3
min
Image de Hhl

Hhl

904 lectures

64

Qualifié

Je suis pas trop du genre à m’inquiéter pour rien mais là, franchement, ma situation actuelle est pour le moins, comment dire, assez mal engagée. Résumons : douze heures que je me terre dans ce caniveau avec une balle dans la jambe. J’ai perdu pas mal de sang. Et surtout, j’ai froid. Mais qu’est-ce que j’ai été foutre là-dedans, moi ? J’étais bien, dans mon ancienne vie. Pauvre, mais bien. C’est juste qu’on se dézingue joyeusement depuis une semaine, à coup de pistolet, mitraillette, couteau à boucher, lime, enfin, tout ce qui nous tombe sous la main. Vous comprenez que, même si personne m'a forcé, sept jours de tuerie non-stop, c’est un peu long, même pour un amateur de sensations fortes comme moi.
Que je vous explique. Nous étions vingt au départ. Oui, c’est ça, comme dans Koh Lanta. À part que l’élimination, ici, est définitive. Et qu’il n’y a que du rouge. Je ne sais pas ce qui a motivé les autres. Après tout, je m’en fiche. D’après ce que j’ai compris, il n’y avait pas que des crève-la-dalle, comme moi. Je le sais, j’ai buté un odieux fils à papa, pas plus tard qu’hier. Enfin, je dis fils à papa, parce qu’au moment de passer l’arme à gauche, juste après m’avoir assaisonné la jambe, il m’a sorti un truc du style « mon père vous donnera ce que vous voulez, ne me tuez pas ». Mais je m’en cogne, de son pognon. Et puis quoi, quand on s’engage là-dedans, c’est qu’on sait où l’on met les pieds, non ? Mon Uzi a parlé. Bang. Je commence à l’aimer de plus en plus, cette arme. D’ailleurs, je n’utilise que celle-ci depuis le début. On s’attache à des détails, parfois. Bon, de toute façon, Uzi ou pas, il ne peut en rester qu’un. C’est ce qu’ils ont précisé pendant l’entretien préliminaire. Oui, je sais, comme dans Highlander, sauf que là, on découpe pas que des têtes. Merde, ça fait mal, quand même, une balle dans la jambe. Heureusement pour moi que c’était pas dans le buffet, comme cette charmante blonde, qui s’est vidée de mon sang sous mes yeux. Elle a hurlé pendant une heure. C’est un gars de la sécurité qui a mis fin à ses souffrances. Pauvre fille. Moi, j’étais déjà dans mon caniveau, j’ai eu de la chance que personne ne me voit.
Si j’ai bien compté, nous sommes encore deux en lice. Tous les autres sont morts. C’est la règle, après tout. Ce qui me chagrine, dans cette histoire, c’est si je gagne et que je finis boiteux. Vous imaginez, la loose ? Surtout qu’il faut une condition physique au top, pour faire ce que j’aurai à faire.
C’est clair, l’idée me plait pas plus que ça, mais je vais devoir sortir de mon trou, si je veux avoir une chance de gagner. À moins que l’autre soit bouffé par des rats dans les minutes qui suivent, je vais finir par faire une septicémie et je vais caner comme une merde. Allez, un peu de courage. Je m’extraie comme je peux en poussant sur ma jambe valide, j’arrive à me mettre à genoux, péniblement, et quand je me lève enfin, j’entends une voix ricaner : « T’es fait comme un rat, connard ».
Génial ! on m’attendait. Je crois reconnaître la jolie brune qui m’avait tapé dans l’œil pendant l’entretien collectif. C’est con. Je vais mourir, tué par un canon. C’est qu’elle est belle, dans sa tenue moulante. Je lui glisserai bien un petit « c’est trop bête, on aurait pu tomber amoureux, faire des folies de nos corps, fonder une famille, en plus t’es complètement mon genre de meuf. Qui sait, en d’autre circonstances ». Que dalle. Elle pointe son arme sur moi. Un neuf millimètres. Une bien belle arme, faut avouer. Du solide, sans fioritures. Je décide de la regarder droit dans les yeux. Même pas peur. Enfin, de toute façon, ça n’a pas grande importance. Et... Clic. Plus de balle. Je vois la stupeur dans ses yeux. Après un court instant d’hésitation, elle prend un couteau de lancer logé dans sa cuissarde. Trop tard. Mon Uzi a été plus rapide. Si j’ai un fils, un jour, je l’appellerai comme ça, Uzi. En souvenir. Rien à foutre qu’il passe pour un con pendant tout son primaire. Le bonheur est dans la différence, de toute façon, non ? Un gong retentit. Oui, comme dans Hunger Games. Sauf que là, bon, faut avouer, c’est limite du plagiat, je trouve. C’est fait, je suis le dernier. J’ai gagné.
Je savoure un instant le silence qui m’entoure. Putain, j’y suis. Amoché, la guibole en charpie, mais j'ai réussi. C'est con, quand même, que je puisse pas en parler à mes parents. D’un, je crois que c'est interdit par le règlement, et puis ils comprendraient pas, de toute façon. Que voulez-vous, une vocation, ça s’explique pas. C’est comme ça.
Un homme en costard s’avance vers moi, l’air chaleureux, entouré de trois malabars cagoulés et armés jusqu’aux dents. Il me tend la main, presse la mienne vigoureusement, et prononce enfin les mots que j’attendais tant.

— Jeune homme, j’ai le plaisir de vous annoncer que vous avez passé avec succès la dernière épreuve de notre sélection. Félicitations, vous êtes engagé. Bienvenue chez Assassins et associés.

PRIX

Image de Eté 2016
64

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de IBEX
IBEX · il y a
Oui, une belle chute...de reins, qui n'entrave en rien une remontée de caniveau !
·
Image de Louise Suszek
Louise Suszek · il y a
j'aime beaucoup votre personnage, et la chute m'as surprise :) ayant lu les Hunger Games j'étais à fond dans votre histoire ( j'avais un peu l'impression de retrouver Katniss ) mais justement vous arrivez quand même à nous surprendre, j'aime !!
·
Image de Hhl
Hhl · il y a
Merci de venir lire même ce qui n'est pas en compétition. J'apprécie :-). Je t'invite à passer lire une de mes nouvelles, dont la chute est, je pense, parmi celles que j'ai le plus travaillées : "serial lover". Bonne soirée

PS : ça n'est plus en compétition non plus, ce n'est pas pour grappiller un quelconque vote :-)

·
Image de Patrick Barbier
Patrick Barbier · il y a
J'ai préféré rentrer chez Mercenaires and Co. La sélection y est moins... définitive.
Mais j'aime bien l'Uzi. Un outil performant (j'ai failli écrire "perforant")
Et j'aime toujours autant tes histoires, Bruno...

·
Image de Sourisha Nô
Sourisha Nô · il y a
cong....j'ai cru un instant que c'était l'examen d'entrée à son école....!
toi aussi t'aimes bien l'Uzi..?...légère, maniable, israélienne....;-)
t'es trop doué, chuis dégoûtée......

·
Image de Hhl
Hhl · il y a
Oh, oh, tu es venue là aussi ;-) ?

Si tu aimes le style, je t'invite à aller lire mon "Serial lover". Je pense que tu vas bien aimer.

Bonne journée.

·
Image de Sourisha Nô
Sourisha Nô · il y a
tu sais ce qu'on dit, hein..une addiction,ça se contrôle mal.et c'est une spécialiste qui t'en parle...;-)
j'y go...!
( d'agneau )

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Un cynisme en dent de scie, mais un engagement qui n'engage que le recruteur.
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Ce soir, je m'offre le plaisir de relire les textes que j'avais soutenus.
"le coq et l'oie"est toujours en lice : viendrez-vous soutenir mon texte ? Merci !

·
Image de Leina Cooning
Leina Cooning · il y a
alô Ash, tu te souviens peut-être de moi, la pythie de Sophie :-))) Te loger une balle dans la tête, oui je défendrais ma pauvre carcasse. Ô coquin de sort, la jolie brune dans ton sillon. Elle fait le poids, mais t'es solidement amoché. «Clic», la russe se détend.

un texte à ta mesure, mesuré au quart de poil et surtout bien documenté, afin d'éviter l'inévitable comparaison aux Highlanders et ces Hunger games, plutôt malmenés par des scénaris pourris. Tu t'en tires à bon compte. Tueur à gages, tout de même lucratif, à te sortir les pieds du caniveau.

toujours ce style en retrait, une discrète narration, un peu Kafkaïenne-limite. Nos écritures ont quelque chose de commun, l'intervention narrative, qui ramène le lecteur au niveau du crucial événement. On a beau dire, tu manipules bien ton bic. Tu te dilues, ais-je lu. Donc, j'exige une réponse à tout ceci, sinon je le verrai comme un grave affront, étant une de tes fans. Alors tu fais comme à Troie; un,deux et trois^^. Tu l'auras le badge. Alors une bise envers et contre tous. J'attends de te lire. Purée de jolis bécots, Sophie la mitraille^^^^ +++

·
Image de Miraje
Miraje · il y a
Quand l'épreuve pratique est aussi réussie que l'épreuve écrite, le résultat n'a rien "détonant" ☺☺☺
( De mon côté, je me cache à l'ombre ... http://short-edition.com/oeuvre/poetik/dans-l-ombre-de-ma-main )

·
Image de Gam
Gam · il y a
Surprenant et complètement déjanté sont les deux qualificatifs qui me viennent à l'esprit !
+1

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Lecture tardive mais agréable : la chute a été une surprise... J'ai aimé.
Sur ma page, en catégorie poésie/fable, je propose "le coq et l'oie". Si vous n'aimez pas la pub : oubliez...

·