Le camping

il y a
1 min
2 705
lectures
188 voix
Finaliste
Jury

écrit des textes courts, des nouvelles ✒ publiées ici ou là.  [+]

Image de Été 2021
Longtemps, j'ai habité près d'un camping. C'était un établissement de grande envergure, doté de quelques étoiles. Un petit parc aquatique avec un toboggan y faisait le plaisir des enfants. Moi, je ne pouvais pas en profiter, puisque nous habitions toujours, pour les vacances, un petit pavillon situé à cent mètres du camping. J'entendais les plongeons, les cris de joie, pendant que nous jouions silencieusement au scrabble avec mes parents.

De manière assez logique, j'ai développé une certaine hostilité envers le camping et ceux qui le fréquentaient. Me sentant rejeté, je ne pouvais pas les aimer. Je ne voyais dès lors que leurs défauts : bruyants, sans gêne, grossiers, vulgaires. Plus ils faisaient des barbecues, plus ils plongeaient en hurlant, plus je les détestais. Si les balles de leur mini-golf atterrissaient dans notre jardin, je courais pour les récupérer et les enterrer sous le poirier familial. Un ballon qui rebondissait contre la fenêtre de ma chambre ? Je sortais en dissimulant une grande aiguille de ma mère et leur redonnais le ballon crevé par mes soins, en prenant un air dépité. Un été, ce fut une hécatombe et beaucoup de sanglots d'enfants mal débarbouillés.

Certains après-midis, je me faufilais dans les allées du camping et y faisais les pires crasses. Je jetais des crottes de chien près des tentes, en les étalant. J'ouvrais les boutons des réchauds de gaz, les robinets des douches. J'ai aussi crevé quelques pneus de camping-cars lors de ma longue crise d'adolescence.

Devenu adulte, ayant fait fortune dans le bitcoin, j'ai racheté le camping à ses propriétaires ; une offre généreuse qu'ils ne pouvaient pas refuser. Ce premier acte faisait partie d'un plan d'ensemble, une entreprise de démolition de l'hôtellerie de plein air bon marché. Je n'ai licencié aucun salarié, mais j'ai modifié le standing de l'établissement : désormais vive le séjour grand luxe, pour vacanciers fortunés. Les pauvres restent chez eux, dans leur salon miteux.

J'ai vite fait des bénéfices, ce qui m'a permis peu à peu de racheter tous les campings de l'île d'Oléron, pour en chasser la populace. Une clientèle vêtue de blanc arpente désormais les allées fleuries de mes petites résidences de vacances. Le champagne coule à flots et les croisières en catamarans ne désemplissent pas. On se croirait sur l'île de Ré.

Pour ma part, depuis la mort de mes parents, j'ai rénové à grands frais leur petit pavillon, et je continue, tout seul, à y jouer au scrabble lors des belles soirées d'été.

Finaliste

188 voix

Un petit mot pour l'auteur ? 102 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de J.M. Raynaud
J.M. Raynaud  Commentaire de l'auteur · il y a
L'analyse de Jeanne (https://short-edition.com/fr/auteur/jeanne-42 ) : "C’est l’histoire d’un enfant solitaire qui s’ennuie dans son petit pavillon, n’a pas d’amis, de compagnons de jeux et qui par dépit se transforme en démon, en affreux jojo, un gamin fruste, frustré qui prend en grippe les campeurs qui musent, s’ébattent près de chez lui. Pour occuper ses journées, combler son manque, tromper son ennui, il pénètre en catimini sur la base de loisirs, sème la zizanie, fait les quatre cent coups et des tours pendables.

L’enfant a grandi, à présent il voit grand, prend de la hauteur sur l’échelle sociale, il fait dans le haut de gamme, camping de luxe où tout est calme et volupté. Un anti-camping bon marché qui fort de ses convictions, campe sur ses positions. C’est un promoteur, un entrepreneur avisé, un homme qui a de l’ambition belle voiture et belle maison, un investisseur éclairé qui a le sens des affaires et su faire fructifier son capital et intérêts. De tous les campings de la région il a le monopole, il fait la guerre au médiocre, son prochain projet : au jeu du Monopoly acheter la rue de la Paix, les Champs-Élysées, les beaux quartiers, bâtir des hôtels, des palais, des palaces, des résidences secondaires."

NB : me voilà tout ébaubi de me retrouver en finale.

Image de Cali Mero
Cali Mero · il y a
Une autre forme d'ascension , celle d'être retenue par le jury pour aller en finale, comme quoi! et bonne chance
Image de VERONIK DAN
VERONIK DAN · il y a
Un sale gosse qui a bien réussi mais qui se retrouve tout seul à jouer au scrabble….
Bonne finale pour ce camping ⭐⭐⭐⭐⭐

Image de Gilles Pascual
Gilles Pascual · il y a
J'aime beaucoup ce sale gosse qui est satisfait de sa solitude. Bonne finale !
Image de Lady Délivrance
Lady Délivrance · il y a
Il est monté bien haut pour mieux être seul. Bonne chance à vous
Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
Bonne chance à ce texte !
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Bonne chance, J.M. :)
Image de Chris BÉKA
Chris BÉKA · il y a
Du pathétique de l'envie et de la mesquinerie...
Image de Line Chatau
Line Chatau · il y a
Pas très sympathique ce gamin mais il est arrivé en finale! Bonne chance JM!
Image de F. Gouelan
F. Gouelan · il y a
La recette pour faire un démon.
Un démon triste puisque au final il n'a rien.

Image de Mica Deau
Mica Deau · il y a
Très touchants ce portrait et son ambiance, bonne finale !
Image de Christopher Olivier
Christopher Olivier · il y a
le vrai camping paradis

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Dans la pâleur grise

J.M. Raynaud

Dans la pâleur grise
au milieu des roches nues
l'astronaute avance
dépassant la Tour Eiffel
ensablée depuis mille ans

Très très courts

Eucharisties

Valdemar Belloc

— EN VÉRITÉ JE VOUS LE DIS, LE MONDE EST UNE VALLÉE DE LARMES, hurla le prêtre.
— Ouais, surtout les lendemains de cuite, pensai-je en croquant deux aspirines.
Le prêtre ne hurlait... [+]