La traversée

il y a
1 min
410
lectures
55
Qualifié

Si je monte au paradis un jour, j'aimerais qu'on m'y accueille par ces mots : "La bibliothèque est au fond du couloir à gauche... et il y a du monde qui vous attends." Mes textes, parfois  [+]

Image de Eté 2016
D'aussi loin qu'il peut voir, c'est la même vision qui s'offre à lui, une étendue plate, grise, rocailleuse, uniforme et sans végétation. Derrière lui, c'est le passé, il ne peut pas revenir en arrière. Son instinct le dirige vers cet horizon pourtant peu engageant. Il avance avec difficulté sur un chemin râpeux, mal aisé, baigné par un soleil de plomb. Sur son dos, il porte un fardeau, mais il ne peut pas s'en défaire, question de survie. Il ne sait pas ce qu'il va trouver là-bas, tout au loin, mais une force l'anime, il poursuit sa route obstinément, rien ne pourra l'arrêter. Il sait que s'il reste sur place, il mourra, il sent son organisme se dessécher, il doit avancer coûte que coûte. Soudain, le sol se met à vibrer, une vibration de faible amplitude d'abord, qui s'amplifie pour devenir tremblement. Il entend un bourdonnement qui se rapproche. La terre tremble, le bourdonnement devient grondement puis vacarme. Il sent un vent puissant passer juste derrière lui, puis s'éloigner. À un moment, il est pris dans un tourbillon, un souffle chaud l'enveloppe, mais bientôt le calme revient. Il peut continuer sa progression sous le soleil, sans dévier de sa trajectoire. Après une éternité, il distingue enfin un changement dans le paysage, il se rapproche d'un terrain plus verdoyant et ombré. Bientôt il sera à l'abri, il pourra se reposer, manger, boire. Encore un effort sur ce sol brûlant et rugueux. Il arrive enfin au bout de son chemin. Il sent confusément qu'il a échappé à un danger mortel. Il aperçoit parmi les herbes un lit de feuilles au pied d'un gigantesque peuplier qui s'élance vers l'infini des cieux. Il s'allonge, il est inondé par une agréable sensation de fraîcheur. Alors, il ouvre la bouche et commence à mâchonner le bord d'une feuille.

L'escargot, au terme de son périple, ne pense à rien d'autre qu'à survivre, tandis que sur la route une nouvelle trépidation annonce le prochain passage d'un camion.

55

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !