Le coeur du problème

il y a
3 min
692
lectures
146
Finaliste
Public
Assise dans la salle d’attente, Eva observait la décoration. Une pièce sobre aux murs jasmin, des tableaux de fleurs blanches, deux chaises avec un coussin orange, et des magazines sur le développement personnel. Seul un crucifix cloué au dessus de la porte pouvait donner un ton plus spirituel.
Eva attendait ce rendez-vous depuis longtemps. Elle savait qu’elle allait en ressortir revigorée, apaisée des tensions qu’elle ressentait. Des bruits dans la pièce d’à côté l’avertirent du début imminent de sa séance. Elle agrippa son sac de la main gauche, et essuya sa main droite, moite d’impatience.

La porte s’ouvrit sur un homme souriant. Il lui tendit la main et elle ne put s’empêcher de l’essuyer à nouveau avant de la lui serrer.
- Bonjour, installez vous, lui dit-il.
- Bonjour, répondit-elle avant de s’installer dans un fauteuil confortable. Elle se sentait essoufflée rien que d’avoir traversé la pièce.
La lumière de la rue entrait dans la pièce par la fenêtre qui se trouvait derrière elle et donnait un éclat particulier au bureau. Des tableaux mystiques avaient remplacé les fleurs blanches, une bibliothèque pleine de livres ésotériques annonçait l’objet du rendez-vous pris et toujours un crucifix au-dessus de la porte, gardien des secrets dévoilés ici.

Il s’installa à son bureau et plongea sa main dans un tiroir, ressortant un jeu de cartes qu’elle reconnut immédiatement.
- Le tarot de Marseille ? lui demanda-t-elle.
- Oui, au début en tout cas. J’en ai d’autres mais j’ai ce rituel...toujours commencer avec celui-ci. Vous connaissez ?
- Oui, je suis déjà venue plusieurs fois en consultation avec d’autres voyants. Souvent, ils utilisaient ce jeu.

Martin avait reconnut le profil de cette cliente dès qu’il l’avait vu. Cette manière d’attendre sur sa chaise, prête à bondir, excitée qu’on lui révèle son avenir, cette excitation qu’elle avait été obligé d’essuyer sur sa jambe avant d’entrer. Une image d’elle dans un autre cabinet, son sac sur ses genoux lui vint à l’esprit.
- Quand vous dites plusieurs fois...?
- Je consulte tous les mois mais jamais la même personne.
- Pourquoi jamais la même ? lui demanda-t-il de plus en plus impatient d’en finir.
- Ils ne m’ont jamais annoncé quoique ce soit d’intéressant. Comme si ma vie n’avait rien d’extraordinaire.

Elle laissa un silence qu’il n’eut pas envie de remplir. Des images venaient à Martin sans qu’ils ne les appellent. Il vit Eva faire des courses, puis au travail et d’autres choses sans intérêt.
- Je ne peux pas imaginer que ce soit le cas, reprit-elle. Je sens un vide au fond de moi comme si ma place était ailleurs, loin de cette vie plan-plan que je mène. Il y a forcément quelque chose d’extraordinaire pour moi...quelque part.
- On va voir ça, répondit Martin qui avait commencé à mélanger les cartes. Veuillez couper s’il vous plait.
Eva passa sa main au dessus des cartes non sans avoir pris la peine de l’essuyer encore une fois. Elle choisit 3 cartes que Martin ne retourna pas tout de suite. Il laissa la carte du milieu face cachée pour découvrir à sa droite et à sa gauche « Le Pendu » et « La Maison Dieu ».
- Il semblerait qu’en ce moment vous soyez dans une situation qui n’évolue pas. Et l’image de sa cliente dans un canapé lui vint en tête.
Eva respirait fort. Elle savait qu’elle n’évoluait pas et c’est ce qui la rongeait de l’intérieur. Elle sentait une pression dans sa poitrine. Elle espérait tellement que cette séance lui donnerait enfin la clé de sa vie.
- Pour autant....ajouta Martin. Il semblerait qu’un secret pourrait vous être révélé qui pourrait tout changer pour vous.
Eva sourit et déploya son bras gauche qui semblait engourdi.
- Vous pensez ?
- Je ne sais pas ce que c’est. Nous allons creuser la question mais cette révélation devrait vous aider. Une image de sa cliente affolée lui apparut mais il préféra en savoir plus pour ne pas lui faire peur.

Martin prit la dernière carte pour la découvrir mais une vision arrêta son geste. Sa cliente était allongée au sol, les yeux ouverts, ses jambes formant un angle anormal. Un filet de sang sortait de son oreille et son chemisier en satin blanc se teintait d’une rougeur qui ne prêtait pas à confusion.

Il se reprit et retourna sans surprise « L’arcane sans nom ». Il tenta de garder un visage impassible mais son cerveau ne pouvait effacer la vision du corps sans vie.
Eva ne put s’empêcher de gémir à la vue de la mort, la faucheuse qui la suivait partout, qu’elle tirait à chaque fois. La pression dans sa poitrine se fit plus importante. Elle se mit à frotter sa main gauche mais elle n’arrivait pas à faire partir les fourmis dans ses doigts.
- Attendez ! dit-il. Il ne faut pas toujours voir dans cette carte la mort.
Martin était perdu. Comment pouvait-il lui dire ? Jamais il ne pourrait annoncer une telle nouvelle mais pouvait-il la laisser partir sans la mettre en garde ?
Eva se mit à pleurer.
- Non, je veux tirer une autre carte. Je ne veux pas la voir, pas encore.
- Calmez vous, répéta Martin qui n’était pas rassuré à l’idée qu’elle ait déjà tirée cette carte.
Eva se leva et se mit à crier.
- Non, je veux tirer une autre carte !
Elle recula. Sa main droite attrapa son chemisier blanc pour arracher la pression qui l’écrasait. Son visage était rouge et des gouttes de sueur perlaient sur son front.
- Laissez moi tirer une autre carte ! hurla-t-elle
Elle recula encore. Ses phalanges blanchirent lorsqu’elle serra son cœur à travers le satin blanc sans pouvoir l’atteindre.
Martin reconnut alors un détail. Le chemisier ! C’était celui qu’il avait vu. Il se leva ne sachant quoi faire. Eva apeurée recula de plus belle. Le bas de la fenêtre tapa au milieu de sa cuisse et elle bascula en arrière. Elle tendit un bras en avant. Son autre main ne pouvant se résoudre à lâcher son coeur. Martin contourna son bureau et l’attrapa de justesse. Il l’assit sur le fauteuil et ferma la fenêtre.
- On l’a échappé belle, dit-il soulagé d’avoir empêché un événement qu’il savait tragique.
Eva ne répondit pas. Sa main tombait lourdement à côté du fauteuil. Elle n’avait pas réussi à retenir le souffle fragile de sa vie si ordinaire.
146

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,