La société du "Crime presque parfait"

il y a
4 min
132
lectures
49
Qualifié

Tant qu'il y aura des mots, des vrais, ni coupés, ni abrégés, de vrais phrases, de vrais morceaux de lettres dedans, il y aura des lecteurs, des partants pour l'imaginaire, des aventuriers par les  [+]

Image de 2017
Image de Très très court
L’impact des gouttes sur le métal, lourd, grave, un son rouge, le son du sang, celui qui s’échappe sans réaction du corps, mort sous le choc de cet accident de voiture. La mission est remplie, un prix élevé, mais un résultat commandé et acquitté, le sérieux d’un service en ligne entre particuliers.

L’impact des gouttes sur le métal, fin, un son apaisant, le son de l’eau, celui des gouttes de pluie sur le métal des gouttières, un réveil en douceur, mais encore une journée à penser.

A stresser, à s’énerver, encore une journée de travail, un bon travail, mais c’est l’environnement qui pose problème, c’est même juste la hiérarchie. Putain de pervers narcissique, une chance sur mille de subir ce genre de comportement. J’aurai préféré gagner la tombola des conscrits de mon village, pourquoi ne peut-on pas choisir nos moments de chance...

Quel est le cursus pour devenir ce genre d’imbécile ? Il existe un classement, des écoles, des cours particuliers, des vidéos en ligne, des entraîneurs personnels, des réseaux d’abrutis qui s’échangent leur pratiques, leurs bons conseils, leurs expériences d’emmerdeurs ?

Comme tous mes contemporains, je confie mes problèmes à mon moteur de recherche préféré et je lis religieusement ses solutions. Là le gourou du web est sec, mono action, mono principe : barres-toi. La seule solution consisterait à partir, s’éloigner ?
Non je ne laisserai pas une définition comportementale, psychologique, pathologique, me gâcher encore des minutes, des heures, des jours, des semaines de vie.

Alors je quitte le tout-venant pour aller vers le brutal, l’illégal, la toile sombre, la face cachée, accessible de tous avec les bons outils. C’est d’autant plus facile si tu fais partie du milieu, non pas les gangs, les mafieux de la vielle école, non juste le milieu des geeks, des informaticiens, le bon cliché traditionnel des curieux du numérique, toujours prêt à apprendre, à changer, à s’adapter, à trouver à tout prix une solution. Tout un monde qui effraie les paresseux de la réflexion.

Il existe un réseau pour tout, toutes les perversions, toutes les drogues, médicaments, connaissances, savoirs, chatons à rire, chatons à pleurer, chatons à rien.
Et je suis tombé sur ce réseau, « le crime presque parfait », la version numérique du petit service entre mécréants.

Je te rends service, tu me rends le même niveau de services. Plusieurs catégories, du simple vol au harcèlement, en passant par l'incendie et même, l’accident bête qui entraîne le gain de la mort. C’est vrai c’est idiot de dire « perdre la vie » pourquoi ne pas dire « gagner la mort », il faut chercher à positiver en toute circonstance...

La méthode est simple, deux individus qui ne se connaissent pas s’engagent à se rendre le même service, en suivant des protocoles bien définies, intraçables, bien loin du lieu de domicile, afin de commettre l’acte non lié à la victime, donc difficile à suspecter, donc « presque parfait ».

Que me demande le formulaire ? Un numéro de sécurité sociale, rien de plus simple à trouver, à partir de là le site valide l’adresse par un courrier en recommandé, avec retour d’information, un concours, une facture piratée... J’ai juste à fournir quelques informations sur les habitudes de l’individu à éliminer ou blesser. Il suffit de monter le nombre d’étoiles pour choisir la qualité de l’intervention. Il faut juste assumer ses choix, car il faudra reproduire les mêmes, ma propre intervention sera programmée suivant mes mouvements et pourra être activée à tout moment.

L’accroche du site me parle : nous ne disons pas que c’est juste mais ça soulage. J’ai besoin d’être extrêmement soulagé.

J’entends déjà les pleureuses, hommes et femmes confondues, c’est inadmissible et la famille et les amis et les restants. Et moi, il a pensé à moi avant de me nuire à ce point ? Et bien là aussi il faut assumer ses actes et certains demandent réparation, voire réclament réparation.

Je me lance dans une recherche internet pour obtenir le numéro de sécurité sociale du dit ne fallait pas m’empapaouter trop fort. Là encore merci internet et ses sites de données libres d’accès plus connus dans le milieu comme « Open Data », je vous « like ». Cela dit, quel monde d’imbéciles, des avis pour tout, sur tout, au final rien que des avis et plus personne ne bouge, ne réfléchit, ils feraient tellement mieux de juger si leur contribution vaut le vide qu’elle aurait laissée. Ça supprimerait bien quatre-vingts quinze pour cent des avis. Je note les habitudes que je connais, les trajets, les passions, les horaires de travail, enfin de présence. Nous n’avons toujours pas inventé de distributeurs de billets au travail réellement fait, on serait tous moins payé mais les professionnels du rien de rien toucherait moins que le salaire minimum... Voilà une idée et non un avis. Ce site est bien foutu, il me propose déjà d’autres informations laissées par d'autres mais qui ont émis un niveau d’action plus faible, pour certaines déjà réalisées et je comprends mieux désormais ses dernières mésaventures. Une telle base de données sur la vie du merdeux, c’est déjà trop de considération.

Bon il ne me reste plus qu’à finaliser mon propre compte, mon numéro de sécurité sociale, mes futurs déplacements, tiens je remplis ma propre base pour celui qui voudrait m’amocher. C’est le jeu, bourreaux victimes, victimes bourreaux, nous sommes toujours le con de quelqu’un et aussi l’ami, le pire ennemi... la nature humaine à son plus beau stade, celui de son extinction, un beau service à rendre à la planète. Gaïa n’a pas besoin d’écologiste, elle a besoin d’exécuteur. Bon je l’accorde c’est une idée mi- avis, elle ne compte pas.

Voilà ça fait deux semaines, j’ai refait un travail sur moi, seul, auto motivation, auto méditation, auto consommation liquide, auto fermeture, auto centrage, ça ne va pas mieux, mais pas pire. Un bon début pour le déclenchement de la guérison.

Mes collègues ne sont pas plus agités que d’habitude, pourtant l'un des leurs est manquant ! Ai-je rendu un service à la communauté... Oui ça fait deux jours que ledit humain est absent, mais finalement fausse alerte, une simple maladie des boyaux, comme quoi il existe une justice organique, ce que tu fais aux autres ton corps te fera subir...

Encore trois semaines et au moment où j’avais presque oublié, voir conclut à une énième arnaque, l’action a eu lieu.

Un simple trajet, une histoire de masse fonçant sur une autre masse mais de forces inégales, un camion, une voiture, une rencontre, un défaut de frein d’après la police, les pompiers, la presse, l’ensemble valide la thèse de l’accident. Tout ce monde valide « ce crime presque parfait ». Merci à toi l’inconnu, je n’aurai jamais l’occasion de te remercier, aucune liaison possible entre membres du réseau, c’est juste un algorithme qui décide suivant notre géolocalisation et nos renseignements, la forme la plus favorable du méfait.

L’impact des gouttes sur le métal, lourd, grave, un son rouge, le son du sang, celui qui s’échappe sans réaction du corps, mort sous le choc de cet accident de voiture.
Ma voiture, mon sang, mon corps, sur le métal chaud du capot avant. Et non loin, le camion, une histoire de frein, le conducteur est juste blessé.

Je n’ai pas eu le courage de commanditer son meurtre, j’ai mis mon propre numéro de sécurité sociale en cible et le sien en commanditaire. J’aurai tant aimé voir sa tête lors de sa propre commande de meurtre, son innocence, son insouciance, sa peur, son retour au petit garçon qui a fait une bêtise. J’ai omis une petite précision, dès la réception de l’acte à réaliser un autre membre est chargé de nous surveiller et d’intervenir si le site est compromis, ainsi je lui laisse le choix, prouver qu’il est un vrai tordu ou une apparence qui doit disparaître. Gaïa je te débarrasse d’un imbécile, c’est déjà un début.
49

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,