Le dernier témoin

il y a
2 min
97
lectures
26
Qualifié

Bonjour Écrire est mon passe temps préféré et fait partit de mon destin. je vous invite à lire et à commenter si vous le voulez bien  [+]

Image de 2018
J'attendais sur les marches du palais de justice de Mômey quand Norma Biyon, ma belle-mère et Carice Ngos son amant sortirent du tribunal de Mômey sous la canicule de ce jour de novembre. Dans une salle d'audience plus que silencieuse, remplie d'individus sombres, le juge venait tout juste de rendre le verdict étonnant : << Non coupables >>. Écœuré, révolté parce que l'homme qu'ils avaient tué était mon père, je sorti précipitamment de la salle.
Le dossier ne contenait, dans l'ensemble, que des présomptions, mais celles-ci présentaient un trait de caractère si accusateur qu'un étudiant en droit n'aurait eu aucun ml à déchiffrer le contenu et à clouer Norma et son amant Carice dos au mur. Carice est bien connu dans le monde des trafiquants de drogue en couverture par son entreprise dédiée à la cinématographie. Mon père était peu être le plus grand producteur de l'ancienne école. Il avait été tué d'un coup de balle dans son hôtel particulier, semble-t-il au-cours d'un cambriolage. Il y avait comme une odeur de sang dans l'air!! L'accusation affirma que le cambriolage avait été monté par ma belle-mère et son amant pour couvrir l'assassinat.
J'étais certain que Carice, au moment du crime, était assis dans un fauteuil. La première balle, tirée de près, avait pénétré jusqu'à l'arrière de sa tête et la seconde lui avait brisé la colonne vertébrale au moment de s'affaisser.
Vu qu'il s'agissait d'un meurtre par surprise, comment expliquer le désordre avec les lampes et les meubles, voulant faire croire qu'il y avait eu une bagarre ? Se fut la scène de crime parfaite, avec des indices inutiles accompagnés d'alibis pitoyables et non fondus. Pendant les interrogatoires, Norma et Carice avaient l'aire si sûres d'eux et si sereins comme si ils n'avaient commis aucun crime...
Les inspecteurs avaient recueilli tout ce qui pouvait leur servir de preuve et il y'en avait une très pertinente. Plusieurs empreintes de Norma avaient été trouvées sur les draps de la chambre d'hôtel. Elle fut le suspect parfait mais, une fois de plus elle avait un alibi.
- C'est normal que mes empreintes se trouve sur le drap. Gilbert fut mon époux et la veille de son décès, on a passé une nuit d'amoureux!!!
Après ses affirmations, elle lança un sourire mesquin aux policiers. Quel couple normal va passer une nuit d'amour dans un hôtel alors qu'il a une maison et une famille?
Deux jours après, les enquêteurs trouvèrent un objet dont tout le monde ignorait évidemment l'existence. Le lieutenant m'interpella dans la salle d'interrogations.
- Vous avez fait une bêtise, me dit le lieutenant.
- Que voulez-vous insinuer? Lui demandai-je, avec la sensation d'être pris dans un étau.
- Quand vous avez fouillé la chambre d'hôtel de votre père, vous êtes passé à côté de la preuve la plus accablante qu'on puisse imaginer. Si vous l'aviez trouvé sur le moment, le juge aurait condamné nos chères amis Norma et Carice. Bref suivez moi.
Il m'emmena dans une petite pièce similaire à une salle de cinéma miniature et activa une vidéo.
Dans la vidéo, j'avais l'arme du crime entre mes mains je la tenait face à mon père qui était immobilisé sur son siège. Il me demandait pardon, pardon d'avoir tué m mère pour prendre son héritage mais je ne voulais rien entendre alors il reçu de ma part une balle dans le front et une autre sur la poitrine. J'avais assez de temps pour cacher des preuves où les effacer. Puis, je sortit de la pièce après avoir pris un bain rapide.
- Je comprends à présent pourquoi vous nous fournissiez des preuves qui ne était d'aucune utilité. Après les paroles du lieutenant, je fondit en sanglots puis il prononça sa phrase de routine: << Vous avez le droit de garder le silence car tout ce que vous direz pourra vous porter préjudice devant le juge.>>. Tout ceci arriva à cause de cette Caméra dont tout le monde ignorait l'existence et ce fut le dernier témoin...
26

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,