La poupée et le fauteuil (Extrait)

il y a
2 min
26
lectures
6

J'écris pour m'amuser, flâner, rêver, voyager. Merci à Toutes et à Tous de votre visite  [+]

« Alors c’est vous la nouvelle !» s’entend-elle dire. Elle se retourne et voit un homme aux tempes grisonnantes assis dans un fauteuil roulant. Malgré la pénombre dans laquelle il s’est laissé volontairement, elle devine qu’il s’agit d’un bel homme, grand et distingué.

« Trois jours, je vous donne trois jours pour me détester. » Lui annonce-t-il d’un ton sec et cassant.

Sans s’émouvoir, elle retire son manteau, le suspend à un cintre du placard, dépose son sac au pied d’un guéridon sans forme, sans grâce, puis sans prêter attention à l’homme, visite la maison. Il la suit, elle le sent à chaque pas derrière elle.
Après une inspection sommaire mais cependant nécessaire, elle se met au travail. Elle commence par ouvrir la fenêtre de la chambre à coucher. Une bouffée d’air frais la saisit et lui fait beaucoup de bien. D’un geste rapide et énergique, elle défait le lit, entasse couvertures et draps sur la fenêtre et tape fortement les coussins. Puis, toujours sans regarder l’homme qui est resté près de la porte, elle remet en ordre la table de chevet et les quelques livres qui jonchent le sol. Après quoi, elle va dans la salle de bains où règne un désordre égal à celui de la chambre. Lui la fixe durement, épie ses gestes mais ne dit toujours rien.
Tout en nettoyant la robinetterie du lavabo elle lui demande ce qu’il souhaite pour le déjeuner. Il la dévisage et, appuyant fortement sur ses roues, lui tourne le dos. Elle hausse les épaules, le regarde indifférente s’éloigner et reprend son ménage.
Les reins brûlants, les bras et la nuque raides, elle fait une pause, et part se préparer un thé.
Adossée à la fenêtre, ses écouteurs rivés aux oreilles, elle examine la cuisine. C’est un vaste carré blanc du sol au plafond. Aucune décoration, juste deux étagères pour les plats et les assiettes, une machine à café, et quelques ustensiles rangés froidement sur un plan de travail luisant et impeccable. La porte agrandie pour laisser passer le fauteuil roulant donne sur le séjour dans lequel une table pour six personnes en palissandre épais attend bordée de ses six chaises. De cette maison, de ces murs, aucune chaleur, aucun sentiment ne transpire.
Elle boit son thé à petites gorgées, comme pour tuer le temps.

« Ma femme est toujours pleine d’attention lorsqu’il s’agit de se débarrasser de moi ». De surprise, elle serre fortement sa tasse qui manque de lui échapper des mains. Jean-Yves Fabroux est là, ses longues mains blanches posées prétentieusement sur ses genoux. Elle le regarde avec étonnement, car un court instant, elle l’avait oublié.

« Bon, vous me répondez. Que voulez-vous pour midi ? » Lui demande-t-elle d’un ton sec. Et sans attendre la réponse, le frôle et s'en va aérer le séjour.
Du fond de son fauteuil, Fabroux lui crie « Partez, laissez-moi, allez vous-en ! ». Mais elle reste stoïque et sort dans le jardin, bien décidée à accomplir la tâche pour laquelle elle est payée
6

Un petit mot pour l'auteur ? 16 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Tous les ingrédients sont jetés pour entamer une intrigue originale.
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
Merci beaucoup Ginette
Image de Philippe Barbier
Philippe Barbier · il y a
Beau texte...
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
Merci beaucoup Philippe
Image de Elisabeth Deshayes
Elisabeth Deshayes · il y a
oh... j'attends la suite... y en a-t-il une ?
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
Bonjour Elisabeth, oui il y en a une, car c'est une petite nouvelle que j'ai écrite il y a environ 3 ans. merci pour votre lecture
Image de Flore Anna
Flore Anna · il y a
L'extrait d'une nouvelle ? d'un livre ? J'ai aimé le ton, l'observation des réactions des deux personnages...La personnalité de Jean-Yves Fabroux interroge.
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
Extrait d'une nouvelle. Merci pour votre passage.
Image de Flore Anna
Flore Anna · il y a
Une nouvelle sur votre page ?.Je vais aller voir.
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
Pas sur ma page, mais chez moi sur le bureau de mon ordinateur.
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Tu installes un grand mystère avant de nous laisser en plan : c'est pas sympa, ça, Albane ! :( ;)
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
qui a dit que j'étais sympa? Merci infiniment Joëlle pour tous vos message et vos soutiens.
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Ben... moi, déjà, jusqu'à maintenant ! ;)
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
alors ça c'est très gentil
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
😉😊😘
Image de SEKOUBA DOUKOURE
SEKOUBA DOUKOURE · il y a
Bravo pour ce beau texte ! Vous avez mes 3 voix. ET
Merci de passer faire un tour chez moi et soutenir mon texte si vous avez le temps. 🙏
Le lien du vote*
👇👇👇.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-village-doukourela

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Voilà, il est mouru

Robert Pastor

Voilà, il est mouru.
Écrasé par un camion, quel champion ! Un livreur trop pressé, le pied au plancher. L'autre traversait la rue, en courant, il poursuivait un ballon comme un couillon. Le... [+]

Très très courts

Le cycle de la vie

Cécilia Navarro

Comment te dire qu’à trente ans je ne t’envisage toujours pas, que j’hésite à te remplacer par un animal de compagnie, un husky, un chihuahua, je n’ai pas encore fait mon choix.
Comment... [+]