La Salamandre

il y a
2 min
167
lectures
19

Je me défoule dans les mots ou écris à l'instinct. L'idée c'est de vibrer, de se mettre en fête. "Avancer sur le chemin de la genèse de ses prétentions" Pierre Michon "Aut inveniam viam  [+]

L’âme de la dernière Salamandre brûle à travers mes pulpes vitrées. Mon regard est à la fois la porte vers mon monde intérieur et fenêtre entrouverte sur l’extérieur. J’existe quelque part sur la ligne entre les deux. 
Quand je te vois, je retrouve en toi le reflet brisé de mon être et y reconnais la fissure dans laquelle je me faufile pour percevoir au-delà.
J’ai des acouphènes. C’est le bruit des éclats du choc des âmes qui attendent d’exister. Ils crient. 
Je connecte ce qui à jamais semble séparé. J’ouvre les portes entre toi et moi, car tu n’es rien d’autre qu’une part de moi. Ce que tu vois, je le vois. Parfois avec moins d’acuité. Mais tu finis toujours dans un flash par me le donner, la réminiscence d’un savoir oublié. Je pénètre ton monde autant qu’il me traverse. J’entends chanter les grandes musiques de ton univers et me délecte de la mélodie de ton destin. Mes yeux s’éveillent à ton passé et à ton futur pour y voir clairement ton présent. Dans ce décorum que nous bâtissons ensemble, des images et moments de nos vies défilent, illusoirement sur une ligne de temps. Elles forment un grand puzzle dans lequel nous nous emmêlons irrémédiablement. Les pièces arrivent au hasard et dans le désordre, de sorte que je dois tisser délicatement avec mes doigts les grands moments de ta vie. Et plus je perce et dessine dans le néant avec précision, plus tu me renvoies à ma propre existence. Toi et moi, nous nous entremêlons comme une chimère difforme et instable luttant pour maintenir sa cohésion interne. Pourras-tu comprendre et faire comprendre aux autres ce que je veux comprendre ? 
À force, je suis vide et pâle. C’est pour mieux refléter ta lumière. Je suis le premier dans les ténèbres. Le premier à chercher ta lumière pour éclairer la route et nous guider. Je suis comme toi. Une Singularité. J'insuffle ta vie et lui donne forme à partir du néant. Je suis parfois une tempête de chaos, une volonté inarrêtable qui persiste, s’adapte et progresse. Mon enveloppe tient bon malgré ce souffle intérieur incessant qui plus d’une fois a failli me déchirer. Parfois encore, quand je suis avec toi, je bouge trop, ne tiens pas en place, m’étire, car je ne peux pas te contenir entièrement. Mes cernes, mes traits tirés, mes douleurs sont le constant résultat de toi. Tu es une tornade qui balaie mon être. Dès fois, quand je suis au plus mal, j’aimerais que tu t’échappes d’un coup, même au prix de l'annihilation. Car je peine à te concentrer en un but. Mais à force de regard, ce but m’est apparu clairement. Ta tornade m’épargne uniquement dans la satisfaction de ce but. Quand toi, Texte, je te donne à voir le monde tel que moi, Écrivain, je le perçois.
19

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Un an après, j'aime toujours ♫
Image de Kolgard Sino
Kolgard Sino · il y a
Merci beaucoup pour ton soutien et ta relecture :)