La vie à Dar Es Salaam

il y a
1 min
1
lecture
0

J'aime écrire mais pas parler de moi  [+]

Nous sommes assis sur des chaises en plastiques dépareillées et un brin défoncée, ce qui, de manière très amusante est également une métaphore pour la compagnie dans laquelle je me trouve.
Sans doute plus pour le côté défonce, car celui qui fait tache ici, c'est moi. Les autres semblent se connaître.
Ils mettent de la musique qui ambiance et je bois un jus frais citron menthe sans sucre. Un délice glacé et bien âpre. Avec des joints qui tournent, il va fallait que j'en offre un.

Soudainement rien ne se passe. Je galère grave pour écrire. Plus d'inspiration et plus aucune facilité d'écriture sur mon téléphone qui commence à déconner. Tout se détériore tellement vite ici. Je n'arrive pas à cerner. Ou alors est ce que je ne vois pas le temps passer et mes objets deviennent obsolescents avant l'obsolescence de mon usage ?
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Je le veux

Natacha Fichten

Mon cœur tambourine contre ma poitrine tandis que mes jambes se mettent doucement à trembler. Mon visage n'affiche aucune trace de peur alors que celle-ci me broie les entrailles. J'essaie de... [+]

Très très courts

Papy

Vin Yl

Rien ne mord. Des heures que nous sommes ici et rien ne mord. Le temps est pourtant clément, d'un bleu infini qui s'étend sous nos yeux, sur l'océan comme dans le ciel. Ce miroir idyllique est la... [+]