2
min

L'age d'or

Image de Alexeim Andros

Alexeim Andros

3 lectures

0

C'est une chaude soirée africaine. Un groupe d'homme est assis autour d'un feu à même le sol. Les premiers rayons de la lune font luire le métal des pointes de lance posées sur un muret. Il y a un grand homme noir et longiligne nu si ce n'est des brassards en peau de panthère. Son visage est marqué par des scarifications au niveau des pommettes. Il y a aussi un homme trapu et musculeux torse nu en braies. Il porte une moustache, un torque autour du cou et ses cheveux roux qui semblent délavés par le soleil son tirés en couette sur le haut de sa tête. Le troisième parait encore plus jeune que les autres, c'est un homme blond avec une coiffure au bol et une toge. Il y a aussi un numide sec au regard sombre assis légèrement en retrait, une riche toison bouclé sur le crane et un pagne en tissu autour des reins. Le dernier est un punique portant une barbe noir et revêtant une armure légère en cuir. La discussion va bon train, l'homme en armure de cuir montre l'horizon du doigt;

- Depuis que les romains sillonnent les alentours, les hyènes, les lions et les chacals s'aventurent dans les villages en périphérie. Y'en a même qui les ont vu à Carthage la nuit.

- Adherbal ! Ces foutus romains sont partout ! Le nubien se lève de toute sa grandeur. On dit qu'ils projettent de faire tomber Carthage. Mais le sang de la famille Barca protège la ville. Puis il se rassis. Le gaulois prend la parole,



- Chez moi les gens ne parlent même plus la langue de leur ancêtres. Quand tu débarques en ville avec ta camelote et que tu ne parles pas un mot de latin alors les autres se foutent de toi et te traite de péquenot ! ( il fait des grimaces comiques) Du coup, les gosses pour qu'ils réussissent dans la vie doivent se débrouiller en latin.

Les gars rigolent, ils sont venu pour s'engager dans l'armée de mercenaire carthaginoise.

- Matugenos n'aime pas le latin mais il aime bien les putes romaines ! Raille le numide qui ne cesse de se gausser.

- Mais je préfère les numides avec leur grands yeux de gazelle et leur hanche larges. Une bonne paire ! Ah aha ! ( Il se lève et donne une grosse tape sur l'épaule du numide ). Le plus jeune des hommes joue avec un poignard,

- Matugenos baise les sangliers dans sa forêt ! Puis il éclate de rire. Le gaulois fait mine, d'un geste leste, de lui trancher la tête avec une épée imaginaire, un grand sourire sur le visage. Le nubien rétorque en souriant,

- Chez moi les filles sont tellement délicieuses et faciles que tous les hommes sont heureux. C'est elles qui choisissent le gars qu'elles veulent, c'est des reines. Le punique renchérit,

- On va s'amuser en ville demain après le rassemblement les gars. Vous allez voir les vraies femmes carthaginoises et vous allez oublier toutes les autres. Après vous voudrez vous marier avec une fille du pays et je vous appellerez frères !

Tous rient de bon cœur. Ils se connaissent depuis longtemps pour la plupart et ont déjà combattu ensemble. Malgré le ton léger de leur discussion et leur apparente décontraction, il s'agit bien de redoutables guerriers vétérans de bien des batailles à travers le monde antique. Des déracinés qui ne connaissent que la guerre , les pillages et les fêtes où ils engloutissent tout leur solde pour s’enivrer et jouir des prostituées. Ils ont tous des rêves mais englouti par la spirale d'une vie qui cavale aussi rapidement qu'un cavalier numide qui fond sur sa proie, peu d'entre eux finiront par se poser et faire souche.
0

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

- Rosen ! Vous serez collé samedi ! Ce n’est pas en rêvant en cours que vous aurez votre bachot !Une fois de plus, Pluvinage, le professeur de mathématiques, occuperait mon ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Des lamelles de jour découpées au vieux store décoraient le corps de son amant d’une lumière bleutée par un reste de nuit. Eshal, qui s’apprêtait à se lever, ne put s’empêcher d’en ...