Le cou du serpent est long

il y a
3 min
75
lectures
0

Maître cervoteur Colporteur d'idées Aspirant scénariste Trifouilleur d'images  [+]

Le matin est la , moite , tiède , bienvenue .
Depuis les hautes herbes , la cible s'immobilise enfin .
Au pas de la porte les aventuriers profitent de l' accalmie
La bête s'est recluse dans la grotte
Le silence est roi
Aucun mot ne peut traduire l'attente ,
Un seul d'entre eux les trahirai .
Les regards se croisent , se détournent , soutiennent finalement le projet .
La traque arrive à sa fin , ils vont déloger la bête , sa fourrure les couvrira
ce soir , ils porteront ses crocs en guise de trophées , la gloire les enlacera mille fois .
Les lèvres embrassent les fétiches , une main dessine le signe de la croix .
Les fusils sont chargés , armés , l'index en suspens sur la détente .
Ils ont l'effet de surprise mais la vigilance reste de mise, la bête est redoutable ,
Sur son territoire l'obscurité appelle , annonce l'issue du pack , dissuade une dernière fois .
Le chef éteint sa cigarette , allume sa lampe frontale et projette un faisceau lumineux qui vient mourir à quelques pas .
L'humidité congèle les gars , les articulations sont rouillées , les bouches pâteuses , les yeux froids .
Le combat est inévitable , dans la gueule béante du monstre d'argile les corps s'engagent , résolus .
Cavités après cavités , les gouttes résonnent au rythme convaincu du métronome .
Une main cherche prise sur les crevasses des parois , l'autre se cramponne au bois poncé du tromblon .
Les tunnels serpentent , invitent à l'égarement .
La bête est la ,
Quelque part
La chasse devient affaire personnelle
Puisqu'elle est içi chez elle
Les mandibules gonflées par l'instinct de survie , ses appendices se déploient , acérés ,dans des visions furtives , images cauchemardesque d'un instant à venir qui ferait tressaillir le plus intrépide .
Mais les gars tiennent bon
Le groupe est solide , discipliné , prêts à dégainé
Une odeur fétide remonte du coeur de la grotte
Jusqu'au sommet du pic
L'embranchement étroit donne sur une alvéole ; de là
domine une salle creusé ,spacieuse , des stalactiques  parsèment l'espace
comme autant de pièges supplémentaire à cette chasse .
Les parois sont trogloditiques , percés de mille trous ,
c'est une ruche
Miséricorde....
Les visages sont inquiets , les gars ravalent leurs insultes .
Garder le calme , respiré , analysé la situation .
Réagir.....
Un cris perce , désamorce la tension , la transforme en terreur .
La bête est la , elle se redresse , ses articulations s'étendent , se propagent , elle prend toute la place .
La fourrure se superpose aux écailles , les pattes sont longues , robustes , la chimère est encore plus impressionnante dans son environnement . Des cellules creusées dans les parois jaillissent soudainement à l'approche de la mère une forme homogène , grouillante ,un essaim de créatures vient entourer la mère comme un totem dans une danse halluciné .
Le chef s'empresse d'éteindre la lumière de sa lampe , mouvement immédiatement adopté par le reste de l'unité , l'obscurité est béante , la cécité , totale , seuls les cliquètements des monstres se font désormais entendre .

Les respirations se synchronisent , les doigts caressent la détente , attendent le signal , un bruit s'isole , se rapproche , un des gars s'agite , se relève , prend mauvais appuis et tombe dans la confusion sous une cascade de jurons ,  une créature est parmi eux , une éclaireuse; les mains tâtonnent dans le noir , un hurlement , suivi d'un second , les hommes prennent la fuite , un coup de feu surgit et dans l'éclair furtif apparaît un tableau ignoble , indescriptible , la panique est complète .

Le groupe se scinde aveuglement dans le réseau de boyaux , la course est ponctué de déflagrations , de râles , de rugissements , il ne reste que la peur .

La caverne avale les gars un par un , les pieds se tordent , s'enfoncent , des à l'aide suppliés en écho à la fuite , l'esprit de ruche dissous par l'appel de la survie , un filet de lumière pénètre la grotte , perspective d'avenir , une porte de sortie .

Les appendices tendent de l'atteindre , le dernier de la horde renforce la cadence .
L'espace au delà de la caverne dessine une ouverture , la lumière l'éblouie , le distrait , il se couvre les yeux de la main , trébuche , une
pince le neutralise , il se défend , férocement  ,   la rage lui permets de se retirer de l'emprise de la bête , il bascule sur le dos , fait face à l'ennemi , actualise son angle de tir , la gueule béante approche , les pupilles de la créature se contractent ,  le jauge , il tire encore , la bête le domine , elle l'observe , il la défie , renonce ,  ils se respectent , l'homme ferme les yeux .

L'ordre reprend ses droits au pieds de cette vallée reculée , la montagne , sentinelle sacré , règne à nouveau sur cet espace abandonné  ,désormais débarrassé des parasites qui la profanaient , purgé , continue à  dispenser son autorité sur ce monde sauvage . 

0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

La Remise

Sascha Lahaie

Les enfants ordinaires ont peur de la porte de leur placard ou de leur chambre. Moi, c’était celle de la vieille remise au fond du jardin qui m’effrayait.
Nous n’entrions jamais dans la ... [+]