2
min
Image de Antoine Finck

Antoine Finck

806 lectures

217

Qualifié

Enregistrement de la caméra embarquée de l’agent Popov. Première mission. Jardin du Luxembourg, Paris, le 26 juin 2019.

Je suis assis sur une chaise du jardin du Luxembourg, à proximité du bassin. Peu de monde, c’est l’après-midi. Beau temps. J’ai ma cible en vue ; elle ne se doute de rien, le nez dans un livre. La seringue est prête à l’emploi ; j’attends le bon moment. Je me sens en pleine confiance. Infaillible.

Un canard vient vers moi en se dandinant, l’air curieux. Il s’arrête et me scrute, la tête penchée. C’est perturbant. Je lui demande :
— Tu veux ma photo ?
— Non ! Qu’est-ce que j’en ferais ? Tu parles le canard ?
— Oui tu vois.
— Depuis quand les humains parlent le canard ?
Je ne sais pas quoi répondre.
— Vous apprenez le canard à l’école maintenant ?
— L’école ? Je ne vois pas de quoi tu parles...
— Tu n’as jamais été à l’école ?
— Non.
— Même quand tu étais petit ?

Moi petit ? Pour lui clouer le bec je lui rétorque :
— Je n’ai jamais été petit.
Il secoue ses ailes, fait quelques pas comme s’il voulait partir, puis revient.
— Tu ne serais pas un peu...
Il pointe l’extrémité d’une aile sur sa tempe.
— Ferme-la palmipède !
— Oh ! Oh ! Du calme l’humain. Je disais ça comme ça. J’adore cancaner.
Ce canard est trop curieux. J’ai des problèmes de concentration. Ma cible de l’autre côté du bassin est toujours plongée dans sa lecture.
— Je suis en mission. Tu vas tout faire foirer. Dégage ou je te plume !
— En mission ! Ah ! Ah ! Ah ! Et il faudrait d’abord que tu m’attrapes l’agent secret !

Il se tape le bide avec ses ailes et part dans un fou rire incontrôlé. C’est de la provocation. Me faire humilier par un volatile ! Moi Popov ! Très gros problèmes de concentration. Stress intense.
Je me lève brusquement ; il déguerpit ventre à terre, je me lance à sa poursuite. Il prend de la vitesse et s’envole. Je fais un saut pour l’attraper, par bravade, touche les plumes de sa queue et finis dans le bassin.
Branle-bas de combat chez les gardiens qui rappliquent le sifflet en furie. Au contact de l’eau je me sens bizarre. Confusion. Deux gardiens entrent dans le bassin en maugréant, m’attrapent de force et me sortent de l’eau. Des décharges électriques traversent mon corps et je suis agité de spasmes violents. Ils m’allongent.

— J’appelle les pompiers, dit l’un des gardiens en reprenant son souffle, tandis que l’autre, inquiet, n’arrête pas de me demander si ça va.
Je me sens partir. Je vois un type à côté refermer un bouquin, se lever et disparaître. Sur ce Violette entre dans mon champ de vision. Elle brandit une carte aux gardiens et se penche vers moi. Un fourgon noir fait crisser ses pneus ; des hommes en combinaison blanche en sortent et écartent les curieux. Violette est une girafe maintenant, avec de très beaux cils. Je lui dis :
— T’as de beaux yeux tu sais.
Et puis plus rien. Trou noir.

* * *

 

Même jour, dans la soirée, au ministère de la Défense, réunion de crise. Violette, responsable du programme « robot humanoïde multilingue », reste un moment incrédule devant les images enregistrées.
— Ce n’est pas gagné, murmure-t-elle. On laisse tomber les langues animales pour Popov 2.
Murmures d’approbation dans la petite salle.
— Les canards vont s’en donner à cœur joie, émet une petite voix. Quelques sourires nerveux s’affichent parmi les collègues. Le portable de Violette sonne.
— C’est l’Élysée, dit-elle. Tenez, c’est pour vous le comique.

PRIX

Image de Été 2019
217

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Sylvie Franceus
Sylvie Franceus · il y a
Hé ben, tout ça en 2 minutes !
J'ai aimé le burlesque dans le jardin en pestant un peu parce que j'aurais aimé être là. Je me serais calée dans un coin et j'aurais tenté de décrypter le langage canard, c'est drôle ce truc ! Quant à la présidence… alors là… je ne dis rien… rien de rien.
Merci encore, Antoine
sylvie

·
Image de Raphaël Huet
Raphaël Huet · il y a
Une histoire bizarre , jadore
·
Image de Charieau
Charieau · il y a
pauvre Popov
·
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
J'adore le dialogue avec le canard, et imaginer l'ensemble de la scène. Bon moment de lecture !
Je me permets de vous inviter à passer sur ma page, si vous le voulez.

·
Image de Vrac
Vrac · il y a
Si les robots s'appelle Popov, ils vont tout de suite se faire repérer !
·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
On dirait un sketch à la Devos...:-)
·
Image de Antoine Finck
Antoine Finck · il y a
Je suis flatté ! Merci !
·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
C'est vraiment à cela que j'ai pensé en lisant.
·
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
J'ai souri aussi, dans mon coin-coin ... !
·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Je me suis régalée de l'humour qui plane sur votre histoire qui mérite bien mes 5 voix.
·
Image de Antoine Finck
Antoine Finck · il y a
Merci virgo!
·
Image de Donald Ghautier
Donald Ghautier · il y a
Une histoire originale, bien racontée, qui m'a changé de ce que j'ai l'habitude de lire en TTC. Mes voix.
·
Image de Antoine Finck
Antoine Finck · il y a
Merci Donald !
·
Image de Gérard Aubry
Gérard Aubry · il y a
Ah! L'humour! Ca manque tellement aujourd'hui! Bien! Très bien!G.A.
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

En 2050 fut créée une machine révolutionnaire. Elle permettait tout simplement à chacun de connaître le temps qui lui restait à vivre. Ce jour-là, Alfred Pinson, la quarantaine, avait ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

L'impact des gouttes sur le métal me ramène à la réalité. Il pleut. Je déteste en vrac la pluie, les gens, le tri sélectif, et diverses autres petites choses sans importance, mais ...