La petite fille et les nuages

il y a
1 min
660
lectures
67
Qualifié
Il était une fois une petite fille. Elle était si petite que personne ne faisait attention à elle. Elle ne parlait jamais et souvent ses grands yeux étaient remplis de larmes. Tous les enfants de l’école ne lui parlaient pas. La petite fille se sentait seule. Elle n’arrivait pas à parler, le plus souvent elle écoutait, mais elle ne disait jamais rien. Quand elle rentrait chez elle, ses parents n’étaient pas encore rentrés, ils travaillaient beaucoup, elle se réfugiait dans sa chambre bleue. Sa seule compagnie était ce vieux chat gris, triste lui aussi, qui passait son temps à dormir. Parfois, la petite fille regardait le ciel par la fenêtre de la chambre. Je suis comme les nuages, pensait elle, on les regarde, ils passent, se fondent dans le ciel et disparaissent.
La petite fille aurait voulu être belle, expressive, celle que tout le monde regarde. Mais elle était timide, réservée et somme toute ordinaire. Elle aurait préféré être invisible, que personne ne la voit au lieu d’être visible mais ignorée de tous.
Les yeux dans le ciel, elle regardait ses nuages. Au premier regard, ils se ressemblent, diffus, blanc ou gris, des formes quelconques qu’on oublie aussitôt. Mais en insistant, la petite fille voyait beaucoup d’autres choses, ils prenaient des formes animées, de cœur, de lapins ou d’autres animaux. Ils se disloquaient pour se reformer en une autre forme. Elle pouvait passer des heures ainsi à divaguer, à errer parmi les nuages.
Elle aimait, les jours de pluie, regarder tous ces nuages tristes qui pleurent. À ce moment-là, la petite fille pleurait aussi. Je suis comme un nuage, pensait-elle, chargé de pluie, lourd parfois, ils ont besoin de pleurer.
Un jour, je rejoindrais les nuages et je deviendrais un nuage, alors, peut-être je serais à ma place.
Plus les années passaient, plus la petite fille qui devenait jeune femme voulut rejoindre les nuages.
Elle travailla très dur à l’école, elle voulait être pilote d’avion.
Le jour où elle pilota son premier avion, elle se sentit vivre, elle traversait les nuages, les voyait au plus près. Son rêve se réalisait. Soudainement son cœur chargé devenait léger et dès qu’elle atterrit, elle s’empressa de parler avec les autres élèves de l’école, aussi passionnés qu’elle. De façon incroyable, la petite fille triste était devenue une femme radieuse que l’on regardait.
Du petit nuage, elle était devenue une étoile.

67

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

RER RDV

Cristine Merienne

Novembre 1993, RER B, Luxembourg.
Je suis assise comme souvent près de la porte, au plus près de la sortie. Sur le quai une grande affiche : Eddy Mitchell en concert. Je souris. Monsieur Eddy... [+]