1
min
Image de Vincent Delaunay

Vincent Delaunay

241 lectures

17

Qualifié

Un enfant entre sept et dix ans, qui mesurerait moins d’un mètre cinquante, compterait cent soixante-dix-huit pas en long et seize en large, dénombrerait quatre mille quatre-cents carreaux de vingt centimètres sur vingt centimètres par terre, douze néons au plafond et une seule fenêtre – un petit carré de lumière qui s’ouvre sur un jardin à la française démodé, triste horizon de ce long couloir qui dessert dix-huit chambres toutes étroites et toutes pareilles.
L’enfant devinerait tout de suite qu’il n’est pas dans un hôtel : il n’y a pas de jolies poignées en laiton aux portes, pas de moquettes moelleuses au sol, pas d’éclairage tamisé au-dessus des tableaux.
En regardant de plus près les reproductions des paysages printaniers accrochées aux murs, il comprendrait qu’ici, dans ce couloir, on ne se soucie guère du talent du peintre. Ce qui importe, c’est la couleur : chatoyante, criarde, tapageuse. L’enfant saurait qu’il n’est pas non plus dans un musée.
Il aura peut-être senti cette odeur. Blanche. Faussement neutre. Aseptisée. Cette odeur que l’on ne sent que dans les salles d’attente des médecins, les pharmacies et les morgues.
Il aura sans doute remarqué la lumière (légèrement verte), le silence (légèrement bleu), l’air (profondément sombre). Irrespirable, et pourtant sain. Absolument pur.
L’air s’est épaissi dans ce couloir. Il y pèse de tout son poids. Statique. Figé. Il semble suspendu dans l’espace comme dans le temps. Du temps, ce couloir en déborde, en dégueule. Car derrière les portes de ces chambres, toutes étroites et toutes pareilles, les occupants attendent. Chacun quelque chose. Chacun quelqu’un.
Sans le savoir, sans même en avoir conscience (que sait-on vraiment à sept ou dix ans ?), ce sont les minutes, les heures, les jours, les mois, les années de ceux qui attendent que l’enfant compte, et non les carreaux trop lustrés, trop propres du couloir de l’hôpital.

PRIX

Image de Automne 2015
17

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Francesca Fa
Francesca Fa · il y a
Compter, dénombrer, observer, inventorier, l'enfant sait se distraire de l'angoisse, positiver une expérience ... les adultes souvent ne savent pas. Beau texte
Image de Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Les couloirs ne sont pas faits pour les enfants
+1

Image de Mélie Sandre
Mélie Sandre · il y a
j'ai mordu.. ;) Si vous souhaitez lire brise d'automne et lumineuse.. ;)
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Vous avez un beau talent d'écrivain. Il y a manière et manière de présenter une situation et des personnages. La vôtre est saisissante. Comme l'objectif d'une caméra qui fait peu à peu le point sur une image, laquelle se révèle angoissante, parce que clinique et froide. Foin de mélo, de violons, de pleurs : c'est la dure réalité de l'enfant hospitalisé.
Image de Maud Garnier
Maud Garnier · il y a
L'hôpital vu à travers les yeux d'un enfant qui compte les secondes, les minutes, les heures, que fait-il dans ce hôpital ? est-il lui même malade, il serait alors en service de pédiatrie, est-il en visite ? attend-t-il un parent en visite avec un diagnostic à la clé pour un autre parent ? impossible à savoir, il attend et il compte....
Image de Nadou
Nadou · il y a
Poignant ! Merci pour ce partage.
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Une description "aseptisée" de ce couloir d'hôpital où rien n'est dit mais où tout est suggéré par l'intermédiaire des cinq sens : la vue (les couleurs, la lumière, les carreaux trop propres), l'odorat (la médecine), le toucher (la moquette), l'ouïe (le silence) et le goût (la pharmacie).Une atmosphère froide et lourde qui oppresse le visiteur. Et toujours une opposition entre le vécu/passé et le réel/présent : hôtel/hôpital, musée/couloir. J'ai aimé.
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Si vous aimez les endroits plus "fluides", je vous invite à aller vous promener sur mon ile, Minorque,ou dans ma garrigue....
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Je suis toujours en vacances sur mon île, Minorque, et je vous y attends....
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Vous arrive-t-il de répondre aux messages ? J'espère que nous ne me considérez pas comme une adversaire dangereuse ? Ou bien vous n'aimez pas les îles ou vous avez le mal de mer....
Image de Marie Lacroix-Pesce
Marie Lacroix-Pesce · il y a
Un couloir qui piège l'horloge du temps...+1
Image de Lumiyah
Lumiyah · il y a
cela me rappelle trop de mauvais souvenirs, c'est pourquoi votre texte m'a touché, pas facile de poétiser l'hôpital et vous avez réussi à le faire +1
merci de me visiter http://short-edition.com/oeuvre/poetik/lui-15

Image de Déborah Locatelli
Déborah Locatelli · il y a
Un jour j'ai croisé le regard d'un enfant malade dans le couloir d'un hôpital, votre texte m'a autant émue que lui...J'aime votre façon de poser vos mots, et de conter ses maux. Très beau
Mon vote.

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

NOUVELLES

Jean-Marie Coppin n’était pas du genre téméraire ; pourtant, cette nuit-là, poussé par une fringale et une certaine audace, le modeste employé de banque descendit sur la pointe des pieds ...

Du même thème