LA VERITE

il y a
1 min
62
lectures
8
LA VERITE
Fallait-il la lui dire, cette vérité qui vous fait grandir d’un seul coup ? Carmina n’en était pas sûre. Inutile de tourner trop longtemps autour du pot : elle avait déjà décidé qu’elle lui mentirait. Oh, par omission, par gentillesse, car elle pensait peut-être à juste titre qu’il ne la supporterait pas. Elle se souvenait de sa propre expérience et des réactions des autres quand une histoire similaire lui était arrivée. Elle en avait beaucoup souffert et ne voulait pas faire de peine à Julien.
Le problème qui se posait à présent était de savoir comment elle allait pendant des jours lui cacher cette vérité qu’il finirait quand même par découvrir. Car ça ne pourrait pas durer éternellement, il l’apprendrait bien un jour ou l’autre mais elle ferait tout pour retarder ce moment. Pas facile ! D’autant que ses amis pouvaient aussi vendre la mèche, et elle ne se voyait pas leur demander de se taire.
Les parents de Julien lui avaient demandé de gérer ce problème. Pris par leurs activités professionnelles, ils s’en remettaient entièrement à elle, et ce depuis des années. Carmina se demanda si Cléa, sa fille, pourrait jouer l’intermédiaire, mais c’était peut-être trop demander à une petite fille de onze ans. Et pourtant...... Elle jouait souvent avec Julien et Craps, ce n’était pas comme si elle arrivait en terrain inconnu, elle allait y réfléchir. Elle avait déjà évoqué ce problème avec sa fille qui lui avait donné un début de solution. Si elle avait le feu vert des parents de Julien, alors peut-être que la vérité pourrait un jour éclater sans trop faire de dommages.......
Quelques jours plus tard, en revenant de l’école, Julien du haut de ses cinq ans découvrit dans le panier précédemment occupé par Craps un petit épagneul de trois mois qui lui fit la fête et pipi partout ! Quel joli petit chien ! Mais où était Craps ? Carmina lui montra une jolie photo de son chien, encadrée et accrochée au dessus du panier. Il le regardait confiant, comme toujours, et semblait lui dire : « Je suis parti et encore là ! Tibo me remplace mais je ne t’oublie pas ».
Ce soir il faudrait en parler si Julien l’évoquait, pendant le bain peut-être, mais Tibo serait présent et elle comptait bien sur la diversion du chiot pour dire la vérité à Julien. Cléa avait eu une bonne idée ! Elle se sentait plus forte et aborderait la question avec confiance.
8

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Parachute

Pierre Lieutaud

Le vieil avion tournoie dans l'air frais du matin pour atteindre l'altitude du saut. Un quart d'heure auparavant, nous avons quitté le sol, une prairie qui sentait la rosée du matin, et moi, aligné... [+]

Très très courts

J'aime...

Mélanie Bleuzen

Une place.
Un banc.
Marion est assise sur ce banc.
Autour d'elle quelques pigeons
Qui picorent les miettes de son sandwich fromage-jambon.
Le soleil de midi réchauffe l'air tendrement... [+]