4
min

La misère du monde

Image de Peter Piter

Peter Piter

495 lectures

232

Tout se passa dans un coin reculé de l’Afrique, le continent aux sept lettres. Dans le royaume des Djad. Ce royaume se limitait sur la cime de la plus haute montagne du monde. Il montrait deux visages. A ceux qui le voyaient à distance, il paraissait très pauvre. Il n’avait rien d’attrayant et on le surnommait, « maison de la misère du monde ». Mais ceux qui s’obstinaient à y rentrer ne désiraient plus sortir. Même si l’envie les prenait, ils avaient déjà signé le pacte de ne plus sortir avant de rentrer. Tellement tout était sublime, des habitants jusqu’aux animaux. C’est cela, la vraie richesse. On ne manquait de rien dans le royaume des Djad. Tout y est. Ils dormaient dans de l’or. Tout était en or. Mais à l’extérieur, ils couvraient tout de haillons. L’aisance battait son plein chaque jour. C’est pourquoi personne ne voulais partir. Aussi sa position en altitude faisait démissionner les aventuriers et les touristes qui ne chutaient qu’au pied de la montagne. Ils se disaient alors « à quoi bon se fatiguer pour ne que visiter la misère du monde et aller se faire dépouiller et tuer. Ici prend fin notre marche ». Et ceux qui avaient des présents à offrir, les déposaient là.
En entre autres choses qui faisaient la richesse des Djad, ce sont les présents que les bonnes volontés, les miséricordieux déposaient au pied de la montagne. Tant ce visage de misère attirait des miséricordieux qu’aucune seconde de la journée ne pouvait observer l’absence d’un être humain au pied de la montagne, chargé de vivre ou autres. De nuit, les chargés descendaient magiquement et les ramassaient. Le jour suivant, ils les distribuaient aux allogènes.
Un jour alors que le palais royal fut ébranlé par une grande joie, parce que l’héritier tant attendu a enfin vu le jour, un jeune curieux réussi à s’hisser à bout d’effort, jusqu’à l’entrée du royaume. Il était chargé d’un collier en or, pesant une dizaine de kilo. Les deux gardes, comme à l’accoutumé, lui demandèrent les raisons de sa visite. Il répondit qu’il est un des rois mages. Et qu’il était venu offrir le collier au prince qui venait de naître. On lui fit savoir que contrairement aux rois mages, il ne pouvait plus repartir. Il accepta toutes les conditions. A voir son allure, les gardes voyaient en lui les traits du roi. Ils lui firent beaucoup d’autres tests avant de le laisser rejoindre la zone réservée aux allogènes. Une chambre plus confortable à la manière d’un roi lui fit céder. Le message étant envoyer au roi Djadad XIX, il renvoya les messagers avec la mission de retirer le collier et le lui apporter. Ceux-ci passèrent par tout les moyens pour convaincre Le jeune roi mage, mais en vain. Il insistait à aller en personne dans le palais royal. Ce palais lui dit-on, ne se laissait pas visiter par un étranger. Il disparaissait mystérieusement devant les yeux de l’étranger et ce dernier mourait ou devenait un débile mental. Et comme le royaume avait horreur des débiles mentaux, il sera jeté dans la fosse au lion se trouvant sous le palais royal. Mais Le jeune roi mage insista. Avec une certaine pitié pour sa mort prochaine, les messagers visiblement décontenancés, l’accompagnèrent jusqu’au palais.
A l’approche du palais, Le jeune roi mage souleva sa main et montra la paume de la main gauche au palais. Il l’avait maintenu ainsi jusqu’à pénétrer dans le palais. Les messagers s’inclinèrent devant lui. Parce que seul les membres de la famille royale, dans les veines de qui coule le sang de Djada Ier possédait cette magie. Il les releva et leur interdit d’en parler à qui que se soit. Le roi fut surpris de voir un étranger rentré dans son palais sans qu’aucun malheur ne lui arrive. Le jeune roi mage fut reçu avec tous les honneurs possibles.
Djadad XIX lui demanda son nom. Il répondit que son nom c’est Le jeune roi mage. Puis le roi s’enquit des nouvelles d’où il venait, de sa famille, du royaume de son père et beaucoup d’autres choses qui pouvaient lui permettre de situer un peu la position de son hôte. Le jeune roi mage convainquit le roi par son franc parlé. Le roi utilisait la magie pour déceler l’origine de ce jeune devant lui. Mais plus il l’essayait, plus il devenait visiblement épuisé. Le jeune roi mage l’ayant su se referma dans l’opacité de son mystère. Son âme était inaccessible. A plusieurs reprises le roi tenta, mais il échoua. Tout cela se passait en esprit. Physiquement, ils causaient ensemble, mangeaient, buvaient et riaient avec ceux qui étaient présent. « Votre majesté ne voudra pas perdre sa vie en cherchant à connaître ce qu’est son humble hôte, à ce que je sache » lança Le jeune roi mage, tout souriant. Le roi fit semblant de sourde oreille à ce qu’il venait d’écouter. Après que tous soient bien saoul, Le jeune roi remis avec une telle humilité, le collier à la reine qui tenait dans ses mains le futur Djadad XX. Et il fut reconduit hors du palais et rentra chez lui.
Des jours, des semaines, des mois, des années passaient, rien d’anormal dans la conduite du jeune roi mage. Un jour le roi s’est endormi et ne se réveilla plus. Parce qu’il avait été empoisonné la veille par une servante sous l’instruction de la reine. Ceci pour permettre à son fils de prendre le trône. Et par là c’est elle qui gouvernerait, puisque le fils n’avait que dix ans. Mais ce qu’elle avait oublié est que si le roi avant de mourir n’avait pas imposé pas la main à son successeur, il meurt la main gauche fermée. Et le prince qui réussissait à ouvrir cette main, devenait automatiquement roi.
Dix heures de temps après l’expiration du roi, un vent violant s’empara du royaume. La montagne frémit à se fendiller. Tous compris qu’il faut se regrouper pour voir le prince ouvrir la main de son père et accéder au trône. Comme un seul homme, les millions de Djad se regroupèrent sur la place publique. Le corps du défunt fut amené et le prince se pointa, rayonnant. Ce qui ne durait que cinq minute au plus, voilà une, deux, trois heures mais rien. Le prince tremblait, suait à grosse goute. Il soulevait la tête de temps à autre pour interroger sa mère du regard « suis-je vraiment un fruit de cet homme ? » Sa mère improvisait des incantations mais rien. Le devin se leva devant l’assemblé et dit : « que dix jeunes vivants dans le palais avancent pour faire le test. Visiblement, celui-ci n’est pas un vrai héritier du trône. Sa majesté, la reine nous dira d’où elle l’a eu ». Excités, neuf s’avancèrent. Mais un qui avait vu Le jeune roi mage dans l’assemblé, alla le tiré sur la scène. On protesta mais lui insista qu’il préférait mourir que de ne pas voir celui là faire le test. Cinq minutes fut accordées à chacun. Déjà les neuf sont passés mais négatif. A son tour, tous avec des regards inquisiteurs le fixèrent. Il s’avança et calmement ouvrit la main du roi. Tous crièrent : vive le roi ! vive le roi !
Rapidement la reine et son fils sont projetés au milieu pour être exécuté. Mais avant tout la reine se confessa. Elle a eu l’enfant de son union avec l’homme de confiance du roi. « Hélou ! » s’exclama la foule. Le nouveau roi pardonna au fils mais demanda à ce que la reine et son complice soient jetés dans la fosse au lion. Après quoi il révèle son identité. « Je suis le vrai descendant de Djadad XIX. Je suis le fruit de son union avec sa servante Wili. La reine nous a jeté hors du royaume à ma naissance, alors que c‘était elle qui avait poussé ma mère à aller vers le roi. Mais le destin étant scellé, me voici présent pour vous servir. Je suis le "prince oublié" ».
Le faux prince fou de jalousie, voulu porter un coup mortel au roi mais fut transformé en un monstre. Tous furent saisir de peur et se dispersèrent.

PRIX

Image de 2020

Thème

Image de Très très court
232

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Denis Delepierre
Denis Delepierre · il y a
J'ai trouvé votre histoire plaisante, mais la narration était un peu brouillonne. Pas assez de paragraphes à mon sens, des phrases trop longues, certaines erreurs de conjugaison, des ruptures dans la continuité des temps, ce genre de choses. C'est dommage car cela diminue un peu l'intérêt pour les aventures de ce jeune roi mage. Néanmoins cela restait intéressant à lire, car vous avez efficacement planté l'ambiance dès le début, avec ce grand palais difficilement accessible et ce jeune étranger mystérieux qui réussit à y entrer. La suite était tout aussi intrigante et donnait envie de découvrir la conclusion. En matière d'imagination et de créativité, je n'ai rien à reprocher à votre récit, je pense que c'est plutôt au niveau de l'écriture que vous pouvez encore vous améliorer. On sent en tout cas que vous aimez raconter des histoires, et c'est là l'essentiel :) Je voudrais vous convier à visiter le monde des Pêcheurs de nuages, en passant par ici https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/tranches-de-nuages J'espère que vous vous y plairez! Je vous souhaite une bonne continuation.
·
Image de Ava Mouzon
Ava Mouzon · il y a
L'histoire est intéressante, mais confuse. Il y a de nombreuses fautes de français (orthographe, changement de temps, syntaxe) qui gâchent la lecture... C'est dommage :/
·
Image de Peter Piter
Peter Piter · il y a
Bien noté. J'y prendrai soin prochainement.
Merci.

·
Image de Taofic Bouwe
Taofic Bouwe · il y a
Force à toi frère
·
Image de Valentin DEGLA
Valentin DEGLA · il y a
Courage peter
·
Image de Achille Folly Alvares
Achille Folly Alvares · il y a
Bien plus 5
·
Image de Marcal Marcal
Marcal Marcal · il y a
Drôle d'histoire ! +5 pour t'encourager. Bonne chance.
·
Image de Chantane
Chantane · il y a
mon soutien
·
Image de Pierrine Peyron
Pierrine Peyron · il y a
Voici mon vote
·
Image de De margotin
De margotin · il y a
Je soutiens

Bonjour et Bonne année 2020

Pensez à cliquer sur ce lien pour voter mon histoire. Merci beaucoup

https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/nilie-3

Merci beaucoup

·
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
L'histoire est un peu embrouillée. Pas trop facile à lire, à comprendre et il y a quelques fautes. Je vous donne 5 voix d'encouragement.
·