1
min

La petite maison et la carrière

Image de Angèle Carutti

Angèle Carutti

8 lectures

0

On la verrait presque. Quand je dis presque, tu vois c’est presque. On la voit à peu près, on ne la voit pas tout à fait. Si ça se trouve, ce n’est même pas elle. C’est peut-être celle d’à-côté. Je finis par préférer te dire que ma vue baisse mais ce sont mes souvenirs qui se volatilisent. Quelque chose est très présent, en revanche. C’est le chagrin que j’éprouve de plus en plus et que je peux de moins en moins distraire. Range-la, va, range-la ta carte postale, elle est jolie, ça m’a fait plaisir.

Sur un petit bout de ton image, il y a une tache, un petit flou qui ressemble à ma maison. Une maison où j’ai vécu enfant, avec mes parents, autrefois. La petite maison dans la campagne, en un temps où je crois qu’il faisait beau tous les samedis et où les étés étaient plus chauds. Il y avait un vrai soleil qui tapait fort, ça faisait danser la route et, tandis qu’on traversait le village en marchant, tout le monde dormait. Les portes des cafés n’étaient pas fermées, il y avait des rideaux anti-mouche devant, elles exhalaient le frais et la bière, le calme de la sieste.

On ne la voit pas tout à fait, la maison, non. Mais je la vois quand je fouille ma mémoire. J’entends des cris d’enfants qui jouent, des voix de parents qui appellent, un vieux qui bougonne en garant sa mobylette, un chien qui aboie, j’entends le braiment lointain de l’âne, je sens les vibrations et la poussière des camions venant de la carrière.

Nos maisons étaient tout enfarinées à cause de ça, du va et vient des camions qui charriaient des tonnes et des tonnes de graviers. Je l’ai toujours connue la carrière. Ça fait un bourdonnement pour mes souvenirs, comme une musique d’ambiance, comme une bande originale.

C’est ça, c’est ce qu’il y a, à l’origine.

Thèmes

Image de Très très courts
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,