2
min

L'apparition de la grande Dame

Image de Essbé

Essbé

95 lectures

84

Même s’ils ne sont pas tous bien réveillés, on sent déjà une certaine fébrilité. Ils sont 45, élèves de CM2, une classe de 22 et une autre de 23, et quasiment tous découvrent Paris pour la première (et dernière ?) fois de leur vie. Pour certains, c’est même la première fois qu’ils passent quelques jours sans leurs parents. Les premières angoisses sont passées dès que le train a roulé à vive allure, dès que les copains ont sorti des jeux du sac à dos, avec un paquet de gâteaux ou de bonbons. Finalement ce sera juste une récré qui durera plus longtemps que d’habitude...3 jours... 3 jours de découverte qui ont commencé par le métro, en descendant du train, pour rejoindre l’hébergement. Leurs 45 petites casquettes rouges attirent les regards et font sourire les franciliens en chemin vers le boulot. Les enfants sont ravis qu’on leur demande d’où ils viennent. Les noms alsaciens imprononçables de leurs villages animent les conversations. Si, si, Niederschaeffolsheim, Mittelschaeffolsheim, Oberschaeffolsheim et Gumbrechtshoffen sont bien des villages français. Mais les français de l’intérieur ont bien du mal à répéter ces noms bizarres. Une accompagnatrice se penche vers moi « en fait, ils sont sympas les gens ici » me glisse-t ’elle et je souris en réalisant que de son lointain village, les parisiens lui faisaient plus peur que le plan du métro !
Nous posons les sacs à l’hôtel et les enfants préparent leur sac pour la journée. L’excitation monte. Ils viennent vers moi, la parisienne du groupe, pour avoir plus d’infos. « On y va tout de suite ? », « on va La voir en premier ? », « on reprend encore le métro ou on prend le bus ? ». Ils ont hâte, houspillent ceux qui trainent mais reposent leur sac pour repartir aux toilettes, reviennent en courant, rouspètent de devoir encore attendre, et puis, enfin, la troupe se met en marche. Malgré un ralentissement lors du passage des tickets de métro (et quelques regards noirs de locaux qui se passeraient bien de cette nuée volubile dans ce goulet d’étranglement), tout le monde monte dans la même rame. 1 correspondance. L’excitation est à son comble, les questions fusent, difficile de tout entendre, de tout comprendre, mais trop de réponses gâcheraient leur plaisir. « Vous verrez bien », « attendez un peu, nous sommes presque arrivés ». Ils me communiquent leur curiosité, alors que je suis née ici. Nous descendons de la rame. Vérification ? Oui, tout le monde est là. Et nous grimpons vers la sortie. Plusieurs se dépêchent de sortir un appareil photo du sac. Ils ont peur de La louper peut-être ? Sortie du métro. Le beau temps est avec nous. La plus belle ville du monde nous accueille chaleureusement. Ils cherchent partout du regard. « C’est où ? ». Quelques pas encore. C’est à gauche normalement... mais des travaux nous bouchent la vue... Je ne peux m’empêcher de sourire. Je sais qu’ils vont être subjugués dans quelques secondes. Et comme des millions de franciliens et encore plus de français et d’étrangers, ils en tomberont amoureux et voudront revenir à la nuit tombée pour la voir scintiller, encore et encore. Pour le moment, ils sont presque inquiets. Et puis, enfin, Elle apparaît. Majestueuse, magnifique, fine et fière. Et eux, ils restent bouche bée puis exultent, « elle est là » crient-ils aux trainards. « Regardez, c’est la Tour Eiffel ».

PRIX

Image de 6ème édition

Thèmes

Image de Très très court
84

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
+5 pour ce voyage-découverte... quel dommage que vous ayez donné la réponse dans le titre! la chute aurait été plus croustillante!
·
Image de Vinvin
Vinvin · il y a
La Dame de Fer fait décidemment tourner toutes les têtes !!!.
·
Image de Felix CULPA
Felix CULPA · il y a
Quoi de plus beau que ce tableau dépeignant l'émerveillement de petits écoliers devant la grande dame de fer ! Mes trois voix et une invitation à lire mes textes !https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/les-droits-de-lame
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/apparition-disparition
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-braquage-poetique

·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Ce qui est remarquable , c'est l'extase de la première fois. . La tour Eiffel provoque cet émerveillement à chaque fois qu'elle est vue pour la première fois. , !!
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
C'est très mignon en effet ! Et la Grande Dame doit être bien heureuse de déclencher chaque fois l'enthousiasme d'autant de monde ! ;)
·
Image de Mary Benoist
Mary Benoist · il y a
C'est mignon... vous avez écrit cette petite histoire de telle sorte qu'on se sent touché(e).
·
Image de Essbé
Essbé · il y a
Merci
·
Image de Maud
Maud · il y a
L'apparition tant attendue 😊 texte bien sympathique... merci d'être passée sur le mien ☺
·
Image de Essbé
Essbé · il y a
J'ai osé faire ça ??? 😜
·
Image de Maud
Maud · il y a
😊☺😉
·
Image de JACB
JACB · il y a
Votre texte fait plaisir Essbé car il évoque l'émerveillement de petits Alsaciens, une émotion vraie, de celles qui forgent les souvenirs. Merci
Entre les deux votre cœur balancera peut-être ?
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/cavale-d-auteur#
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/se-conter-fleurette#
Bonne chance.

·
Image de Dimaria Gbénou
Dimaria Gbénou · il y a
ça mérite mes voix Essbé. Sympa ce texte. De belles lignes… Pourrais-je saisis l'occasion pour vous inviter à découvrir mes textes dont l'un est en compétition…
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/sous-le-regard-du-diable
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/malchance

·
Image de Ratiba Nasri
Ratiba Nasri · il y a
Une jolie histoire qui rappelle de beaux souvenirs :-)
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Il est rentré presque brutalement, par là où j’ai perdu 8 enfants, par là où j’ai perdu une tellement grande partie de ma vie, que je croyais n’être plus rien. Je croyais même ne plus ...