La randonnée

il y a
1 min
0
lecture
0
Après trois longues heures de marche, Sam arriva enfin au sommet. De là, on pouvait voir la vallée en contrebas et en face, le col qui permettait de passer de l’autre côté de la frontière. Sur sa droite, il vit une trace de pas. Il s’approcha et en vit une deuxième, à quelques centimètres du précipice.
Un frisson le traversa et il recula de quelques pas. Il cherchait du regard une empreinte dans l’autre sens, prouvant que le propriétaire des pas avait fait demi-tour, mais à la place, il vit une tout autre empreinte dans la terre séchée : beaucoup plus large et plus courte qu’un pied, terminée à l’avant par des trous dans le sol, tels que seules de longues griffes avaient pu faire. Il regarda rapidement à droite, à gauche et derrière lui, sentant des gouttes de sueur couler le long de sa colonne vertébrale, quand une branche se cassa sur le côté. Il sursauta, ne put retenir un cri aigu et vit apparaître un homme entre les arbres. Sam expira profondément, soulagé. Il se rendit compte que son rythme cardiaque s’était dangereusement emballé. Il avait eu une sacrée frousse.
L’homme avait les cheveux blancs, longs, une veste et un pantalon bruns. Sam leva la main pour le saluer et l’homme leva les bras dans sa direction : il tenait un fusil pointé sur Sam.
— Tout va bien, je ne suis qu’un randonneur, dit Sam, souriant.
— Vous tombez bien, lui répondit le vieil homme. Deux dans la même journée, ça va attirer la presse, dit-il.
— Deux quoi ? Demanda Sam, étonné mais toujours souriant.
— Deux victimes de l’ours, répondit l’autre. Après ça, plus personne ne trouvera à redire quand je le descendrai, ce fauve.
Il rigolait et s’approcha de Sam, qui n’eut pas le temps de réagir. Son nez explosa sous le coup de crosse et il tomba à la renverse. Ses pieds glissèrent sur les cailloux et il se sentit tomber dans la pente. Son cri fût arrêté net par un «poc» sec. Sa tête heurta un rocher et son corps sans vie roula encore quelques mètres avant d’être arrêté par un tronc d’arbre.
— France 3 Hautes-Pyrénées : aujourd’hui, de nouvelles manifestations pour l’éradication de l’ours dans notre région. Ce matin, un cadavre de randonneur a été découvert par un berger. Il s’agit du second cette semaine. Cet événement va sans aucun doute être un argument de poids pour la cause des antis qui clâment depuis des mois les dangers que fait peser l’animal sur les troupeaux et maintenant sur les humains.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,