3
min

Le grand saut

Image de Steph

Steph

412 lectures

338

FINALISTE
Sélection Jury

Un vent froid souffle du Pic Saint-Michel au Plateau de Sornin. Alors que la nuit tombe, la bise fait siffler les câbles des remontées mécaniques, et les dameuses partent à l’assaut des pistes sous le regard des canons à neige. Vacances scolaires obligent, Christophe a eu une journée bien remplie. Un groupe de débutants le matin, et trois cours particuliers l’après-midi. Dans les rues désertes de Lans-en-Vercors, il remonte le col de sa combinaison de moniteur. L’eau de la fontaine s’est figée au fond du bassin sur la place du village. En face de l’Eglise, il rejoint son amie Véronique, la gérante de l’Hôtel du Col de l’Arc.

La salle à manger est vide. Les clients ont tous rejoint leurs chambres, des courbatures plein les jambes. Dans un coin de la pièce, de vieux skis en bois croisent leurs spatules, entourés de paires de chaussures en cuir qui datent du début du siècle dernier. Véronique a repris la gestion de l’établissement familial, mais elle a choisi de laisser ces vieux accessoires qui font le charme de l’endroit. Au bar, Christophe retrouve Roland, le Maréchal des Logis de garde pour le week-end. D’habitude, il ne boit jamais pendant son service, mais Véronique a sorti ses plus belles bouteilles. Génépi et Chartreuse verte.

Ce soir, ils fêtent l’anniversaire de Christophe, né un jour de février 1968, en plein Jeux Olympiques d’hiver de Grenoble. Au moment où la ville et les stations alentour commémorent l’évènement, il affiche un demi-siècle au compteur. En guise de bougies, Véronique a planté au milieu du gâteau une réplique de Shuss, la mascotte tricolore de l’époque. Avec sa tête ronde et son corps en forme de S, elle a tout à fait l’allure d’un skieur de descente. Au moment de couper une part pour ses amis, la gérante de l’hôtel se souvient que ses parents avaient assisté à de nombreuses épreuves sportives.

Dans le tiroir du buffet en noyer, elle sort un album photos. Le simple fait d’ouvrir la couverture et de commencer à tourner les pages les plongent cinq décennies en arrière. Les clichés sont en noir et blanc, mais le papier argentique donne aux images une profondeur que les smartphones d’aujourd’hui n’offrent plus. Ils sont tous là : le Général de Gaulle et Albert Michallon à la cérémonie d’ouverture, Alain Calmat qui embrase la vasque olympique, et bien sûr, Jean-Claude Killy et ses trois médailles d’or. Ce qui émeut le plus Véronique et ses amis, ce sont les compétitions qui se sont déroulées tout près de leur village. En particulier l’épreuve de grand tremplin à Saint-Nizier-du-Moucherotte. Le site surplombe la capitale des Alpes, il est spectaculaire. Sur un cliché un peu flou, on peut y voir le soviétique Vladimir Beloossov se jeter dans le vide pour la victoire.

Alors que Roland n’a bu qu’un seul verre, Christophe continue de lever le coude sans modération. Il a beau en remontrer aux petits jeunes sur les pistes noires du domaine skiable, son anniversaire le rend songeur. Combien de temps sera-t-il encore en forme ? Et cette neige qui, certains hivers, se fait de plus en plus rare. Que deviendrait-il s’il devait changer de métier, quitter son village, lui qui est tant attaché à sa passion et à sa région ? Véronique tente de le raisonner, mais il a la main gauche vissée au goulot de la bouteille des Pères Chartreux. Christophe commence à tenir des propos incohérents. Il parle de sauter à son tour, de s’élancer depuis le grand tremplin et voler au-dessus des spectateurs comme un champion olympique. Roland ne le prend pas au sérieux. Il propose à son ami de le raccompagner chez lui. Une bonne nuit de sommeil lui fera le plus grand bien, demain il aura retrouvé sa joie de vivre habituelle.

Le moniteur surprend ses deux amis au moment où ils débarrassent leurs assiettes à dessert. Il se saisit de deux vieux skis posés contre le mur et des clés que Roland a laissées sur le zinc. Il sort de l’hôtel, et glisse sa paire de planches en bois dans le Kangoo de la Gendarmerie garé devant l’église. A peine Véronique a-t-elle le temps de réagir que Christophe se dirige déjà vers Saint-Nizier. La route serpente entre les sapins recouverts de poudreuse. Les bâtons plantés sur les bas-côtés pour guider les chasse-neige lui font penser aux portes d’un slalom géant. Véronique et Roland se lancent à sa poursuite avec beaucoup de retard. Quand ils arrivent sur le parking de l’ancien site olympique, leur ami est déjà en haut du tremplin. L’endroit a subi les affres du temps. Il n’y a que les infrastructures en béton qui ont tenu le coup, et encore ! Seule la neige donne l’impression que l’installation est encore praticable.

Les deux skis en bois aux pieds, Christophe s’élance sous le regard incrédule de ses amis. En quelques secondes, il quitte le tremplin pour s’élever au-dessus du vide. Au bout de ses spatules, la ville endormie étend ses artères illuminées entre les massifs montagneux. Les jambes serrées, Christophe lève les bras en l’air pour imiter sa géographie particulière en forme de Y. Tout en bas, le téléphérique s’accroche à la Bastille, le synchrotron se prend pour le Seigneur des anneaux, et les tours de l’Ile Verte toisent la chaîne de Belledonne. Soudain, les paysages défilent sous ses yeux en noir et blanc. L’espace-temps se contracte. Il aperçoit le Général de Gaule et Jean-Claude Killy qui lui ordonnent d’atterrir. Tout son corps vibre sous les rafales de vent.

Véronique le secoue par les épaules pour qu’il se réveille. Christophe a passé la nuit les fesses sur son tabouret et la tête contre le bar. Les premiers clients arrivent dans la salle à manger pour le petit-déjeuner. Il doit rejoindre les enfants qui l’attendent pour passer l’épreuve du flocon.

Encore un peu endormi, Christophe emprunte le téléski qui mène au sommet des pistes. Au col de sa combinaison, il a accroché la petite mascotte Shuss que son amie avait posée sur son gâteau d’anniversaire. Sous le soleil du Col de l’Arc, il repart à l’assaut du domaine skiable, la tête ronde et le corps profilé comme un S.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très très court
338

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Loodmer
Loodmer · il y a
Heureusement qu'il n'y eu pas d'alertes. Pas très rassurant ça
·
Image de Gisny
Gisny · il y a
Félicitations à vous.
·
Image de Steph
Steph · il y a
Merci Gisny !
·
Image de Mirgar
Mirgar · il y a
Un texte que je découvre et que j'ai beaucoup apprécié par la nostalgie légère qui s'en dégage et les descriptions précises du paysage.Bravo pour cette récompense vraiment méritée.
·
Image de Steph
Steph · il y a
Merci Mirgar !
·
Image de Fabienne BF
Fabienne BF · il y a
A mon tour de vous féliciter pour ce coup de coeur du jury. Je n'avais pas encore lu votre texte et je le trouve non seulement très amusant mais aussi très historique ! Belle documentation, on repart pour les JO d'un siècle précédent... Bravo à vous !
·
Image de Steph
Steph · il y a
Merci Fabienne !
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Toutes mes félicitations Steph pour ce coup de coeur du Jury auquel je m'associe car j'ai beaucoup apprécié votre texte !
·
Image de Steph
Steph · il y a
Merci Fred !
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Mes sincères félicitations pour ce prix Steph !
·
Image de Steph
Steph · il y a
Merci Francine !
·
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
Bravo Steph pour ce coup de cœur du jury.
·
Image de Steph
Steph · il y a
Merci Jeanne !
·
Image de Ratiba Nasri
Ratiba Nasri · il y a
Félicitations Steph ! Bonne journée :-)
·
Image de Steph
Steph · il y a
Merci Ratiba !
·
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Félicitations Steph !
·
Image de Steph
Steph · il y a
Merci Isabelle !
·
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Bravo, Steph !
·
Image de Steph
Steph · il y a
Merci Sourire !
·