11 lectures

1

Cela s’est passé il y a longtemps. Je n’étais encore qu’un enfant quand il m’a été donné d’assister à un spectacle fabuleux. Nous vivions avec ma famille à coté d’une forêt assez ancienne réputée mystérieuse. Avide de balades solitaires, je décidais d’aller me plonger à la nuit tombée dans ce lieu étrange. Et voici ce que je vis...

Entre deux arbres gigantesques, je vis un Cerf. Son pelage était d'une teinte brun-roux. Ses bois était assez grands et pointaient vers les Cieux. Il était entouré de centaines de créatures phosphorescentes et semblait être le roi de ces lieux. Il dégageait un calme, une sérénité incroyable.

Au dessus de lui, des choses ailées laissaient pendre des rubans comme pour une fête. Tout autour, des artéfacts ancrés dans la Terre, semblaient drainer sa force.
Les arbres étaient joyeux. Les feuilles honoraient sa présence et des grenouilles étranges tapies dans les fourrés coassaient dans tous les sens.

De la droite, est sorti d'on ne sait où un large serpent multicolore aux fines moustaches. Il est passé à travers les arbres en se contorsionnant puis il disparut dans la sombre forêt.

C’est alors que derrière moi, un Grand chat tacheté marron et gris, que je n’avais pas remarqué jusque là, se mit à me miauler dessus. Il m’ordonnait quelque chose dans un langage que je ne comprenais pas. Il souhaitait que je le suive. Ce que je fis intrigué par tant de mystères.

Nous avancions à travers les fourrés quand apparaissaient des scènes pittoresques et pour le moins curieuses. A gauche, je voyais des Kanji japonais qui tombaient des arbres. Un caractère rouge, un bleu, puis un violet. Certains étaient minuscules tandis que d’autres étaient immenses. Tandis qu’à droite, je distinguais une petite Geisha qui soufflait dans un tube. Une grande salamandre tachetée, avec de grands yeux verts et une crête magistrale en sortit. Elle frissonna et se secoua en éjectant des taches incandescentes. Puis elle se volatilisa dans les airs.. Sans doute, qu’elle aurait préféré rester au chaud dans son tube.

D’un coup, le Grand chat se retourna.

« J’arrive » lui dis-je.

Il avança de nouveau à travers la forêt tandis que j’arpentais derrière lui un chemin parsemé de champignons bleus souriants qui s’estompaient de temps en temps.

La lune tapait fort et les feuilles blanchissaient à vue d’œil quand nous nous arretâmes devant un endroit isolé où au milieu, un petit lac était entouré d’arbres immenses. Nous étions cachés par une végétation dense et agréable. Un tableau fantastique se dessinait qui excitait ma curiosité.

« Qu’y-a-t-il ici ? »

Le Grand chat ne me répondit pas. Il plia les yeux et joua de ses vibrisses.
Son poil se hérissait comme devant un grand évènement ou un grand ennemi.
Je fixais ce lieu immémorial. Tout paraissait calme. Comme là où naissent les anges.
J’attendais l’improbable. J’escomptais une scène merveilleuse pleine de fantasmagories.
Et voici que réapparut le Cerf...

Il était seul et se tenait droit tout proche du lac. Il semblait attendre quelque chose. Un évènement. La lueur unique de la lune pleine l’éclairait et faisait reluire son pelage. Une Aura se dégageait de lui.

Je sentis dans l’air une musique étrange, une ritournelle aérienne, éthérée, qui parvenait jusqu’à nous. Se rapprochant de plus en plus, les sons devenaient de plus en plus beaux.

C’est alors que je vis une forme qui devenait une créature ailée à tête de femme apparaitre juste à coté du Cerf. Elle flottait au dessus de lui. Puis, elle se mit à danser, à tourner autour. On aurait dit une parade amoureuse. Les bribes de sons étaient assez distincts mais je ne parvenais pas à en comprendre les significations.

Un spectacle incroyable se produisait. De nombreuses espèces étranges s’étaient massées aux alentours. Je vis des lucioles aux grandes pattes, des serpents immenses à tête de poissons, et aussi de longues formes bleues avec les attributs de l’abeille.

Deux colonnes d’eau avaient jailli du lac. La danse devenait furieuse et le Cerf se mit à bramer fortement. Puis plus rien. Un calme régnait. tout devint clair. Des étoiles illuminaient la scène. Le Cerf et la mystérieuse créature ailée se tenait l’un à coté de l’autre. Ils me fixaient avec une intensité qui me toucha jusqu’au plus profond de moi-même.

Soudain, la créature ailée se pencha vers le Cerf et lui murmura ce qui semblait être une incantation. Une nuée de lucioles se dispersa instantanément. J’eu l’impression d’être l’espace d’un instant au milieu des étoiles.

Le Cerf se mua en une forme bleue avec beaucoup de variations dans les teintes. De petites taches blanches figurait sur elle. Elle se mit à grandir tant et tant que ce qui semblait être sa tête se perdit dans les cieux tout noirs. Puis elle disparut.


D’un coup, j’entendis miauler dans le lointain. Je me retournais vers le Grand chat mais il avait disparu lui aussi. Surpris, je tournais le regard vers la scène fabuleuse et...

Tout était noir. Tout s’était envolé. Rien ne subsistait sinon la faible lueur de la Lune se reflétant sur le lac. Au loin, des grenouilles coassaient, perdues dans les profondeurs de la forêt.

Avais-je rêvé ? Avais-je été la proie d’une douce folie ?
Tout cela s’était-il vraiment produit ?
Je ne saurais le dire.

Le lendemain de cette nuit-là, je décidais de retourner sur les lieux enchantés.

Je retrouvais notre cachette dans laquelle nous nous étions blottis le Grand chat et moi.

Puis, intrigué je décidais d’aller voir de plus près. Je voulais voir ce qu’il restait de cette féerie à coté du lac.

Je marchais fouillant le sol du regard et..

Exactement à l’endroit où se tenait le Cerf,

Je découvris avec stupeur une plume azurée...

Que j’ai toujours sur moi...

Thèmes

Image de Très très courts
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,