LE DILEMME

il y a
4 min
4
lectures
0

Férue des mots, folle d'écriture et de faire découvrir mes univers. Bonne lecture Bon voyage  [+]

LE DILEMME




Hélène vient de se réveiller en sueur, avec des cris et des larmes qui coulent . Antonio, à ses côtés, s’est réveillé en sursaut :
- que se passe t’il, ma chérie?
- rien, rien du tout, rendors toi. Je vais aller me chercher un verre
d’eau fraîche dans la cuisine.

Le cœur battant un peu plus fort, elle se dirige dans le noir jusqu’à la
cuisine. Elle a encore le goût métallique du sang dans la bouche, comme
si.....comment dire??!

Antonio la trompe depuis quelques mois maintenant... avec sa sœur Angela.
La plus jeune de toutes. Hélène avait découvert leur
relation. Puis, ce cauchemar où elle avait trébuché sur un des
jouets de Melvyn et la tasse de thé était tombé laissant une trace
blanche apparaître. C’était du poison.

Antonio avait tout prévu.
Tuer Hélène et son fils issu d’un premier mariage avec le poison
ou l’étrangler pendant son sommeil.. Tout serait parfait pour lui
s’envoler avec les billets réservés direction Les Baléares....avec
Angela dont il était fou amoureux....

*

Ce qui retenait Hélène, aujourd’hui ?! Son avenir avec lui ? ...C’était l’argent.
Un argent omniprésent et une sécurité pour une femme. Pour cette femme là, en tous les cas !
L’argent est le prix de sa liberté et son envie d’avancer avec.
Mais là, elle est coincée car il avait fait un mariage avec séparation de biens.

Hélène aime dépenser...faire du shopping. Une fichue habitude quand elle se retrouvait seule ou accompagnée en ville. Elle dépense oui, mais pas son propre argent. C’était celui d’ Antonio.

Elle pouvait ainsi avoir l’attitude d’une princesse, une reine du shopping comme elle disait.

Sa sœur en avait toujours été plus que jalouse. Une jalousie maladive.
Angela ?!!

Oui, Angela ! Sa petite sœur biologique qui n’en était pas une finalement. Sa sœur qui l’enviait comme jamais. Sa sœur qui aurait imaginé n’importe quel stratagème pour profiter elle aussi de sa part, de cet argent de ce richissime homme.

Mais, de là à imaginer vouloir casser son couple, c’était inimaginable pour Hélène.

Le sexe ? Parlons-en ! Antonio était fou amoureux du sexe. Il n’y avait aucun doute là dessus. Des ragots traînaient par ci par là. Apparemment, la tenue de sa femme Hélène femme au foyer ne lui suffisait pas. Le sexe, il allait le chercher ailleurs. Charmeur, il trouvait son inspiration et son envie de pouvoir chez d’autres femmes. Des femmes frêles, plus fragiles ou encore des femmes dominatrices.

Cette ambivalence, son manque d’assurance, cette trahison vis à vis de soi même surtout n’était que le reflet de son manque d’intégrité.

Angela aimait, non disons plutôt qu’elle adorait le sexe, elle aussi. Folle au point d’être nymphomane dans ses heures creuses, elle et lui s’étaient bien trouvé. Bien trouvé jusqu’à bien s’emboîter.
Elle n’avait aucun scrupule.
Oui, c’était l’homme...le mari de sa sœur. Et, alors ?!!! Pas de souci.
Elle, Angela, la petite sœur...qui voulait tout....avait une envie furieuse de sentir le sexe de son amant la pénétrer, de la caresser, de lui dire qu’il l’aimait plus que tout et qu’un jour ils s’envoleraient tous les deux aux Baléares.

Un rêve qui allait bientôt devenir réalité.

Alors, si Héléna n’était pas très porté sur le sexe mais plutôt sur l’argent...et pour cela il n’y avait pas de doute...parlons un peu de Melvyn. Le fils. Une erreur de parcours, bien sûr. Malgré l’oubli de pilule deux jours de suite, elle était tombé enceinte.
Elle avait décidé de le garder pour avoir un moyen de pression sur Antonio si un jour, le quotidien venait à changer.

Maintenant était venu l’heure d’agir, de faire les bons choix... !

*

Quelques jours s’étaient écoulés depuis son cauchemar hitchcockien et ses révélations, ses découvertes vertigineuses.

Hélène avait choisi l’amour. Elle devait rattraper le temps passé et donner du plaisir à son mari pour qu’il ai l’envie furieuse de revenir dans le lit conjugal avec joie. Un plaisir pour elle si elle ne voulait pas tout perdre et que son couple vole en éclat à cause de sa sœur et des chaleurs, envies viscérales de son mari d’aller voir ailleurs.

Sachez que si un homme n’a pas ce qu’il faut à la maison, la tentation est grande. Et réciproquement.

Elle choisit de jouer la carte de la surprise et de l’étonnement. Et maintenant, elle allait accueillir la lumière dans son corps de femme, s’aimer et être aimé comme jamais. Love begin at home comme elle le disait souvent. Alors, Hélène allait revenir aux sources et attirer son mari plus souvent dans leur lit conjugal.

*


Nous sommes vendredi soir. L’avion vient d’atterrir. Elle souhaitait dîner à l’extérieur et avait une annonce à lui faire.


Mais, avant cela...un petit tour chez le coiffeur pour un relooking chez un coiffeur visagiste. Une nouvelle vie pour une nouvelle femme qui allait retrouver dans une heure.
Puis, ensuite elle lui annoncerait qu’elle allait reprendre son activité de traductrice. Elle avait trouvé un poste dans la maison d’édition L’école des loisirs en tant que traductrice confirmé.

Des manuscrits venaient du monde entier et elle savait parler trois langues, en plus de sa langue maternelle le français : l’anglais, l’italien et l’espagnol.

Hélène avait décidé de ne pas se laisser aller. Elle voulait combattre la maladie cancéreuse et sauver son couple.

Après tout, il lui restait encore quelques bons mois à vivre devant elle avait dit le médecin référent, voir année(s) si la chimio fonctionnerait bien dans le temps. Et puis, il y a Melvyn.

Tout le monde le sait. Quand on a un cancer, ce qui vous booste le plus c’est les proches...votre famille, votre mari, vos enfants, votre enfant, l’amour de votre vie....

*

- Je serais là où tu seras, lui chuchota Antonio installé à sa droite.

Hélène venait de se réveiller et c’était les premières paroles de son mari.
La chambre était blanche. Les rideaux ne lui étaient pas familier et les allées et venues en bruit de fond non plus.

- Tu te souviens, ma chérie ?
- Non, réponds Hélène. Je ne me souviens de rien. Tu as changé la déco ? Depuis combien de temps ai je..... dormi ?

Ils avaient indiqué ce moment, ses instants d’absence. Pas tout de suite. Il fallait y aller par pallier, avaient ils précisé au diagnostic.

Hélène regarda Antonio dans les yeux. Un silence qui en disait long. Des vertiges, une envie furieuse de vomir et cet état comme d’ébriété qui était nouveau pour elle. Elle ne comprenait pas.
Puis, sa sœur assise prêt d’elle à sa gauche lui fit signe.

Quand les pas dans le couloir commencèrent à faire leurs effets et arriver devant la porte d’entrée, elle comprit enfin. C’était le médecin qui venait lui rendre visite. Une visite de courtoisie et voir si la fièvre avait bien baissé depuis trois jours.

Il lui raconta, pendant cette visite, comment elle était arrivé jusque là. Un terrible délire suite à une fièvre. Sûrement les effets indésirables de la chimio.

Antonio avait choisi d’écouter les médecins cette fois ci, même si son amour pour Hélène était là. Il ne voulait pas la brusquer, ni lui faire peur.
Après tout, si Hélène était en plein délire et qu’elle mélangeait tout ce n’était pas de sa faute, mais bel et bien celle de la maladie.

La maladie ? Oui.
Hélène est atteinte d’un cancer. Elle ne voulait en parler à personne pour ne pas attiser la pitié.
Dans ses moments douloureux vécus, les gens qui vous aiment ne savent pas ou peu se comporter avec vous.
Ils se sentent démunis. Démunis et aussi victimes de trahison pour certains, comme si vous les abandonniez dans leur parcours de vie.

Pourtant Hélène a une vie saine, même si elle intériorise tout. Elle ne laisse rien transparaître.
Hélène est une éponge à émotions, une empathe qui garde tout.

Elle garde tellement tout.

Aujourd’hui, le médecin trouve qu’elle est dans un état stable. La fièvre diminue, les délires aussi et la chimio fait son effet.




FIN
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,