1
min

Le cocon éthylique

Image de Julien Da Silva

Julien Da Silva

2 lectures

1

L'engourdissement gagne peu à peu mes doigts.
L'aube ne va pas tarder à se lever sur la ville encore somnolente. Les oiseaux sortiront de leur torpeur pour chanter ce nouveau jour.
Ça y est, ma vision se brouille.
Le monde me trouvera inanimé d'ici quelques heures.
Je sens la chaleur me quitter peu à peu, et se former autour de moi un nuage de doux alanguissement.
Mon poids m'écrase et m’entraîne.
Le décor de mon appartement se fond dans un tourbillon et mes paupières se ferment.
Le doux cocon éthylique s'est refermé sur moi, nous avons bien fêté le printemps, ne pensons pas à la gueule de bois.
1

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Les rais de lumière de l'aube se reflètent sur le lac dans la vallée voisine. Bientôt le sous-bois sera nimbé de la douce chaleur que lui apportera le soleil. Dans le silence retentissant dont ...

Du même thème