1
min

LA TRISTE FIN DE BELZÉBUTH

Image de Don Quichotte

Don Quichotte

12 lectures

1

Histoire vraie... et triste...
Avec ses belles cornes recourbées, Belzébuth avait fière allure.
Ses ancêtres avaient traversé le pays à pied, ou plutôt "à pattes", venant d'Espagne, sur ordre du roi de France, afin de fournir à notre royaume la meilleure laine du monde: La laine Mérinos!
Car Belzébuth était un bélier de haute lignée, né cinq ans auparavant dans la Bergerie Nationale de Rambouillet, où fileur de laine dans mes loisirs, j'était venu le chercher depuis la Franche-Comté.
Contrairement à la légende qui prétend que les béliers sont agressifs, il était d'une douceur peu commune, coulant des jours paisibles au milieu d'un troupeau de brebis dans quelques gras pâturages de chez nous.
Mais cette gentillesse lui a sans doute été fatale, car de sinistres individus, ne voyant en lui que quelques livres de viande, l'ont froidement exécuté et dépecé en plein champ !
Nul doute que son ange gardien dont les pouvoirs immenses sont connus et redoutés, ne persécute les coupables dans ses feux infernaux pendant toute l'éternité.
En tout cas à présent, à chaque fois que je m'installe devant mon rouet, et quoique je fasse, je file du mauvais coton !
1

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Mon bourg natal, comme beaucoup de villages français dénombre plus de morts que de vivants. Pas moins de quatre cimetières ! Bien entendu il y avait nos chères forêts, mais les ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Depuis trois jours il neige sur Kaboul, je vais rejoindre mon amie, j’ai quelque chose d’important à lui dire. Non, pas par téléphone. Le taxi glisse dans les rues de boue et de ...