Le Café des Sports

il y a
2 min
658
lectures
282
Image de 1ère édition

Thème

Image de Très très court

22 décembre, 17h15

Robert raccrocha son téléphone, mit sa casquette neuve, claqua la porte et emprunta la ruelle qui menait au Café des Sports.

Autour du comptoir s’agitaient une douzaine de gars. Sans lâcher son torchon, Etienne le salua d’un signe de tête. Les autres le regardèrent à peine, sauf Gégé : « Salut Vieux, tu as eu la nouvelle ? » Le garçon passait le balai. Les odeurs de sueur se mêlaient à celles de la bière et du whisky. A côté de la borne de paris sportifs, un type seul, la nuque voûtée, les mains posées à plat sur ses cuisses, regardait une bouteille vide devant lui. De temps en temps Etienne lui lançait des regards en coin. « Faudrait pas que, dans un coup de sang, il me casse quelque chose ». Par moment résonnaient des quintes de toux, séquelles des années passées à respirer des substances douteuses dans cette usine qui avait, jusqu’à aujourd’hui du moins, payé tous les verres bus ici.

Robert finit son café, posa une pièce sur le comptoir, et sortit. Il marcha jusqu’à la rue du Pont qui descendait jusqu’au plan d’eau. Arrivé sur la berge, il s’accroupit et ramassa quelques galets. Du bout des doigts, il vérifiait que le calibre lui convenait puis en remplit ses poches. Il se redressa. Son genou droit lui faisait toujours mal. Le soleil rasait la surface de la rivière. Il saisit un des galets et, d’un geste sec, l’expédia au loin. Le galet rebondit deux fois avant d’être englouti par les flots verdâtres. Du bout du pied, il écarta une canette de bière. Dire que quand il était gamin, il venait ici avec Jeannette pour chercher des écrevisses. Il soupira, frotta son genou et entreprit l’ascension du talus. Pas trop vite, à cause du poids des galets. Au loin, sur la départementale, retentissaient les trompes des camions.

 

Le 15 mai, 10h30

Robert passa devant le Café des Sports. A travers la vitre sale, il aperçut Etienne, seul, qui nettoyait son comptoir.

Il longea le parc de jeux. La porte grillagée était cadenassée parce qu’un ou deux jeux étaient cassés. Le gars qui devait réparer le toboggan avait mis les voiles depuis longtemps.  Et de toute façon il n’y avait pratiquement plus d’enfants. Le terrain était envahi d’herbes folles. Au milieu des broussailles, pointa la tête d’un lapin curieux.

Arrivé à la rivière, il fut frappé par l’odeur : un parfum de menthe fraîche. Les acores étaient en fleur. Des libellules dansaient au-dessus de l’eau.  Il se pencha pour les observer. En plissant les yeux, il lui sembla qu’il pouvait voir le fond de l’eau.

Il remonta jusque chez lui, chercha la clef dans le pot de fleur, entra, posa la vieille casquette sur la table de la cuisine, puis déversa ses galets dans le seau posé par terre. D’un coup d’œil il compta le nombre de seaux. Il y en avait sept. C'était suffisant. Il ne lui manquait plus que le mortier. Il irait le chercher mardi au bourg. Autrefois, dans un magazine, Jeannette était tombée sur la photo d’un mur recouvert de galets. Elle lui avait demandé d’en parer le mur du séjour. Il l’avait traitée de bourgeoise en rigolant. Après, elle était tombée malade à cause de cette cochonnerie qu’elle respirait dans l’usine.

Il était encore tôt. Il avait le temps de prendre l’air avant de déjeuner. Il descendit dans le cellier. Tranquillement, pour ménager ses genoux.
Peu après, il redescendit le talus en sifflotant, sa canne à pêche à la main.

282
282

Un petit mot pour l'auteur ? 98 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ozias Eleke
Ozias Eleke · il y a
Belle plume. J'ai adoré.
Je vous prie de lire mon texte pour le compte du Prix des Jeunes Écritures https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/homme-tas-le-bonjour-dalfred

Image de DEBA WANDJI
DEBA WANDJI · il y a
J'aime bien votre style et la facilité avec laquelle vous nous faites rêver. Bravo!
Je vous accorde ma voix et je vous invite à découvrir mon texte en course pour le prix jeunes auteurs https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/etoile-perdue-2
N'hésitez pas de laisser vos impressions en commentaires. Merci!

Image de Eric diokel Ngom
Eric diokel Ngom · il y a
Bravo J'ai bcp aimé ..un texte original et bien structuré.. une maîtrise des mots .. un style particulier merci de m'aider à progresser en donnant un commentaire à mon texte je suis nouveau
Image de Gaelle Ghanem
Gaelle Ghanem · il y a
Bravo Gervith, j'adore votre style! Très beau, vous avez ma voix!
Je vous invite à découvrir mon oeuvre: https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/noir-cest-noir-il-me-reste-lespoir

Image de Norah L'Hirondelle
Norah L'Hirondelle · il y a
Super !
J'ai beaucoup aimé !!
mon vote
Je vous invite aussi à voter pour mon histoire qui concourt en 11/14
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-cabane-5
Merci =)

Image de Dva2tlse
Dva2tlse · il y a
Super ! Bon pour l'imagination.
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
mes voies
svp votes pour moi

Image de Marie Cmz
Marie Cmz · il y a
Beaucoup de poésie et de pudeur. J’ai adoré le rythme des phrases et les univers décrits ! On s’y croirait... à quand la suite !!!! Bravo !!!
Image de Laurence Cheval
Laurence Cheval · il y a
Félicitations.
C’est poétique et très efficace. La lecture est naturelle car on est porté par la curiosité. On a envie de mieux connaître ces personnages simples mais pour qui on imagine une vie complexe, avec ses bonheurs et ses drames, ses regrets et ses espoirs.
Encore bravo ! Et on attend la suite.

Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Réaliser un mur de galets pour (enfin) complaire à l'aimée qui n'en profitera hélas pas… c'est émouvant !