La mort un point c'est tout

il y a
3 min
322
lectures
250
Qualifié

Ancien professeur de physique à l'université, je m'intéresse désormais à l'écriture d'essais hors champ scientifique sur le sens notre vie et à la pratique du piano classique  [+]

Image de 2019
Image de Très très court
Le jeune enfant demandait souvent à quoi ressemble la mort : était-ce réellement ce vieux squelette ricanant avec sa faux, tapie derrière la porte, qui tranche les vies comme les blés et qui demande à l’Ankou de les charger dans sa charrette ? Pour les emmener où ? Etait-elle à la tête de tous ces morts-vivants errants, hurlants secouant la porte du cimetière pour envahir nos villes et nos campagnes afin de nous détruire, et nous emmener en enfer avec eux ? Ou bien, parmi ces goules terrifiantes qui dévorent la chair des cadavres ? N’était-elle pas la reine des vampires qui nous transpercent le cou et aspirent notre sang jusqu’à la dernière goutte, la nuit ? La mort n’était-elle pas au milieu des flammes dans le précipice sans fond qui s’ouvre devant la porte de la chambre, lorsque les enfants veulent fuir les esprits démons qui ont pénétré dans la maison endormie ? La mort n’était-elle pas cachée comme un alien dans mon corps d’enfant ?
Alors, le vieux professeur Solarius s’efforçait de le rassurer tant bien que mal, en se basant sur des considérations géométriques, pour noyer le poisson et aussi éluder une question à laquelle il ne pouvait lui-même trouver de réponse.
« Tu sais, tout cela est faux. C’est le fruit de notre imagination, car nous existons dans l’espace et au cours du temps. La mort, elle n’existe pas, sinon on la verrait dans l’espace-temps ».
Mais l’enfant interrogatif :
« C’est quoi l’espace-temps ? »
Et Solarius replacé dans son domaine :
« C’est très simple. Un point a zéro dimension, mais deux points reliés par une droite définissent un espace à une dimension, trois points peuvent définir un espace à deux dimensions, quatre points un espace à trois dimensions et donc cinq points un espace à quatre dimensions : l’espace-temps, le nôtre.
Alors le petit ange doté d’un sixième sens s’exclama :
« Donc avec six points nous pouvons créer un espace à 5 dimensions. Si la mort n’est pas dans l’espace-temps, elle est là dans la cinquième dimension, cachée dans un trou noir ! »
Solarius, très docte, sûr de lui, répondit :
« Non. Elle n’est pas là, car ce sixième point reste dans le même espace-temps où nous vivons comme l’observation et la mesure nous le prouvent. »
Mais le petit ange très doué, pensif :
« Que veut dire mesurer un point sans dimension ? D’autant plus que pour le faire, il faut voir ou entendre ; alors si tu étais aveugle et sourd, tu ne saurais pas dans quelle dimension nous sommes et tu imaginerais bien autre chose car, même en touchant tout en sentant, tu ne serais pas renseigné. »
Admiratif par tant de pertinence, mais très vexé, le vieux Solarius répliqua :
« Oui mon petit, mais le point n’est pas ce que tu crois. Celui dont je te parle, a une masse. Il y a des points légers, des points lourds et même très lourds sans dimension. Alors en les mettant dans ta main, tu les soupèseras et tu auras conscience qu’ils existent, légers ou lourds, même si tu ne les vois pas. »
Et le petit ange malicieux, de poursuivre :
« Mais si par malheur je ne peux plus les toucher, que faire ? »
Interloqué, ne comprenant pas où il voulait en venir, Solarius reprit :
« Oui mon enfant, mais des points peuvent aussi représenter de petites molécules chimiques. Alors avec un odorat et un goût très fins, tu pourrais en respirant, si elles ne sont pas dangereuses, les sentir et en les dégustant les savourer. Tu comprendras de cette façon qu’il y a deux objets différents. »
Le petit ange tenace, agacé, répliqua :
« Et si je ne peux ni les sentir ni les goûter, ne serais-je pas alors dans cette cinquième dimension, dans laquelle mamy est partie ? Comme elle, je suis là ; mais je ne peux ni vous voir et entendre, ni vous toucher, ni vous goûter. Et pourtant, je suis là car mon cœur bat encore sans que je le sache ni puisse m’en rendre compte ; et si mon cœur s’arrête, je ne le saurais pas non plus, je ne saurais même pas que je suis mort ! »
Alors Solarius comprit enfin où le chérubin voulait en venir et trouva la bonne réponse.
« Tu as raison petit homme, car les points peuvent aussi avoir des sentiments qui, par un mécanisme que nous ne savons pas mesurer, nous permettent d’appréhender leur présence. Ainsi, si ton papa ou ta maman sont partis très loin en voyage, ils ne sont plus pour toi que deux petits points emplis de sentiments et tu ne les vois pas, ni ne les entends, ni ne les sens, ni ne les touches, ni ne les goûtes, mais ils pensent à toi et tu penses à eux.
« Alors lorsque le cœur s’arrête, le cerveau concentre très vite, juste avant de mourir à son tour, tous les bons sentiments, de toute une vie, dans la dernière cellule qui fonctionne encore et redevient un petit point. Ce tout petit point empli de sentiments et de dimension zéro appartient à toutes les dimensions de l’univers, dont l’une d’elle, la plus importante, celle que les savants et bien d’autres peinent à trouver, s’appelle l’amour. Dans cette dimension, se trouvent déjà des milliards de petits points ! Autant qu’il y a eu d’hommes et d’êtres vivants sur Terre jusqu’à présent.
« Ainsi cette cinquième dimension dont tu me parlais, existe bel et bien et chacun de ces milliards de petits points sont arrivés sur une seule de ces étoiles, qui étincellent si fort dans notre nuit. Elles sont là, pour nous le rappeler, et te rassurer : un petit enfant et un vieux professeur ne peuvent ni entendre, ni toucher, ni sentir, ni goûter ces étoiles lointaines, mais ils peuvent encore les voir. Cependant, lorsqu’elles sont trop éloignées, ils ne peuvent même plus les voir briller. Mais ils savent aujourd’hui qu’elles sont grandes de sentiments comme ta mamy, qui est l’une d’entre elles.
« Chaque étoile de la voie lactée nous explique aujourd’hui et continuera de nous le rappeler que la mort nous transporte vers l’amour éternel.
« Vois-tu, la mort n’existe pas, puisqu’elle ne peut ni tuer le temps ni courir après lui. Une mort bien vivante qui cavale dans l’espace, c’est impossible ! »

Et l’enfant enfin apaisé :
« Oui j’ai compris, la mort n’est rien. Un point c’est tout ! »
250

Un petit mot pour l'auteur ? 130 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
Derrière "la mort n'est rien", je ne vois pas la négation de la puissance de la vie mais l'exaltation de la puissance de l'amour. Rien de triste, au contraire, car l'amour fait que la vie n'est pas vécue en vain. :-)
Image de Cristo R
Cristo R · il y a
Tout à fait. Merci dans mon idée initiale, inspirée par un enfant qui s'interroge sur la mort de sa grand-mère . Le message n'était pas de dire que la mort matérielle n'existe pas . Il a plusieurs aspect dans la représentation de la mort : la fin de l'existence terrestre ( encore que le spirite et les croyances amérindiennes nous disent que les morts nous entourent, car ils ont du mal à partir plus loin ... ).
La mort c'est la fin du souffle de vie qui précède la fin du corps matériel qui ne peut plus fonctionner. Quel sens donner à l'ADN qui lui demeure longtemps sur la chevelure du mort? quand à l'âme et l'esprit qui demeurent ( Où étaient ils avant ? dans notre cerveau, ou au delà de notre enveloppe corporelle et sous quelle forme ? Où seront -ils après? . Il y a enfin le passage de la vie à-l'au delà de la mort, ce passage qui peut être souffrance et angoisse hélas pour la plupart d'entre nous . Enfin, et ce que je crois, il y a la force de l'amour avant, pendant, après et c'est cela qui compte. L'amour n'est pas une force naturelle au sens de la physique. On ne peut donc l'intégrer dans aucune équation ou théorie. Ce que veut dire Solarius à l'enfant, c'est que la mort ne doit pas être considérée comme le passage vers le néant, mais vers la plénitude du vide, comme celui du cosmos vu de loin : des trous noirs qui ouvrent des portes vers l'inconnu, mais aussi des milliard d'étoiles !!! Une étoile pour chacun et un amour éternel alors la vie n'en finit pas, elle se transforme en onde et amour ulltime un point c'est tout .... alors la mort n'est rien, sauf si l'amour disparaît. Mais il ne le peut pas si l'on a vraiment aimé sur terre et sur mer Toute les bretonnes le savent.
Merci pour vos remarques qui donnent à réfléchir Cendrine Borragini-Durant et Martine- Marie marie.

Image de Martine-MARIE marie
Martine-MARIE marie · il y a
Dès qu'il y a vie, il y a mort. Dire que la mort n'est rien, c'est retirer de la puissance à la vie. C'est la réduire... A mon sens, ce point de vue est assez triste.
Image de Cristo R
Cristo R · il y a
Dans mon idée initiale, inspirée par un enfant qui s'interroge sur la mort de sa grand-mère . Le message n'était pas de dire que la mort matérielle n'existe pas . Il a plusieurs aspect dans la représentation de la mort : la fin de l'existence terrestre ( encore que le spirite et les croyances amérindiennes nous disent que les morts nous entourent, car ils ont du mal à partir plus loin ... ).
La mort c'est la fin du souffle de vie qui précède la fin du corps matériel qui ne peut plus fonctionner. Quel sens donner à l'ADN qui lui demeure longtemps sur la chevelure du mort? quand à l'âme et l'esprit qui demeurent ( Où étaient ils avant ? dans notre cerveau, ou au delà de notre enveloppe corporelle et sous quelle forme ? Où seront -ils après? . Il y a enfin le passage de la vie à-l'au delà de la mort, ce passage qui peut être souffrance et angoisse hélas pour la plupart d'entre nous . Enfin, et ce que je crois, il y a la force de l'amour avant, pendant, après et c'est cela qui compte. L'amour n'est pas une force naturelle au sens de la physique. On ne peut donc l'intégrer dans aucune équation ou théorie. Ce que veut dire Solarius à l'enfant, c'est que la mort ne doit pas être considérée comme le passage vers le néant, mais vers la plénitude du vide, comme celui du cosmos vu de loin : des trous noirs qui ouvrent des portes vers l'inconnu, mais aussi des milliard d'étoiles !!! Une étoile pour chacun et un amour éternel alors la vie n'en finit pas, elle se transforme en onde et amour ulltime un point c'est tout .... alors la mort n'est rien, sauf si l'amour disparaît. Mais il ne le peut pas si l'on a vraiment aimé sur terre et sur mer Toute les bretonnes le savent.
Merci pour vos remarques qui donnent à réfléchir Cendrine Borragini-Durant et Martine- Marie marie.

Image de jusyfa *** Julien
jusyfa *** Julien · il y a
Bonjour Cristo, un texte chargé d'espoir que je n'avais pas lu et qui me permet de retrouver votre écriture avec plaisir. Je viens également pour vous proposer, quelques minutes de lecture pour ce texte en finale :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/un-nombre-d-or-revelateur
A bientôt sur une nouvelle compétition peut-être ?
Julien.

Image de A M I C X J O
A M I C X J O · il y a
belle réflexion à garder, à triturer, à rêver. Et ce texte m'ouvre (à moi) d'autres rêves et si la gravité, l'énergie et la matière noire étaient elle aussi des dimensions interagissant entre elles commeles quatres que nous côtoyons???
Image de Cristo R
Cristo R · il y a
Merci beaucoup d’ autant plus qu’actuellement les physiciens-astrophysiciens remettent en cause, depuis ces derniers temps, toutes ces notions d’énergie, de temps, de gravitation pour arriver à une synthèse des lois de l’univers.
Mais tout cela reste très complexe et difficile à imaginer, même si l’on a été prof de physique et fait de la recherche spécialisée. De jeunes et talentueux vulgarisateurs ( et honnêtes) physiciens à citer sont Aurélien Barrau et Carlos Rovelli qui permettent au grand public d'avoir une mise au point sur ce sujet ( leurs ouvrages très clair et excitants sont disponibles dans une grande surface connue ...)
Enfin d´autres concepts comme la pensée ou les sentiments échappent totalement à la science selon moi. Même si les spécialistes du cerveau tentent d'en définir les mécanismes à travers les modifications biochimiques de notre cortex. Un changement de sentiment se traduit par exemple par un changement moléculaire mais nous n'en savons pas plus.

Image de A M I C X J O
A M I C X J O · il y a
merci pour cette longue réponse. Depuis les concepts de physique quantique du début du siècle dernier, il nous manque une théorie permettant de comprendre tout ce que la physique quantique n'explique pas. Je suis persuadé qu'un beau jour une découverte fondamentale va émerger de manière explosive, j'espère juste vivre assez vieux pour la connaitre. Il faut vivre d'espoir...
Image de Vrac
Vrac · il y a
C'est quand même pour les anges à partir de 7 ans. Moi-même, ai-je bien tout compris...
Image de Cristo R
Cristo R · il y a
C’est vrai mais les anges sont dotés d’une intelligence surnaturelle
Merci d’avoir apprécié

Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
C'est une jolie façon de voir les choses, ce texte rend l'idée de la mort un peu plus '' agréable''. Belle conversation avec ce petit Ange.
Image de J. Chablik
J. Chablik · il y a
Ce dialogue métaphysique avec une entrée par les dimensions géométriques est aussi inattendu que réjouissant, touchant juste et porteur de réflexion. J’aurais mis mes 5 votes si j’étais tombé dessus.
Image de Cristo R
Cristo R · il y a
Merci beaucoup Solarius n’a fait qu’appliquer ce qu’on lui a appris de l'école à l'université. Un point c’est tout.
Image de Silvie DAULY
Silvie DAULY · il y a
Un dialogue philosophique brillant, un texte qui nous remplit d'espoir.
Image de Cristo R
Cristo R · il y a
Merci beaucoup. L’espoir fait vivre, il faut
donc aussi mourir avec l’espoir que la mort n’est qu’un changement d’état ou l’esprit demeure