2
min

LA PETITE DAME DU MATIN - Deuxième épisode

Image de Valukhova

Valukhova

22 lectures

7

Je l'ai vue, hier, par ce matin encore frileux, qui faisait toujours ses petits pas dans son jardin. C'est le printemps, les oiseaux chantent malgré qu'il y en ait de moins en moins. Elle voit encore ses trente-six pigeons comme on voit trente-six chandelles. C'est un chant d'amour à la Terre, son jardin. Pas une herbe, pas un pissenlit, pas un lamier violet, pas une pâquerette. Ha ! ses enfants sont passés par là, avec les poisons, en lui faisant croire qu'ils ont mis le fumier des vaches comme antan.

Elle est fatiguée, tout en faisant son p'tit travail, avec son p'tit piochon, son p'tit râteau, son p'tit dos qui se voûte davantage au fur et à mesure qu'elle continue à faire ses petits pas. Quatre vingt quinze ans d'une vie rude et dure.

- "Mémée, repose-toi un peu, c'est Tommy qui va t'aider !"

Mais la petite dame ne veut pas qu'on l'aide. Chaque matin frileux ou pas, elle fait ses petits pas jusqu'au village, après avoir un peu raclé son grand, grand jardin, comme avant, à petits gestes de plus en plus lents. Elle a toujours, sur le dos, été comme hiver, un petit sac. C'est moins pénible, mais ça lui fait mal.

- "Mémée, si tu veux, je peux t'apporter le journal et le pain ! lui dit chaque matin Tommy avant d'aller à l'école.

Mais la petite dame qu'il appelle Mémée, ne veut pas qu'on l'aide. Elle n'a jamais eu l'habitude d'être aidée. Elle sait tout faire : tricoter les chaussettes, racomoder les caleçons du vieux, les culottes des filles, traire les vaches, faire la lessive au bachal avec du chavon de Marseille. Alors à quoi bon qu'on l'aide, hein !

La terre devient de plus en plus basse. Elle pense tout bas, que c'est comme pour les gens qui sont, malheureusement, nés avec les côtes en long, au lieu de les avoir en travers. C'est ce qui l'a toujours agacée. Qu'est-ce qu'elle y pouvait donc. On n'est pas tous pareils, qu'elle disait, il y a des années, en constatant que certains ne faisaient même pas un jardin, ne fendaient même pas leur bois, ne balayaient même pas devant leur porte et dans leur cour. Elle trouvait qu'ils se la coulaient douce, quand même, ceux-là. La propreté, n'en parlons pas. Elle détestait des voisins qui étaient sales.

Elle pensait que, dans l'ordre des choses, il valait mieux continuer à cultiver les valeurs que ses grands-parents, ses parents lui avaient apprises. Là, la petite dame du matin n'avait pas tout à fait tort. Mais tout d'un coup, voilà qu'il lui fallait encore payer ses impôts et en plus, sur un ordinateur. Qu'est-ce que c'est donc, un ordinateur ? Elle n'a même pas changé de téléphone depuis les années cinquante. Elle a beau toujours vouloir s'en servir, en tournant le vieux cadran, ça ne marche (fonctionne ! pardon...) plus.

La petite dame du matin n'a jamais voulu faire un pas de plus dans le modernisme. Et voilà, c'est pour cette raison qu'elle continue à racler sa terre. Au moins, ils ne la lui prendront pas. A tout bout du champ, elle marmonne toujours sur le même ton : "Je ne veux pas qu'on vole ma terre !".

On lui avait volé l'un de ses enfants, un garçon de vingt ans, ça suffisait comme ça !

Manque de chance, elle ne le sait même pas, Mémée, mais il y a belle lurette qu'ils lui ont volé aussi sa terre, sa montagne, son chalet. C'est la loi de la transmission des biens familiaux.

J'vous jure, c'qu'on peut être naïf, quand on devient vieux !... On devient vieux à tous petits pas...
7

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
Il y a des choses qu'il vaut mieux ne pas savoir, n'est ce pas, petite Mémée ? Ainsi, la vie peut continuer encore un moment...
·
Image de Valukhova
Valukhova · il y a
A tous mes amis qui viennent me lire, un grand merci. C'est très réchauffant, dès que l'inspiration revient je me précipite chez nous , SHORT EDITION, je partage, je communique, nous faisons connaissance en travers des mots. Comment récriminer, alors, au sujet des technologies modernes. Lorsque j'avais 16 ans, avec un cache, j'apprenais la "dactylographie" (si bien que j'avais déjà le clavier dans la tête, alors pensez bien que je n'ai même pas besoin de réfléchir pour écrire... c'est presque pire que la sténotypiste à l'Assemblée Nationale, lorsqu'elle écrit combien ils sont en train de se "foutre sur la gueule"... et puis aussi la "sténographie" et je rédigeais parfaitement le français de "souche"... Qu'est-ce que c'était beau ! Après, j'ai voulu être prof, mais je n'avais pas le bac à l'oréal !! Rigolo, quand même ! Bon week end tous les amis adorés.
·
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
Sommes nous du temps des dinosaures, Valhkhova? J'ai aussi appris la dactylographie - taper sans regarder!! - et la sténographie... on a balayé les hiéroglyphes, les écritures en pattes de mouche . sur la page blanche, on faisait du beau boulot!!
Avec l'avénement du traitement de texte, l'arrivée des ordinateurs, nos apprentissages sont aux oubliettes!

·
Image de Valukhova
Valukhova · il y a
"taper sans regarder"... évidemment ! Nos "apprentissages" ne sont pas du tout aux oubliettes ! chère Elisabeth ! Pas du tout, ce sont des souvenirs "dentelés de rêves" comme le dirait ma chère amie Brocéliande. Mais les choses que l'on sait, l'on peut toujours les envelopper de papier doré, pour les offrir à ceux qui nous comprennent, pour un Noël si possible joyeux. Merci pour la Mémée ! Ex-patineuse sur glace, du temps de Monsieur Alain Calmat, à Lyon-Charlemagne ! La fée des glaces qui n'a jamais fini de rêver qu'elle "avait patiné" si gracieusement et qui a le courage de décliner son âge, malgré tout.
·
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
J'admire ceux qui savent tenir - si possible, bien ! - sur la lame des patins. C'est d'une telle grâce !
Mon fils fait du hockey (en équipe "vétéran" maintenant, ce qui ne me rajeunit pas), un sport que j'ai appris à apprécier dans mon village de sports d'hiver et autres saisons.

·
Image de Champolion
Champolion · il y a
Bel ode à la nature,à l'amour,au respect de l'autre.Ce texte baigne dans la tendresse
Mes voix
Champolion

·
Image de Valukhova
Valukhova · il y a
Mais, au fait, vous êtes venu me lire. Quel bonheur ! J'ai l'esprit bien plus grand ouvert que la plupart des portes ici-bas ! Merci Champo !
·
Image de J.D.Flyman
J.D.Flyman · il y a
Bonsoir Dame Valukhova.
Je viens de lire votre deuxième texte sur cette petite vieille.
J'ai apprécié le premier récit et j ' aime autant ce dernier tome.
Je n ' ecris pas "dernier " en pensant à une fin probable.

J'ai beau ne pas avoir son âge cependant je n'ai jamais opté pour une transaction ou un achat ou quelques démarches via le Web. Hormis ici.
L ' an dernier je me suis vu contraint de m'acquitter d ' une amende de 15 euros pour avoir payé mon impôt sur le revenu au moyen d'un chèque.
Et la mise en demeure de cette amende était pourvue d ' un volet détachable me permettant de régler cette amende via un chèque !
Donc je paye l ' impôt sur le revenu que je ne conteste en rien!
Il sert à la collectivité dont je fais parti !
Bam!
C'est à n ' y rien comprendre. ..
Et je ne suis pas un cas isolé, mais vu la censure exercée sur tout et n'importe quoi, ben je fais comme elle. ..

·
Image de SakimaRomane
SakimaRomane · il y a
il vaut mieux qu'elle ne le sache pas ...Non ? :)
·
Image de Valukhova
Valukhova · il y a
Oh ! Oui ! Merci Romane de ton passage !:)=
·
Image de Flore
Flore · il y a
A tous petits pas de vieux...une vie qui reste pleine de petits bonheurs, celui entre autres de garde son indépendance, et même si le téléphone ne fonctionne plus...elle est tranquille. Et dans sa naïveté certes, elle protège sa liberté...à petits pas...et ça lui suffit. Une jolie suite de ton texte....Mais sans notifications, il faut des dons de devin....
·
Image de Valukhova
Valukhova · il y a
Merci Flore, mais comment vas-tu ? Un petit MP pour me dire. C'est un bonheur de partager les propos des uns ou des unes et des autres. Pour l'instant je fais encore de grands pas, la lenteur me ferait mal, mais ça viendra sûrement un jour, comme tout le monde : les petits pas du matin ! Je t'embrasse tendrement.
·

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème