2
min

La révolte des petits

Image de Billy Buffalo

Billy Buffalo

9 lectures

1

Il était une fois un pays qui en 2118 avait élu un président qui détestait les enfants. 

Un triste retour à un lointain passé qui les considérait plus comme des êtres certes en devenir, mais imparfaits, juste bons à éduquer sans leur accorder la moindre écoute jusqu'à ce qu'ils deviennent des adultes forcément parfaits... Incroyable de penser que des adultes, ces anciens enfants, ces parents et possibles futurs parents se soient laissé convaincre de voter contre leurs brillantes progénitures. Quoiqu'il en soit, nous en étions bien arrivés là, non par la dictature ni l'opération du Saint-Esprit, mais par les urnes, dûment remplies par les "grands" électeurs!

Mais en ce mois de décembre, l'heure était grave pour les enfants: selon l'entourage du président, ce dernier allait annoncer le 20 de ce mois, soit 5 jours avant Noël, des révélations importantes concernant "l'existence du Père Noël", selon le texte du communiqué officiel... Alors voilà, non content de mépriser et négliger les plus jeunes de nos concitoyens, on allait pour la énième fois nous ressortir cette veille légende urbaine selon laquelle le Père Noël n'existait pas en vrai et n'aurait même jamais existé ! Une aberration quand on pense que depuis des siècles les enfants, même les moins sages, recevaient chaque matin de Noël leurs cadeaux. Autre preuve irrécusable de son existence, les réponses du Papa Noël en personne aux lettres que les plus petits postaient en fin de chaque année avec leurs vœux, alors même qu'aucun timbre-poste ne venait affranchir les enveloppes sur lesquelles ne figurait même pas l'adresse exacte de l’illustre destinataire... Si cela ne constituait pas une preuve irréfutable! 

Mais voilà, on n'était plus qu’à quelques jours de l'annonce fracassante que déjà la polémique enflait de manière exponentielle, comme une rivière rugissante en crue : parents comme enfants ne cessaient de protester chaque jour, paralysant un peu plus le pays, à tel point que le chef d'état finit par mettre au défi le Père Noël en lui fixant officiellement un ultimatum : "Qu'il se manifeste par un signe pour prouver son existence avant le 20 décembre, 20h00 tapantes _ heure de sa prise de parole en direct à la télévision sur toutes les chaînes du pays _ ou bien qu'il se taise à jamais... ». Tout le monde avait beau expliquer au président que le Père Noël avait peut-être d'autres choses à faire à quelques jours de distribuer des millions de cadeaux en quelques heures, rien n'y fit, l'ultimatum fut maintenu. 

Alors que les adultes paniquaient en masse, les enfants eurent alors une idée géniale, qu'ils se communiquèrent rapidement et efficacement par les réseaux sociaux...

20 décembre, 19h55, le président fut à l'antenne avec son air malicieux et la tête des mauvais jours, de celui qui s’apprêtait à commettre un mauvais tour... « Et si votre soi-disant Papa Noël existe bel et bien, qu’il se manifeste maintenant par un signe... ». 
Soudain à 19h59, on entendit de toutes parts du pays un grondement intense et terrifiant suivi d’un tremblement de terre faisant vriller toutes les images télé et provoquant la fuite du président, terrifié, les jambes à son cou... 

Tous les enfants par millions, à l'unisson, avaient sauté sur place à pieds joints et crié à gorge déployée exactement au même moment, ce qui eut pour effet de provoquer une secousse sismique créant ainsi un signal que le président prit sans hésitations pour une manifestation du Père Noël sous forme d’avertissement et par la même, la preuve irréfragable de son existence. 

A la suite du séisme de Noël, sans gravité pour la population, les cadeaux furent bien distribués dans la nuit de Noël et chaque nuit des 25 décembre qui suivirent et l’on n’entendit plus jamais parler de cette histoire, ni du chef d’état en question contraint de démissionner par les grands, comme par les petits qui sortirent grandis de cet épisode glorieux, des citoyens à part entière.
1

Vous aimerez aussi !

Du même auteur