4
min

La revanche

Image de Zena

Zena

102 lectures

66

Je suis à plat ventre dans les herbes hautes, les yeux fixés sur la montagne qui apparaît d'entre les chapes de brume matinale. L'écharpe violine ondule sous mes yeux, obéissant à chaque mouvement de mes doigts. Elle s'approche de moi quand je ramène mes doigts vers la paume de la main, me dissimulant aux éventuels regards curieux.
Ma mère avait l'habitude de dire qu'il y avait toujours quelqu'un pour nous observer. Quelqu'un ou quelque chose. Mon père s'empressait d'ajouter qu'aucun de ces regards inquisiteurs ne traversait la pierre, et que c'était la raison pour laquelle sa famille avait toujours construit ses maisons dans cette matière et le ferait toujours. Il posait ensuite sa main contre le mur de notre maison, et le caressait tendrement du regard. Ça faisait toujours beaucoup rire maman. Et quel rire... J'adorais l'entendre rire. C'est comme une rivière cristalline, un tintement de clochette, une brise d'été, le vent chaud automnal ou l'air froid et vivifiant de l'hiver. C'est un son qui réchauffe le cœur et met le sourire aux lèvres.
On dit que le rire d'une fée guérit tous les maux de l'âme. Maman avait beau ne pas être une fée pure souche, c'est elle ou plutôt son rire qui m'a permis de réaliser que pour une fois, on disait vrai.

Ma vue se brouille soudain. C'est en essuyant mes joues que je me rends compte que la brume est immobile. Je me force à bouger mes mains à nouveau, et la danse des gouttelettes douées de vie reprend. Je respire profondément. Je dois prendre le temps, et ne surtout pas précipiter les choses.
Tout va bien se passer.
Tout doit bien se passer.
Je leur dois au moins ça.

La brume s'épaissit devant moi alors que mes mains s'approchent l'une de l'autre à une vitesse particulièrement lente. Ainsi, je ne parviens pas à distinguer correctement ce qui correspond à la base de l'immense masse à quelques pas de moi. Parfait. Je ne crois pas parvenir à garder mon calme si je vois ce que dissimule mon simple mur de brume.
Et tout mon calme me sera nécessaire. Mais pour l'instant, j'ai juste besoin d'un peu plus de temps. J’ai juste besoin d’un peu de courage.
J'effectue un léger mouvement du pouce dans ma direction, et des particules d'eau viennent rafraîchir mon visage brûlant, restaurant ainsi ma concentration.

Maman serait tellement fière de moi. À me voir manipuler mon élément ainsi, alors que j'ai eu tant de difficultés à me l'approprier. L'eau, bien entendu, étant l'élément de la famille de par notre héritage féerique, était forcément mon élément. C’est parfaitement logique.
Ce qui m'étais incompréhensible, c'était la raison pour laquelle elle refusait de m'obéir. Les nombreuses heures que je passais à fixer le contenu d'un bol dans l'espoir de réussir à former une sphère liquide flottante me reviennent soudain en mémoire. Un sourire flotte sur mes lèvres.
Je n'y suis jamais parvenue.
Par contre, j'ai réussi sans difficulté à écarter le brouillard des outils que mon père cherchait un matin. De même, je passais des heures à animer des personnages de brume dansant au-dessus du sol jusqu'à ce que le soleil ne les fasse disparaître. Après quelques temps, je suis parvenue à produire le déplacement d'une écharpe de brume de plus en plus longue, et avec beaucoup d'entraînement et une source d'eau proche, je suis arrivée à créer des nuages de brume ou de brouillard, à l'opacité variable.
Mais mes parents n'ont pas pu assister à mes progrès les plus récents. Après tout, c'est pour cette mission que je me suis tant entraînée à développer mon seul don. Parce que non, mon rire, bien que semblable à celui de ma mère, ne me servira pas à grand-chose dans ma quête. Après tout, je doute fortement que la colline endormie soit charmée par un tintement de clochette.

Mais comme je n'ai aucun besoin de la charmer, ça n’a pas grande importance. C'est vrai, après tout, j'ai simplement besoin d'être discrète, et rapide. Et encore une fois, je peux y parvenir grâce à l'héritage de maman, et la légèreté légendaire des fées. Non pas que mon père ne m'ait rien transmis d'utile, bien au contraire. C'est grâce à son sang de centaure que j'ai pu élaborer ce plan, et c'est son obstination de nain qui m'a fait tenir jusqu'à présent. Sans les qualités essentielles qu'il m'a léguées, je n'aurais jamais pu atteindre cette phase d’observation de dernière minute. Mais c'est surtout ses enseignements qui ont permis la création de la pièce maîtresse de mon plan.

Je me force à respirer profondément et légèrement à la fois. Silence. Je ne peux pas réveiller la créature. Pas maintenant, pas si près du but.
Je n'ai encore rien mené à bien. C'est l'étape cruciale de mon plan. Si j'échoue maintenant, tout cela n'aura servi à rien. Je mourrais sans avoir pu venger mes parents. Je les rejoindrai les mains vides et la honte au cœur.
Et il en est absolument hors de question. Je me fiche des regards inquiets que j’ai pu croiser au village, le lendemain du drame, ou encore des histoires qu’on raconte autour du feu durant les nuits de fêtes, où les créatures mystérieuses et dangereuses dont regorgent notre monde nous semblent soudainement beaucoup plus proches. Même les avertissements que mes parents m’avaient donnés un million d’années plus tôt n’ont plus d’importance.
L’important, c’est que de tous les villages de la région, c'est le nôtre qui a été attaqué.
L’important, c’est que de toutes les familles du village, c'est la mienne qui a été décimée.
L’important c’est que de de tous les jours de mon existence, c'est celui-là que j'ai décidé de passer à la source de la rivière coulant près de notre maison de pierre, au lieu de rester auprès de mes parents.

L’important, c’est qu’elle a décidé de revenir. Et même si je ne sais pas pourquoi elle n'a pas profité du désespoir qu'elle a causé pour détruire d'autres terres et terrifier d'autres villages, je sais que je vais lui faire payer.
Elle m'a enlevé ma famille, je vais faire de même.

Un grondement retentit. La terre tremble.
Immobile, j'observe la tête immense se poser sur sa patte droite, laissant apparaître un éclat d'or, plus brillant que ses écailles pourtant étincelantes de la rosée matinale. De la fumée sort de ses naseaux, seul indice de la fournaise qui brûle à l'intérieur.
Je me lève le plus silencieusement possible. Comme une ombre, je me glisse sur son côté. La pierre que j'ai taillée m'alourdit considérablement, et me gêne. Elle est presque identique à l’œuf doré que j'ai admiré pendant toute ma phase d'observation. Même taille, même forme, même poids. Je suis même parvenue à lui donner la même couleur. La seule différence, c'est qu'elle est froide. Et c'est ce qui me trahira, au moment où sa mère se réveillera et tâtera la pierre du bout du museau.
Mais d'ici-là, je serais loin.

Je m'approche, et prend garde à ne pas trop épaissir la brume. Un changement brutal de température risquerait de la réveiller. M'agenouillant, je procède à l'échange rapidement, et sans effleurer ses écailles dont je sens pourtant la chaleur irradier. Elle n'a pas l'air de broncher.
Je recule prudemment, sans lui tourner le dos.
L’œuf me réchauffe les bras, glacés par la brume, l'eau et la pierre. Je traverse ainsi toute la clairière. À l'orée du bois, j'épaissis la brume d'un mouvement du poignet, et je disparais entre les arbres, aussi discrètement qu'une ombre.

Le soleil ne s'est même pas encore levé que l'eau et la pierre triomphent enfin du feu et du vent.
Un partout Dragonne.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
66

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Aurélien Azam
Aurélien Azam · il y a
Cool de la fantasy, ça a l'air bien ce prix Imaginarius :)
J'ai bien aimé ton texte pour sa joli esthétique et son ambiance onirique : manipuler la brume, voilà qui rendrait les matins de brouillards bien plus marrants. La construction de ton texte est également très agréable, avec ce dévoilement progressif de l'intrigue jusqu'à la découverte du dragon !
Merci et bravo pour ce texte, Zena :)
Également mon très très court "Gu'Air de Sang" est en finale du Prix Court et Noir !
Si tu le souhaites, n'hésite pas à renouveler ton soutien à mon texte : j'en serai ravi :)
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/gu-air-de-sang

·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un beau conte très agréable à lire.
Je vous invite "A l'horizon rouge" en finale du Prix lunaire.

·
Image de Jenny Guillaume
Jenny Guillaume · il y a
Moi j'ai beaucoup aimé la fin et ça ne m'a pas dérangé qu'elle prenne l'oeuf, pourtant j'ai des enfants :) Après tout, elle ne va peut-être pas s'en faire une omelette ! La dernière phrase est chouette. J'ai juste relevé quelques maladresses dans la construction des phrases comme par exemple celle où il est question de l'élément de la famille :)
·
Image de Zena
Zena · il y a
Je ne sais pas si c'est très rassurant... ;) C'est vrai que même si je ne l'ai pas précisé dans le texte, elle veut torturer la dragonne, pas forcément sa progéniture... ^^ J'ai eu énormément de mal à écrire ce paragraphe, et j'ai dû revenir une demi-douzaine de fois sur cette phrase en particulier, alors au bout d'un moment j'ai abandonné ! J'ai encore beaucoup de choses à améliorer dans mon style d'écriture :)
·
Image de Jenny Guillaume
Jenny Guillaume · il y a
Comme moi :) on va s'entraider !!! À bientôt
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Tina
Tina · il y a
Très beau texte!
·
Image de Zena
Zena · il y a
Eskerrik hanitx ^^
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Un très beau texte !
Si vous souhaitez un commentaire précis et argumenté, n'hésitez pas à demander et, de même, ne vous gênez pas pour venir commenter, critiquer ou même détester ma "Frontière de brumes"...

·
Image de Zena
Zena · il y a
Je vous remercie ! Si vous en avez le temps et l'envie, un commentaire détaillé m'aiderait beaucoup à déterminer mes erreurs, c'est certain! De mon côté, je vais aller découvrir votre nouvelle avec plaisir ! :)
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
C'est un très bon texte de fantasy et ils sont assez rares dans ce concours ! L'idée de ce personnage qui contrôle la brume est très originale également : vous êtes peu nombreux à avoir utilisé la brume comme un pouvoir du héros (on la retrouve, par exemple, dans "Ses pieds sont si légers" de Ludo Laplume, qui joue davantage sur le registre fantastique horrifique à la Stephen King et que je vous invite à lire car c'est également un très bon texte). Votre personnage est très bien construit et l'univers que vous décrivez convaincant : on y découvre comment votre héroïne a acquis son pouvoir et c'est vraiment passionnant. Ce que j'ai moins aimé dans ce texte, c'est l'histoire en elle-même. Avec cet univers et ce personnage très réussis, vous auriez pu nous raconter bien des histoires. Vous avez choisi une histoire de vengeance. Pourquoi pas ? C'était une bonne idée et de plus vous abordez ce thème d'une façon très originale. Le seul problème, à mon avis, c'est que votre héroïne s'en prend à un bébé ! Un bébé dragon, certes, mais un bébé quand même. Bien sûr, on comprend que face à un dragon, elle n'avait pas tellement d'autres options pour se venger. Mais du coup, l'histoire que nous vous racontez n'est pas très morale et, si on est à fond avec votre héroïne dès le début, on cesse (en tout cas pour ma part) de s'identifier à elle dès qu'on comprend qu'elle a l'intention de tuer le bébé dragon... Ceci étant dit, vous avez vraiment une belle écriture et une approche de la fantasy extrêmement élégante : avec vous on entre tout naturellement dans cet univers et c'est vraiment quelque chose de difficile à réaliser donc bravo !
·
Image de Zena
Zena · il y a
Bonjour, tout d'abord je suis vraiment désolée du retard avec lequel je vous réponds, et je vous remercie sincèrement d'avoir pris le temps de m'offrir une critique aussi constructive ! L'aspect moral de l'histoire est effectivement une chose que j'aurais dû plus travailler, pour expliquer son geste.
En tous les cas, vos compliments me font très plaisir, et votre critique si détaillée va vraiment m'aider à progresser.
Merci encore pour ce commentaire, et bonne continuation !

·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Un texte très agréable à lire, plein de trouvailles et de tiroirs. Mes voix. Peut-être aimerez vous "L'héroïne" "Tata Marcelle" ou "Le Grandpé".
·
Image de Zena
Zena · il y a
Merci ! J'irai découvrir vos nouvelles avec plaisir !
·
Image de Leméditant
Leméditant · il y a
Un conte merveilleux qui se lit avec plaisir. Un très agréable moment de "fantasy".
·
Image de Zena
Zena · il y a
Merci beaucoup !
·
Image de PommeGaunt
PommeGaunt · il y a
Bravo pour ce texte ! Pour une fois, une œuvre qui ne nous balance pas quinze mille noms à la figure, qui présente des personnages et un univers intéressants, tout en respectant le format de la nouvelle. Vraiment bravo, bon courage pour la suite !
·
Image de Zena
Zena · il y a
Merci beaucoup ! Pour les noms, entre nous, c'est un peu parce que j'ai beaucoup de mal à en choisir... ^^ Encore merci !
·
Image de PommeGaunt
PommeGaunt · il y a
Mais c'est très bien comme ça, justement :) De rien, au plaisir :)
·
Image de Coraline Parmentier
Coraline Parmentier · il y a
Joli écrit , vous avez mes voix et mes sincères encouragements !
Si mon royaume embrumé vous intéresse pour continuer votre voyage, c'est par ici... (au cas où vous ne l'auriez pas lu)
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-royaume-dans-la-brume

·
Image de Zena
Zena · il y a
Merci beaucoup ! Je n'ai pas encore découvert votre texte, mais je vais y remédier tout de suite !
·