Le chapardeur grassouillet

il y a
1 min
2
lectures
0

Pour éviter de tomber dans ces fatigantes hallucinations. Je garde mes paupières ouvertes. Tenant avec des cure-dents. Debout le long du mur. Observant les vagues jaunes et bleues émanant de  [+]

C'est un petit personnage gras sans saveur. Cet être prend plaisir à impressionner les profanes. Sous des airs responsables, il y a un vent d'égout. De loin, il dégage le charme hivernal d'une vapeur de trottoir londonien. Le mouvement des lumières blanches donnent envie de dire des féeries. Quand on s'approche on commence à sentir une odeur moite. Un pourrissement fécal humidifié de sueur fiévreuse. C'est une odeur, on fait avec. Soudain, le petit personnage gras soulève la plaque étroite de son orgueil et vole les féeries. Alors il faut patauger dans la fange et mordre des nuques de rat pour les récupérer. Après s'être éloigné du grassouillet chapardeur on aperçoit une autre fumée blanche. C'est peut-être une source d'eau chaude. En marchant vers cette nouvelle rencontre il y a la désagréable sensation des piqûres de puces, mais elle se mélange avec le plaisir délicat de mâchouiller des vertèbres de rongeur.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,