Le déjeuner des canotiers

il y a
3 min
856
lectures
237
Finaliste
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Imaginer la scène, l'histoire derrière le tableau… L'exercice n'est pas nouveau, mais il est ici exécuté avec brio. On plonge facilement au

Lire la suite

Une quinzaine de nouvelles primées à des concours, quelques publications en revues et recueils collectifs et deux textes lauréats sur Short-édition ("Sakura" et "Septembre"). Et en cet été  [+]

Image de Été 2021

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Dans son restaurant au bord de la Seine à Chatou, Alphonse Fournaise transpirait à grosses gouttes près de ses fourneaux. La canicule s'était abattue sur Paris et ses environs, et si la température extérieure était extrême, celle de sa cuisine avoisinait l'enfer. Le four à bois faisait des étincelles et crachait comme un volcan des brandons incandescents. Après tout, quand on s'appelle Fournaise...

En ce dimanche d'été, de jolies dames et de beaux messieurs venaient prendre l'air et s'amuser à la campagne. Pour se rafraîchir, il y avait les baignades dans le fleuve, les promenades en canots et les petits sommes sur la rive à l'ombre des arbres. Derrière les buissons, on entendait des baisers, des rires et des gloussements. Les hommes en sortaient en tenue débraillée et les femmes, les cheveux défaits et le feu aux joues. Les cœurs s'embrasaient, les corps se consumaient, un sang bouillant coulait dans les veines. Pour ceux qui souhaitaient l'intimité d'une sieste pour des étreintes plus torrides, il y avait quelques chambres à leur disposition.

Le père Fournaise observait toute cette jeunesse, les garçons fringants et pleins d'ardeur, les filles charmantes et enjouées. Il se disait qu'ils vivaient sans le savoir les meilleurs moments de leur vie et qu'ils se fabriquaient de bien beaux souvenirs. L'une des plus ravissantes était sans doute Aline qui enfiévrait toute la gent masculine. Le peintre Auguste Renoir ne se lassait pas de la regarder, de la dessiner, de la désirer. Il avait quarante ans, elle vingt-deux, la belle affaire ! Il était dans la force de l'âge et son cœur ardent renfermait toujours des braises rougeoyantes. Les charmes d'Aline étaient les tisons qui l'avaient enflammé. Elle était devenue son modèle, sa muse et sa maîtresse.

À l'heure du déjeuner, on montait à l'étage où des tables étaient dressées sur la terrasse ouverte sur le paysage. Le père Fournaise sortait de son étuve, suffocant et ruisselant de sueur, pour servir des fritures d'anguilles et d'éperlans. La mode était aux canotiers et les hommes portaient des marinières, des pantalons à bretelles et ces élégants chapeaux de paille. Attributs virils, les moustaches et les barbes étaient de mise. Les femmes offraient avec naturel la nudité de leurs épaules et de leur décolleté. Mais il ne fallait pas s'y tromper, c'était elles qui choisissaient leurs amants.

Auguste ne quittait pas Aline des yeux. Sa chevelure blonde, ses joues roses, ses fossettes et sa bouche charnue pouvaient damner un saint. Elle était tellement adorable quand elle cajolait son petit chien ! Et puis avec ses formes pleines de rondeur, c'était un modèle idéal pour un peintre. Son ami Gustave Caillebotte partageait cet avis. Mais Auguste se lamentait. S'il n'avait pas été dans une situation financière aussi déplorable, il l'aurait épousée immédiatement, mais pour l'instant il avait du mal à joindre les deux bouts. Une fois sa pension payée à la Maison Fournaise où il séjournait à demeure, il ne lui restait pas grand-chose, à peine de quoi acheter des fournitures afin de poursuivre le tableau qu'il avait commencé sur place l'année dernière. Aline ne pouvait rester avec lui et devait gagner sa vie en continuant d'exercer son métier de couturière. La fortune a ses revers et il lui fallait être patient. Le vent finirait peut-être par tourner. En attendant, il comptait bien profiter de cette saison brûlante, faite pour l'amour et les plaisirs.

À la fin du repas, un convive sortait un harmonica, un autre enfilait son accordéon et l'assemblée chantait et dansait à s'en étourdir. Le vin coulait à flots, les esprits s'échauffaient un peu, mais les chamailleries finissaient toujours par des rires. Le soir venu, la majeure partie de la compagnie reprenait le chemin de Paris, laissant un grand vide et un fichu désordre.

Accoudé à la terrasse, Alphonse s'accordait un moment de répit face au soleil couchant. Il revoyait les joyeux moments de ce beau dimanche. Quel joli tableau ! Même si des scènes similaires se répétaient chaque semaine, il aurait aimé garder les images de ces instants éphémères. Il fallait le talent d'un peintre pour que cette délicieuse journée devienne Le Déjeuner des canotiers. Auguste avait commencé sa toile ici même l'année dernière et en ce mois d'août 1881, elle était bien avancée. On y voyait Hippolyte et Alphonsine, les enfants de Fournaise, Aline et son petit chien, les comédiennes Jeanne Samary et Ellen Andrée, le peintre Gustave Caillebotte, le poète Jules Laforgue et quelques journalistes et mécènes. Le père Fournaise en était heureux, car, quel que soit le succès de cette œuvre, elle survivrait à ces moments enfuis...
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Imaginer la scène, l'histoire derrière le tableau… L'exercice n'est pas nouveau, mais il est ici exécuté avec brio. On plonge facilement au

Lire la suite
237

Un petit mot pour l'auteur ? 73 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Vos mots poétiques font revivre cette belle atmosphère de créativité et d’insouciance, bravo Odile pour votre talent et votre jolie place en finale, voici mon soutien.
Image de Odile Nedjaaï
Odile Nedjaaï · il y a
Merci, Fred !
Image de Léonore Feignon
Léonore Feignon · il y a
Un très beau tableau qui traverse le temps... merci pour cette belle lecture.
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Bonne finale Odile !
Image de François B.
François B. · il y a
Vous avez parfaitement su donner vie à ce tableau célèbre
Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
Un très joli texte pour donner vie à ce tableau célèbre . ( je m'aperçois que j'ai déjà soutenu votre texte ...)
Image de . LaNif
. LaNif · il y a
Je viens de réparer mon oubli. Je n'avais pas voté. Oubli réparé.
Image de Odile Nedjaaï
Odile Nedjaaï · il y a
Merci !
Image de Romane Claren
Romane Claren · il y a
Vous avez su rendre avec beaucoup de talent cette ambiance sensuelle et légère du récit de Maupassant, des tableaux de Renoir et Manet. Chapeau bas !
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
C'est doux, beau ... on peut s'envoler sur le bord de vos mots , ils figent joliment le temps ! Bonne chance à vous, Odile !
Image de Jeanne Pica-Borruto
Jeanne Pica-Borruto · il y a
Joli tableau, merci et excellente finale à vous!
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Joli cadre et belle ambiance pour ce sympathique "tableau"...

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Etoile polaire

Odile Nedjaaï

Un néon clignote
sur l'autoroute déserte
dans la nuit sans lune
des lettres bleues électriques
sont mon étoile polaire