encore après qu'une voix tombée du ciel ait recommandé de se rendre à la cathédrale Notre Dame des Anges. Alors le gardien l'emmena dans la loge de la conciergerie où il vivait avec sa soeur. Ils partagèrent le repas du soir tous les trois. La soeur du gardien conduisit Teresa dans sa propre chambre .Dès l'ouverture des portes de la cathédrale , elle accompagna Teresa pour obéir à la voix mystérieuse et rentra chez son frère.Un homme assez jeune , habillé d'un costume cravate à l'ancienne, allumait un cierge. A quelques pas, des gardes du corps le suivaient. Teresa reconnut le Gouverneur de Californie dont la photo paraissait souvent dans les journaux. C'était le petit-fils de Leonardo. Elle osa lui demander si elle pouvait s'approcher pour prendre une bougie. D'un geste il l'invita et stoppa ses vigiles. Ils eurent une conversation étrange. Lui aussi avait été "guidé" pour se rendre là. Guidé par un rêve politique ("I have a dream...) de paix et de fraternité qui correspondait à ses ambitions généreuses et un besoin irrésistible de contempler la statue de la Vierge installée par l'archevêque Roger Mahony en 2002. Ils allèrent s'asseoir sur les premières chaises.Teresa entrouvrit son sac de toile pour lui montrer discrètement le dernier poignard et quelques diamants.Elle lui raconta TOUT. La tête entre les mains le jeune sénateur réfléchissait. Une expression connue lui trottait dans la tête : "Les Diamants de conflits".Ils avaient provoqué l'esclavagisme de millions d'hommes pour soutenir, grâce à leur immense valeur, les révolutionnaires et bien plus tard les terroristes qui avaient enflammé le monde avant le déluge écologique des années 2080. Puis il expliqua à Teresa le "Processus de Kimberley" signé en 2003 pour lutter contre le trafic diamantaire. De très nombreux pays s'y étaient ralliés mais il avait sombré dans l'oubli. Or, comme par hasard , le nouveau baromètre des Bourses mondiales était le diamant.Que le monde politique avait été aveugle ou...complaisant ! Il voulait se rendre en urgence à la Maison Blanche.
Un gospel était chanté par une chorale qui rappelait les vertus de l'eau bénite. La statue de la Vierge inclina imperceptiblement le tête. Dans un éclair mystique ,Teresa prit le bras du sénateur et ils se dirigèrent vers une vasque pour y tremper le poignard . L'impact des gouttes sur le métal le rendit friable et inefficace. Simultanément tous les poignards créés par le forgeron prirent cette apparence. Quelques jours plus tard les crimes ne se produisaient plus. Les Services Secrets retrouvèrent l'individu en salopette rouge qui s'immola par le feu devant eux en riant comme un fou.Mais il retournait seulement dans son Elément.Le Sénateur rencontra le Président qui téléphona à tous les grands Chefs spirituels et Guides laïcs pour qu'ils prennent conscience de ce qui s'était passé. L'énergie cosmique de l'Eau devait être renforcée. Et dans une Méditation universelle ils s'unirent tous pour que la lumière se dirige vers les Eaux qui remplissaient le Monde. Ainsi des communautés entières entamèrent un Combat dont personne ne connaissait la fin.Ensuite les réunions internationales se multiplièrent pour réactualiser le Processus de Kimberley. Ainsi l'intégrité et la force morale menèrent un nouveau duel contre la folie meurtrière. Le sang doit être lavé. L'impact des gouttes d'eau sur le métal purifie celui-ci.
129

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,